Aller vers le site www.dofus.com

No flash

 
Nouveautés
Accueil / Nouveautés / La malédiction d'Halouine

 La malédiction d'Halouine

Chaque année, peu avant le 31 octobre et durant quelques jours, la malédiction d'Halouine frappe le Monde des Douze. Celle-ci transforme les paisibles Tofus et Bouftous en d'effrayantes créatures. Attention, cette malédiction est contagieuse, même pour les aventuriers !

La malédiction d'Halouine

À la veille du 31 octobre, l'ensemble des Bouftous et des Tofus du Monde des Douze se transforment en de terribles Tofus et Bouftous d'Halouine ! Ainsi métamorphosés, ils deviennent agressifs et s'attaquent sans prévenir aux passants.

Ceux-ci étant contagieux, tous les malheureux qui les combattent se transforment à leur tour en créatures d'Halouine.

Heureusement, il existe une coiffe aux propriétés uniques qui permet de s'immuniser contre cette malédiction. Cette coiffe n'est autre que la «Tête de Citwouille » que portent les Tofus et les Bouftous d'Halouine. Les aventuriers doivent donc se livrer une première fois à la malédiction s'ils souhaitent pouvoir s'en prémunir par la suite.

Telle est la terrible vengeance d'Halouine !

La malédiction d'Halouine

Au sud de la forêt Maléfique, se balance au bout d'une corde un Chafer. Chaque année, quand vient le jour d'Asid, il rit fort et de bon coeur. Sentinelle du Donjon d'Halouine, il vous laissera passer uniquement si vous lui apportez la clef... Mais êtes-vous vraiment sûr de vouloir pénétrer dans cet effrayant potager ?

Tapis dans l'ombre, ils vous épient : Champêtrouilles, Chauffe-Soutrille et Cauchemaraknes. Pour arriver jusqu'au maître des lieux, l'horrible Halouine, vous devrez d'abord vaincre lugubres Lanvernes et ignobles Dévhorreurs !

Si vous parvenez à sortir vivant du Potager d'Halouine, c'est peut-être avec une nouvelle panoplie et une emote liée à votre personnage que vous en réchapperez ! Encore faut-il occire celui qui fait fourcher les langues comme personne : Halouine !

Tout a commencé avec un concours... Il n'y a pas si longtemps, dans une région pas si loin de chez vous, s'organisait le concours de la plus grosse Citwouille cultivée au purin de Porkass. Extrêmement renommé chez les paysans et les amateurs de Citwouilles de la région, ce concours était un tremplin vers la richesse pour tous les cultivateurs de cette succulente cucurbitacée. En effet, remporter la victoire, c'était l'assurance d'obtenir le monopole du commerce de Citwouilles pour l'année à venir.

Cette année-là, la concurrence était rude, et nul n'était en mesure de faire des pronostics assurés sur l'issue de la compétition. Parmi les favoris, on reconnaissait cependant et on attendait beaucoup de la performance d'Halouine. L'homme était en effet le vainqueur des quinze précédentes éditions du concours. Il avait l'habitude de clamer qu'il était tout simplement le plus grand cultivateur de Citwouilles de tout le continent... et personne ne trouvait quelque chose à y redire. Malheureusement pour le champion de la Citwouille, ses récoltes étaient en retard cette fois-ci, et ses Citwouilles loin d'être arrivées à maturité. En vérité, ses champs n'étaient remplis que de ridicules et minuscules Citwouilles. Il allait être la risée de ses confrères, et risquait de perdre à jamais ce qui constituait son unique richesse... Halouine ne pouvait pas l'accepter.

La malédiction d'Halouine

Ce que les gens ne savaient pas forcément, c'est que même un métier aussi accaparant que celui de paysan laisse du temps libre pour les loisirs. Et le loisir d'Halouine n'avait rien de commun : le vieux paysan était devenu quelques années plus tôt l'apprenti d'un Bwork Mage.

Effrayé par sa défaite à venir, et refusant catégoriquement de retourner à la médiocrité des paysans de bas étage, Halouine fit appel à ce Bwork Mage pour qu'il tente une incantation inédite sur ses Citwouilles. Le résultat ne se fit pas attendre. En l'espace de quelques secondes, le champ d'Halouine prit une teinte orange prononcée...

Il voyait ses Citwouilles grossir, grossir, grossir.... jusqu'à devenir si énormes qu'on aurait pu les confondre avec l'arrière-train d'une Mama Bwork. Halouine ne tenait pas seulement la victoire : il était sur le sentier de la gloire !

Quand vint le grand jour du concours, les délibérations furent courtes. Aucun paysan n'arrivait à la cheville d'Halouine : on lui décerna une fois de plus le trophée de la Citwouille d'or.

Après le concours venait la fête, et Halouine savourait fièrement sa victoire entre deux bières tout en clamant avec arrogance sa supériorité et son talent. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que la magie Bwork serait à double tranchant, et que la croissance des Citwouilles n'était pas le seul effet de l'incantation de son maître... Pendant qu'il s'égayait, d'innocents Bouftous, attirés par l'odeur de ces grosses et juteuses Citwouilles, étaient venus dans son champ pour s'offrir un festin. Les pauvres bêtes furent alors instantanément transformées en des créatures difformes et hideuses... Paniqués et enragés par leur nouvelle apparence, les Bouftous semèrent la panique dans la fête et communiquèrent à tous leur terrible malédiction ! Il suffisait d'un seul contact avec les bêtes pour se retrouver transformé à son tour !

La panique finit heureusement par s'estomper, et les jours passant, on constata que les transformations étaient temporaires... Par ailleurs, on découvrit par le plus grand des hasards (un enfant qui tenta de se cacher dans une Citwouille vidée) qu'on pouvait échapper au sort en portant une Citwouille saine sur la tête. Les voies du Bwork Mage sont impénétrables... Et on ne s'en plaint pas.
La tricherie d'Halouine fut démasquée, et son association avec le Bwork Mage condamnée. Le célèbre paysan fut banni à jamais d'Amakna : il prit la fuite. Nul ne sait où il alla, ni ce qu'il devint... Mais chaque année depuis lors, quand l'anniversaire fatidique de sa dernière et honteuse victoire approche, on sent à nouveau sa présence, invisible, qui pèse sur Amakna... et sa malédiction qui frappe à nouveau les créatures de la région !

La malédiction d'Halouine

Voilà pourquoi on ne s'étonne plus, à cette période de l'année, de croiser des aventuriers à l'allure ridicule qui confondent les Citwouilles et les chapeaux.