Si sigues navegando por este sitio web o haces clic en la cruz, aceptas el uso de cookies para la realización de estadísticas de visitas y para proponerte vídeos, botones de compartir, publicidad personalizada y un servicio de chat. Para más información y parametrar las cookies X

FR EN DE ES IT PT

Dans le Monde des Douze, des faits bizarres et anormaux, il s’en passe tous les jours… et tout le monde s’en moque ! Tout le monde ? Non ! Nada Skelett et Foux Mystheur les recensent, les étudient et tentent même d’y apporter des réponses. Souvent, la vérité est ailleurs, mais avec les anomalies temporelles, la vraie question… c’est : quand ?

Cela faisait une semaine maintenant que Skinair avait confié l’affaire du Roi Grimaçant à Mystheur et Skelett. Au passage, il leur avait donné le feu vert pour avancer sur le dossier de la Bouchère de Brâkmar qu’ils avaient constitué de leur côté. Pour le chef du bureau des Faits Bizarres et Anormaux, les deux affaires étaient liées : d’un côté, nous avions un Zobal qui avait eu une vision de Julith près du Zaap de Brâkmar ; de l’autre, Skinair avait été contacté par un Osamodas qui avait été horrifié par son propre reflet dans le Zaap de Bonta : il y avait vu, à la place de son visage, celui d’un être malfaisant qui le fixait avec un horrible rictus. Après la réalisation d’un portrait-robot, cette fois par un professionnel, il s’était avéré que la silhouette démoniaque ressemblait trait pour trait à Léorictus Sheran Sharm, plus connu sous le surnom de « Roi Grimaçant ».

Pour l’instant, il était évident aux yeux des deux enquêteurs que tout menait aux Zaaps. Que se passait-il exactement ? Étaient-ils détraqués ? Leur usage avait-il été détourné ou… ces anomalies avaient-elles toujours fait partie de leur usage ? Y avait-il une sorte d’œuf-surprise de Pwâk dans les Zaaps ?

Mystheur et Skelett n’eurent pas le temps de répondre clairement à ces questions : quelque chose d’autre était arrivé…

 

*****

 

Amakna

Aux abords de la forêt Maléfique

8 h 02

À quelques kamètres d’un Zaap, l’agent Skelett était penchée sur un trou bordé de monticules de terre sombre. Elle tenait un carnet, un crayon et portait des lunettes qui se télescopaient en une succession de verres arrondis, du plus grand au plus petit. Sur la branche des binocles : un bouton. À chaque pression, un fin bras métallique surmonté d’une loupe se relevait pour ajuster la vue. Au bout de quelques minutes, Nada fit son rapport :

« Je vois que dalle, Mystheur. »

Le Xélor se tenait derrière elle et regardait ailleurs. Il était sûr qu’elle dirait cela. Après l’avoir fait craquer sous ses molaires, il extirpa une graine de tournesol de sa bouche, la décortiqua, puis ingéra sa découverte.

« J’étais sûr que tu dirais ça… fit Foux avant de piocher dans la bourse suspendue à sa ceinture.

  • Nan, tu ne comprends pas, Mystheur, le corrigea-t-elle en ôtant ses lunettes. Je parle de ton engin, là : je n’vois rien avec ÇA ! Mais sans… je relève beaucoup de choses !
  • Oh… se ravisa l’agent spécial qui balança une graine dans sa bouche. Eh b’en, vaj-y, j’t’en pwie !
  • Tout d’abord, il y a une empreinte de main juste ici, indiqua Nada en pointant son crayon au-dessus d’une motte de terre. Nous ne pourrons pas en tirer une empreinte digitale, mais c’est un début… Ensuite, je remarque des traces de vase ici… et ici, alors que le sol est relativement sec partout ailleurs… de plus, celle-ci contient une sorte de… (elle souleva une masse brunâtre avec son crayon) “végétation” odorante… qui ne correspond pas du tout au biotope. Ce genre de sédiments correspond plutôt à une zone littorale.
  • Hm… opinait Foux au fur et à mesure.
  • Même constat avec cette mousse que l’on trouve plutôt en bordure de cours d’eau... Ces traces semblent sortir du trou et se diriger vers (elle se tourna progressivement vers le portail)… ce Zaap.
  • Ou inversement.
  • Quoi… ?
  • Eh bien peut-être que “cela” vient du Zaap et s’enfonce ensuite dans le trou, suggéra Mystheur.
  • Tu insinues que nous avons affaire à un phorreur, Mystheur ?
  • Tu oublies l’empreinte de main.
  • Un… “phorreur-garou” ?
  • Aaaah… Tu me fais plaisir, Skelett (Rêveur). Vraiment. Malheureusement, ça ne correspond pas à ce qu’ELLE dit, avisa-t-il en pointant du doigt une jeune Eniripsa recroquevillée au pied d’un arbre.
  • On aurait peut-être pu commencer par là…
  • Oui, mais je n’aurais pas eu le bonheur de t’entendre parler d’un “phorreur-garou” » exulta le Xélor en faisant craquer une graine sous sa dent.

 

*****

 

L’agent Skelett s’approcha de la jeune fille. Elle semblait sous le choc : ses lèvres étaient contractées vers le bas et ses petites ailes étaient toutes fripées. De plus, son œil brillait. L’autre était dissimulé derrière un cache-œil blanc avec une croix rouge cousue dessus.

« Mademoiselle ?

  • Elly ! Elly Verdraï, informa Foux en fermant la marche.
  • Bonjour mademoiselle Verdraï, pouvez-vous me dire ce que vous avez vu exactement ?
  • Pour commencer… introduisit-elle en se tournant vers Mystheur : je n’ai vu NI phorreur-garou NI Enutrof croisé avec une bestiole poilue qui creuse des galeries souterraines ! »

Dans le dos de Skelett, le Xélor faisait de grands signes à l’Eniripsa pour qu’elle la mette en veilleuse, mais quand Nada se retourna, il changea son geste pour faire tourner son index auprès de sa tempe.

« Vous insinuez que je suis folle ? Je vous vois, hein !

  • Meuh noonn… c’est un geste qu’on fait souvent au bureau des F. B. A.… Ça signifie qu’on est… sur… un gros truc ! Un truc énooorme…
  • Mystheur.
  • OK »

Foux alla grignoter ses graines un peu plus loin.

« Agent Skelett, du bureau des Faits Bizarres et Anormaux. »

Elles se serrèrent la main.

« Dites-moi ce que vous avez vu, Elly.

  • Je me promenais en sifflotant… Un air entêtant à la fois joyeux et effrayant qui ne me lâche pas depuis des jours... Voyez plutôt ! »

Elle se leva et fit une démonstration.

« Effectivement.

  • Quand soudain… j’ai vu une main transpercer le sol dans un éclat de terre ! Puis une autre… ensuite, une tête chevelue est apparue… jusqu’à ce moment où j’ai pu distinguer le tronc d’une femme.
  • … qui sortait de la terre, donc.
  • Tout à fait ! J’ai d’abord cru à une Sadida qui se… ressourçait (ils font parfois des trucs très bizarres dans la nature)… avant de constater qu’elle était mi-femme, mi… végétal ou minéral, je ne saurais dire… Elle s’est mise à avancer… Je ne peux pas dire qu’elle marchait, car je ne voyais pas de pieds, mais une sorte de mousse… qui faisait un bruit répugnant en même temps qu’elle se mouvait. Elle me faisait penser à ces créatures qui sont apparues il y a quelques temps… vous savez ? Ils ont l’air aussi morts que vivants…
  • Les… Enutrofs ?
  • En moins radins et en un peu plus morts encore…
  • Ah, je les ai ! Les Trépamorts ?
  • C’est ça ! Bref… elle avait l’air mal en point. Alors je lui ai proposé de l’aide… je n’avais aucune mauvaise intention… Et c’est là qu’elle m'a dévisagé, avec des yeux… vides… littéralement ! Et elle m’a dit… hm hm… (Elly prit une voix rauque et fantomatique) : “Agonie n’a besoin de personne et encore moins d’une fillette qui se prétend guérisseuse. Retourne jouer à la poupée ! L’agonie est, triste ironie, le fardeau que doit porter à présent Agonie…”
  • Hm… je me demande s’il y a un sens caché…
  • Vous vous rendez compte du culot de cette vieille plante ! C’est la goutte d’eau qui fait déborder…
  • … la vase ? »

L’Eniripsa dévisagea la Sramette.

« Excusez-moi, je crois que mon collègue déteint sur moi…

  • Skelett ! Viens voir !
  • Quand on parle du Mulou… Je reviens tout de suite ! »

*****

 

Assis devant le Zaap, Mystheur avait ouvert un de ces classeurs.

« Je me suis permis d’aller chercher ce dossier pendant que tu papotais avec ta copine…

  • Pendant que je papot…
  • Chut ! Lis-moi plutôt ça… »

Foux lui tendit le dossier :

Prénom : Agonie

Nom : Inconnu

Classe : Inconnue

Activité : Puissante nécromancienne

Hobbies : La poterie ; façonner des cœurs livides / la mort ; faire revenir les morts à la vie

Particularité : Serait la mère de Raval, protecteur du mois de septange

Dates-clés :

  • Agonie aurait façonné les cœurs livides avant d’en confier une partie à son fils Raval (on ne sait pas trop quand…).
  • En 647, quand la tour des Chants Pétrifiés est attaquée par des dieux, Agonie disparaît avec un cœur livide. Résultat : la tour est brisée et Agonie et le cœur livide « air »… volatilisés.
  • Raval utilisa les cœurs livides à sa môman pour ramener Solar (ancien gardien du mois de javian) et Bethel Akarna (sorcier Osamodas) à la vie (ah oui, et il mit sur pied une armée de Trépamorts au passage). Résultat : les dieux ont accordé de nouveaux pouvoirs à leurs disciples afin de combattre l’armée de Trépamorts de Raval.

 

« Hm… Intéressant, mais on ne sait pas grand-chose finalement sur cette Agonie… conclut Nada.

  • Oui, mais nous avançons.
  • Ah bon ?
  • Tu n’as pas remarqué, Skelett ? Parmi ces trois affaires, c’est la première fois qu’il y a plus qu’une simple “vision(il montra le trou béant dans la terre). Cette fois-ci, nous avons une preuve tangible… et ça ! Hé hé… Ça va plaire à Skinair… »

 

Affaires à suivre…

Si vous souhaitez vous aussi mener l’enquête à propos de ce personnage, retrouvez-le dans ces histoires :

  • Roman DOFUS – Tome 5 : De cendre et d’ivoire, disponible sur Ankama Shop (en français uniquement)
  • DOFUS MMORPG : la quête du Dofus Ivoire
  • WAKFU MMORPG : la Tour Minérale

Découvrez la mise à jour Eliocalypse : Résonance maintenant dans DOFUS !