FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Fan-Fiction] Une mission pas comme les autres

Par tomtom-XD 29 Décembre 2010 - 23:20:05
EDIT : L'histoire à été réecrite, commencez à lire à partir du post #37 wink

Bonsoir !
Bienvenus sur ma Fan-Fic, j'espère qu'elle vous plaira, n'hésitez pas a poster un commentaire, que ce soit négatif ou positif, toute les remarques me permettront de m'améliorer.
Tout d'abord, quelques précisions sur mon histoire (sans révélations bien sur ^^)
Elle se partage en deux points de vue, racontés par deux personnages différents tout au long de l'histoire. Certains chapitres seront narrés par les deux personnages et d'autres n'auront droit qu'au point de vue d'un seul.

►►►►►►▼◄◄◄◄◄◄


1
----- ₪ -----
La Mission

(Point de vue Azra)


Je m'engageais dans cette ruelle sombre, qui ne m'inspirait rien qui vaille. Ce lieu de rendez-vous ne m'étonnait pas. Après tout, ce n'était pas la première fois que j'avais affaire à une demande comme celle là. Je n'eus pas à patienter longtemps, un homme s'avança d'un pas déterminé à ma rencontre.
- Vous allez vous rendre à la milice d'Amakna. Vous devrez nous ramener toutes vos observations et informations sur une petite fille, du nom de Daria. C'est une jeune Sadida d'environ dix ans. Je ne pense pas que vous aurez du mal à la repérer. Nous nous reverrons dans dix-huit heures, ici même.

Il fit demi-tour et sortit dans la rue principale aussi vite qu'il était arrivé. Comme d'habitude, je n'avais aucune information supplémentaire. Je ne connaissais jamais l'identité des commanditaires, et de toute façon je n'en avais pas besoin.
Je pris mes affaires et me mis en route. J'avais eu rendez-vous dans une partie reculée du village, je n'étais donc pas loin de la caserne.
Y entrer n'était pas très difficile, il n'y avait qu'un seul garde habituellement. Le plus dur est de ne pas se faire repérer. D'où l'utilité de mes compétence. Je lançai le sort d'invisibilité et sortis de ma cachette. Heureusement que je pouvais ne pas être vue, ce jour là, c'était le chef de la milice qui montait la garde. Je me faufilais à l'intérieur de la caserne. Mon premier but était de trouver cette petite fille, l'espionner serait alors un jeu d'enfant. Je n'eus pas beaucoup de mal à la trouver, celle-ci beuglait dans les couloirs une comptine incompréhensible. Je suivis le tintamarre et la trouvai. Elle était effectivement facilement repérable. Je me mis donc dans un coin de la pièce qui devait être une chambre et j'observais. Il y avait du mouvement dans la caserne. Soudain, sans crier gare, la porte s'ouvrit laissant entrer un Sadida plus âgé, qui devait surement être son frère car la ressemblance était marquante. Il était suivi du garde de l'entrée.
- Arthas, êtes-vous sûr que c'est le bon jour pour partir ?
- Oui Xaedo, les membres de la mission seront parfaitement qualifiés pour vous accompagner.

Arthas sortit de la pièce en refermant la porte derrière lui. Le Sadida, était affairé à ranger quelques affaires par-ci par-là, quand la porte se rouvrit quelque instant plus tard.

Le chef de la milice revenais mais cette fois-ci accompagné de trois autres personne. À première vue, un Iop, une Crâ et une Sacrieuse.
- Xaedo, voici Kyle, Llyore et Iris. Ils font partie de la mission.
La Sacrieur s'agenouilla devant la Sadida, qui n'avait prononcé aucun mot pour le moment.
- Déjà que cette chambre est petite, si tu commence à inviter des gens grand frère, on va finir par se marcher les uns sur les autres, râla-t-elle.

La jeune Sacrieur observait Daria.
- Comme tu es mignonne, lâcha-t-elle.
- Je ne suis pas une gamine ! Arrêtez de me dire ça !! se mis à ronchonner la petite fille.

Iris n'avait pas tort, mais à priori, elle avait touché un point sensible.
- Daria, reste polie je te pris, la gronda Xaedo.
- C'est elle qui n'est pas gentille avec moi ! Elle me traite comme si j'étais une gamine !

Elle se jeta de l'autre coté du lit au fond de la pièce, à quelque centimètre de moi. Je sentais son souffle et pouvais voir son énervement sur son visage.
- Je boude !
Tout le monde avait l'air gêné par la situation. Moi j'avais une seule crainte … me faire repérer. Je tentai de me déplacer pour risque le moins possible que la petite fille ne repère ma présence.

- Elle a un caractère assez particulier, commenta le Sadida.
- Bien, nous allons discuter de la mission dans la salle que nous avons organisée pour l'occasion. Un autre membre nous y attend déjà.

Je remarquais alors que la fillette venait de disparaitre de devant moi. Il allait falloir que je redouble de vigilance si je voulais pouvoir la suivre dans ses moindres mouvements. Je pris donc l'initiative de me glisser dans le couloir, bien que j'eu un peu de mal car le jeune Iop, bloquait une partie de l'entrée. L'ai-je touché ? Même lorsque l'on est invisible il arrive que les autres sente une présence … Il en est que lorsque je voulu passer, ce dernier se décala légèrement.

Daria à ce moment là tapotait sur l'armure d'Arthas.
- Oui, mademoiselle ?
- Je ne veux pas d'elle ! annonça-t-elle en désignant Iris.
- On ne montre pas la gens du doigt Daria, murmura Xaedo.
- JE NE VEUX PAS D'ELLE !! se mit-elle à hurler.

Dans la foulée, cette petite fille très susceptible n'attendit pas de réponse et se mis à courir dans les couloirs. Je me lançai alors à sa suite, mon ordre était de l'observer, je n'allais donc pas me permettre de la perdre. Et mon dieu qu'elle courait vite. J'avais presque du mal à la suivre dans ce dédale de couloir. Finalement, elle fut ralentie dans une pièce contenant trois portes dont celle par laquelle nous venions de passer. Elle prit donc l'unique sortie car l'autre porte était fermée. Je remarquai alors qu'un jeune homme observait la scène tranquillement sans savoir ce qui se passait vraiment. J'entendais le Iop qui tentait de suivre la petite fille.

Elle finit par arriver dans une pièce à l'écriteau en bronze "Salle des Armes" et couru dans tout les sens pour se cacher. Elle tenta derrière un bouclier, puis un autre, et ainsi de suite pour finir derrière un grand blason qui la camouflait parfaitement. Elle aurait pu rester ici pendant des heures si elle n'avait pas jeté un coup d'œil toute les dix secondes par-dessus sa cachette de fortune.
- Daria ? Je sais que tu es derrière ce bouclier. Arthas et ton frère t'attendent, il faut que tu viennes avec moi.
Je sursautai, je n'avais pas entendu la porte s'ouvrir. C'était le jeune homme qui attendait dans l'ombre au fond de la salle que nous avions traversé en courant.
Il n'attendit pas qu'elle bouge de sa cachette, il fit demi-tour et retourna d'où il venait. Je ne savais pas comment il avait fait, mais Daria le rattrapa en courant et le suivit. J'en avais assez vu pour le moment. Je savais où se trouvais la petite fille, je pouvais sortir de la caserne et attendre dehors. Si j'avais bien compris, ils partaient pour un autre lieu aujourd'hui. Ils n'iront pas loin dans tout les cas, la journée était bien avancée. Malheureusement pour moi, tous les couloirs et pièces du château étaient faiblement éclairés, je n'avais donc pas eu le loisir d'observer ce jeune homme dont l'autorité avait fait changer d'avis instantanément cette petite fille.

Je m'assis donc au bord du chemin à la sortie de la caserne, s’ils partaient, ils passeraient obligatoirement par ici. Effectivement au bout d'une heure environ, les voilà qui se rendaient à la porte. Le jeune homme avait enfilé une cape de voyage dont il avait mis le capuchon, dissimulant son visage dans l'ombre. Les deux Sadidas retournèrent dans la milice, un Eniripsa avait rejoint l'équipe et se dirigeait vers des boutiques et les trois derniers travers le village vers le sud. Mon instinct me disait d'attendre ici. Mais par déduction, je supposais que ce mystérieux homme devrait surement mener ce groupe. Poussée plus par ma curiosité que dans le besoin réel de la mission, je suivis l'inconnu.
- Vous avez entendu Jake, nous devons le rejoindre dans dix minutes à la sortie nord.
Ainsi donc, j'avais vu juste. Je le suivis donc, mais suffisamment loin pour ne pas me faire trahir par le bruit de me pas.
Il finit par s'allonger contre un arbre en laissant son capuchon, m'empêchant de voir son visage.
Je n'eus pas d'autre choix que d'attendre avec lui, sans pouvoir l'observer.

Ce fut finalement au bout d'une heure, interminable, qu'arriva enfin le dernier. Cet Eniripsa avait pris son temps pour faire des emplettes.
Ils se mirent donc en route, et je repris ma filature. J'écoutais attentivement ce qu'ils pouvaient bien se raconter, et bien mis à part quelques commentaires inaudibles de Daria sur la tenue de Jake, ces gens là n'étaient pas tellement bavards.
La nuit commençait à tomber lorsqu'ils installèrent finalement leur campement. Je me mis donc à une distance correcte pour pouvoir espionner tranquillement. Je dus me déplacer deux fois car la petite Sadida cherchait du bois pratiquement sous mes pieds.
Jake était donc un Féca, puisqu'il plaça des glyphes et des sortilèges de bouclier tout autour du campement. M'avait-il repérée … j'en doute, surement une de ses habitudes.

Il finit par enlever sa cape de voyage je pus ainsi voir son visage, il devait avoir aux alentours d'une vingtaine d'année. Malgré la difficulté pour l'observer, la lueur des flammes me permit de le voir. Il paraissait musclé, bien que les vêtements puissent être trompeurs. Ses yeux étaient d’un vert émeraude et son sourire charmeur. Il devait avoir les cheveux châtains bien que l'éclairage du feu doive modifier les couleurs, et avait l'air de ne pas s'être rasé depuis quelques jours. C'est sur cette dernière image du campement que je retournai au village. J'avais encore une heure de trajet, et je devais me reposer avant de rejoindre le point de rendez-vous.
0 0
Réactions 31
Score : 3

Très bien écrit, le suspense est bien écrit, à quand la suite ? Je tiens à te féliciter pour l'orthographe et la conjugaison, je n'ai pas remarqué de fautes !

Pee

0 0
Score : 3

Coucou ! On m'a conseillé de lire cet histoire et moi je n'ai qu'une chose à dire, à quand la suite ?!
Patate, pourquoi tu trouves qu'il n'a pas de style propre ? Tu arrives à juger sur un seul chapitre alors que ce n'est qu'un prologue dans lequel on ne sait presque rien sur l'histoire.
Moi je trouve qu'il entretient un voile de mystère sur ses personnages qui n'est pas désagréable smile

Vicouns

0 0
Score : 55

Voici le point de vue de l'autre personnage, n'ayant pas voulu faire un trop gros bloque au premier message, j'avais décidé de le poster en deux parties.

►►►►►►▼◄◄◄◄◄◄


1
----- ₪ -----
La Mission

(Point de vue Jake)


Je marchais d'un pas déterminé à travers le village. La milice apparaissait au loin, se rapprochant peu à peu. Arthas, le chef de la garde d'Amakna m'avait convoqué pour ma première mission dont je ne connaissais pas encore le contenu.
Comme prévu, il m'attendait à l'entrée de la caserne pour m'expliquer dans les plus brefs délais ma mission.
- Bienvenu Jake, suivez-moi. Je vous donnerais les détails complets lorsque tout le monde sera arrivé.
Je le suivis dans les couloirs qui se croisaient dans tout les sens, on aurait pu facilement se perdre dans un tel endroit. Mais je n'étais pas là pour faire du tourisme, j'avais donc tout intérêt à suivre le capitaine sans le perdre des yeux. Je n'eus donc pas le loisir d'observer la Mer d'Asse visible depuis les fenêtres.
Au bout de quelques minutes, nous finîmes par arriver dans une salle de petite taille meublée par une unique table entourée de chaises.
- Asseyez-vous, les autres ne devraient pas tarder.
J'acquiesçai d'un signe de tête et choisis de m'asseoir dans l'endroit le plus sombre de la pièce. Je n'aimais pas me faire remarquer. Les instants qui suivirent eurent l'air interminable, le temps semblait s'éterniser, et le capitaine était sorti me laissant seul dans cette pièce vide, au beau milieu de ce labyrinthe. Au moment où je commençais à douter sur cette fameuse mission, des voix montèrent depuis le couloir par lequel nous étions arrivés. Ces dernières n'étaient pas suffisamment nettes pour que j'en comprenne le sens, mais à l'intonation, ces personnes là se disputaient. Surgit alors dans la salle comme une tempête, une petite fille.
- Je ne veux pas d'elle ! hurlait-elle.
Elle tenta d'ouvrir une autre porte de la salle, mais celle-ci était fermée à clé. Elle alla donc sur la troisième porte, l'ouvrit et parti aussi vite que lors de son arrivé.

- Daria ?! Où te caches-tu ?
Un jeune homme fit son apparition à son tour dans la pièce. Lui non plus ne remarqua pas ma présence et s'engagea à la suite de la petite fille.
Et comme le dit l'expression, jamais deux sans trois : une troisième personne arriva plus doucement, sans crier mais d'un air renfrogné.
- Bonjour, dit-elle.
Ah ? On m'avait enfin remarqué. Je n'eus pas le temps de répondre.
- Tu n'aurais pas vu passer un Iop et une petite Sadida il y a quelques instants ?
Quelle question … Il n'y avait pas vraiment d'autres possibilités puisqu'elle les avait suivis. Je lui indiquai la porte, et elle disparu rapidement.
Tout redevint calme, les souvenirs de ma jeunesse venaient de remonter devant cette scène … Mais je n'eus pas le temps de me perdre dans mes pensées, de nouveau des bruits de pas approchaient.
- Bien, quand ils auront retrouvé votre sœur, nous pourrons peut-être commencer la mission.
Arthas venait de parler à un Sadida. Je remarquai qu'il me cherchait du regard. C'était un Iop bien bâti, il portait une armure ornée d'une grande croix rouge, symbole des Iops, et une épée était rangée à son coté droit. Il tenait son casque sous le bras, me permettant de voir son visage contrairement lors de notre première rencontre à l'entrée de la caserne. Il avait des traits durs, surement dus à l'inquiétude des batailles, et les cheveux gris. À coté de lui, le Sadida était petit. Il avait une grande chevelure lui recouvrant la totalité du visage, de couleur chocolat.
- Xaedo, je vous présente Jake.

Le Sadida pris place en face de moi. Nous étions au bout de la table, là où s'installa Arthas. Il commença à déballer des cartes, des notes, et pleins d'autres papiers concernant surement la mission. Il leva la tête de ses feuilles et se tourna vers le Sadida.
- Bien, vous serez accompagné d'un Féca, un Iop, un Eniripsa, une Crâ et une Sacrieur.
Nous serons donc une sacrée petite troupe …
- Tout le monde est déjà arrivé, mais ils cherchent une petite Sadida qui court dans toute la caserne, m'expliqua-t-il.
- Puis-je me joindre à la recherche ?

Il acquiesçât d'un signe de tête. Je sortis donc de la pièce en suivant le même chemin que de cette fillette.
La caserne avait l'air animée, bien plus que lorsque j'étais arrivé quelques temps auparavant. J'avais appris à me fier à mon instinct et je tournais au cours des couloirs, gribouillant sur un bout de papier les directions que je prenais. Je finis par me trouver face à une grande porte en bois, orné d'un écriteau en bronze "Salle des armes". La porte s'ouvrit d'elle-même. Cette salle était sombre, mais je distinguais un mouvement au fond de la pièce.
Tentant de se cacher derrière un énorme bouclier, se trouvait Daria.
- Daria ? Je sais que tu es derrière ce bouclier. Arthas et ton frère t'attendent, il faut que tu viennes avec moi.
Elle sortit de sa cachette et vint à ma rencontre. Je fis demi-tour, la guidant en direction du lieu de rendez vous. Je me rassis à la même place, Daria s'installa à coté de son frère.

Arthas sorti un parchemin bleu et y écrivit quelque ligne. Il le roula et ce dernier disparu instantanément. Il tentait de mettre un peu d'ordre dans la montagne de cartes et papiers se trouvant sur la table. Toutes ces cartes étaient des régions du monde agrandies, je parvenais à reconnaitre quelques endroits comme le village d'Amakna, ou la montagne des Craqueleurs.
Le Iop et la jeune fille qui étaient passés arrivèrent accompagnés d'une Crâ. Je devinais que ce devait être les autres membres de l'équipe.
- Bien, tout le monde est présent. L'Eniripsa nous rejoindra un peu plus tard. Je suppose que vous ne vous connaissez pas. Daria, Xaedo, Kyle, Llyore et Iris, voici Jake.
Malgré la faible luminosité, j'arrivais à voir qui désignait Arthas. Llyore était la Crâ et Iris la Sacrieur.
- Votre mission sera d'escorter ces deux Sadidas sur l'île d'Otomaï. La mission est plutôt simple, je vous laisse un peu de choix pour l'itinéraire bien qu'il n'y en ait pas des centaines. Il est nécessaire de prendre un bateau pour atteindre l'île, je vous conseil donc d'en trouver un à l'ouest, sur les côtes des plaines de Cania. Je vous laisse établir votre itinéraire ensemble, je m'en vais accueillir l'Eniripsa.
Il nous tendit une immense carte du monde, celle-ci recouvrait pratiquement l'intégralité de la table. Tout le monde l'observait, il y avait un point et un trait rouge. Le point correspondait à la milice. Le trait lui, indiquait la fin des plaines de Cania. L'île d'Otomaï, n'était pas représentée.
- Ceci est une mission d'escorte, veillez à rester discrets. Vous pouvez écrire sur la carte. Et sachez que vous n'êtes pas limité dans le temps. Bien, je vous laisse.

Le chef de la milice envoya un feutre. Pour ma part, l'itinéraire m'importait peu. Les deux filles quand à elles, y apportaient un vif intérêt. Elles ne voulaient pas traverser la forêt des Abraknydes car les monstres qui s'y trouvaient pouvaient être très dangereux. Et elles ne souhaitaient pas non plus passer par les lacs enchantés, territoire des Koalaks. Le Iop et le Sadida observaient comme elles la carte. Il fallait surement que je m'en mêle si on voulait en finir rapidement.
- Permettez ? demandais-je.
Je pris donc le feutre, et commençais à tracer un itinéraire. Je connaissais mes capacités, et ce dont les autres membres étaient normalement capables. Je décidais donc de proposer un itinéraire.
- Nous traverserons le village, puis la montagne des Craqueleurs. Nous atteindrons la forêt des Abraknydes, que nous traverserons pour rejoindre l'orée de la forêt. Pour cela, nous longerons au début la montagne des craqueleurs, nous aurons de ce fait moins de risques de rencontrer des monstres. Ensuite nous continuerons en direction de la mer, puis en traversant la plaine de Cania. Vu la taille de notre groupe, nous avons aucune possibilité de passer discrètement. Arrivés là-bas, nous chercherons une embarcation, si cela n'est pas possible, nous nous rendrons à Brakmar ou Bonta pour obtenir un bateau. De préférence Bonta, nous aurons moins de risque de tomber sur des bandits.
Pendant que je parlais en traçant le chemin sur la carte, Arthas était déjà revenu avec l'Eniripsa. Je ne les avais pas encore remarqués, jusqu'à que le chef de prenne la parole.
- Comme on m'en avait parlé, murmura-t-il. Voici votre dernier membre, Nidorex. Vous avez fini l'itinéraire ?
- Cet itinéraire nous convient, dit Xaedo pour lui et sa sœur.
- Nous aussi, dirent les deux filles.
- Introduction trop lente ! Quand est-ce qu'on tape ? marmonna Kyle.

Ainsi donc, j'avais convaincu tout le monde. L'Eniripsa, jeta un coup d'œil à la carte en s'asseyant.

- Bien. Vous partirez en fin d'après-midi. Vous pouvez aller faire un tour dans la salle des équipements de la milice pour prendre quelques objets. Mais ne vous surchargez pas trop, pensez que vous devez porter la tente et les vivres.
Arthas nous guida jusqu'à cette fameuse salle. Elle contenait tellement d'objets qu'on ne voyait presque plus les murs. Des étagères se trouvaient sur les murs ou au milieu. C'était comme une bibliothèque mais remplie d'objets magiques comme quelconque. Tous les types d'objets étaient mélangés : des capes, des coiffes, des amulettes … Bref une multitude d'équipements dont la plupart avait l'air strictement inutile. Les filles se montraient des capes, des vestes, et plein d'autres bijoux. Tandis que Kyle testait quelqu'une des épées. Quant à moi, aucun de ses objets ne m'attirait, je m'assis donc à l'entrée attendant qu'ils aient finis. De cette place, j'observais ce qu'ils choisissaient. Contrairement à la salle précédente, celle-ci était vivement éclairée par son toit totalement en verre. Je vis donc comment étaient mes futurs compagnons de route. Daria ne devait pas avoir plus d'une dizaine d'année, elle ressemblait énormément à son frère, même couleur de peau. La seule différence était ses cheveux d'un noir profond. Comme les enfants de son âge, elle était mignonne et très souriante.

A quelques pas, Iris et Llyore rigolaient en essayant divers chapeaux, les uns plus ridicules que les autres. Elles devaient avoir le même âge que Kyle, environ dix-sept ans. Surement Llyore était plus âgée, je n'aurais su le dire. Elle était blonde et ses yeux en amande étaient bleus comme les lagons. Elle avait l'air de rougir pour un rien, ce qui était assez amusant. Elle portait une jupe assortie à son tee-shirt, et avait de grandes bottes lui montant jusqu'aux genoux.
Iris était un peu plus neutre, surement aussi intéressante que son amie, mais son visage avait l'air un peu moins jovial. Ses cheveux détachés lui donnaient presque un air malade bien qu'elle abordait un large sourire. Elle était plus grande que Llyore et un peu moins féminine dans les habits qu'elle portait. Son pantalon de toile était comme taché de sang, et je remarquai alors que ses mains étaient rouges jusqu'aux coudes comme des dessins tribaux.
Elle attrapa un "Dantegoule", ce célèbre chapeau de paille, qui lui donnait presque un air de paysanne.

Nidorex mis un terme au flux de mes pensées.
- Tu ne veux pas d'arme ?
- Non c'est bon, j'ai déjà mon bâton, lui indiquais-je.

Ce bâton m'avait été offert lors de mon déménagement ici. Le "Bâton de Marie Aigue" était suffisamment résistant pour m'en servir comme arme. Nidorex fut appelé par Daria qui observait des baguettes.
Cet Eniripsa devait avoir une quinzaine d'années, il avait la peau bronzée et les cheveux noir ou brun foncé. Ses yeux étaient comme ceux de Llyore. Il abordait une chemise rouge, et un pantalon dans le même genre de tissus que la chemise mais de couleur noir.
Arthas refit son apparition sur le seuil de la porte. Il avait déposé à l'entrée sept sacs de voyage.
- J'ai pour vous une tente comme celle que l'on utilise à l'armée, elle est séparée sur quatre sacs, les autres contiennent de la nourriture pour une semaine. Pour l'eau vous devrez en trouver par vous-même. Sur ce, bon courage.
Il tourna des talons, et s'engagea dans un couloir.
- Bien, répartissons les sacs, proposais-je.
Tout le monde s'approcha.
- Les sacs contenant les morceaux de la tente et les couchages sont les plus lourds, commenta Xaedo.
Il fut donc décidé que Kyle, Nidorex, Xaedo et moi porterions la tente. Les filles quant à elles, videraient un peu le sac de Daria qui n'avait pas la même force que nous. L'aventure pouvait commencer et notre première destination était la montagne des Craqueleurs. D'un avis général, nous avions convenu de nous retrouver à la sortie nord du village dans une dizaine de minutes. Je mis ma cape de voyage et sortis de la milice.
Je n'avais rien à faire en attendant, je m'y rendis donc directement. Arrivé là-bas, je m'installai contre un arbre et patientais, mes affaires étaient déjà prêtes lorsque j'étais arrivé à la milice.

J'avais aperçu Kyle, Llyore et Iris tournant dans le village. Nidorex lui faisait le tour des boutiques et les deux Sadidas quant à eux étaient allés rassembler leurs affaires déposées à la milice.
- Bien, tout le monde est là, on va pouvoir y aller, déclarai-je.
Le soleil commençait à se coucher derrière la montagne des Craqueleurs. Nous n'aurons pas d'autre choix que de dormir avant la montée. Ils étaient arrivés au compte goûte et le dernier fut Nidorex avec plus d'une heure de retard.
- Il fait presque peur vu comme ça, chuchota Daria en parlant de moi. Heureusement qu'on l'a vu avant.
Surement est-ce dut à ma cape dont j'avais enfilé la capuche, dissimulant mon visage dans l'ombre.
Au bout d'une heure de marche, nous arrivâmes au pied de la montagne.
- Nous allons monter le campement ici. Comme ça nous partirons dès l'aube.
- Je vais chercher du bois pour faire un feu, dit la petite Sadida.


Kyle et Xaedo m'aidèrent à sortir la tente. Nidorex et les deux filles étaient allés chercher de l'eau. La rivière se trouvait juste à coté de notre campement de fortune.
Daria revint avec une montagne de branches transportées par des poupées et des ronces.
- Bien que l'on ne coure aucun risque, je préfère placer des défenses pour la nuit. De plus nous ne ferons pas de tour de garde.
Je mis ma cape sur mon sac pour avoir la possibilité de faire des mouvements amples et je fis un cercle avec mon bâton autour de notre campement. J'entrepris ensuite de placer des glyphes au sol.
- Jake, si jamais on a besoin de sortir du cercle en pleine nuit, c'est possible ? me questionna Iris.
- Si on doit partir, je peux tout désactiver instantanément, la rassurais-je.

Une fois tous les glyphes posés, j'installais les boucliers. De ce fait aucune attaque extérieure ne pouvait nous atteindre.
Je remarquais que le feu n'était pas encore allumé, d'un geste de la main je l'allumais. Un petit nuage se forma au dessus du bois et un éclair s'abatis. Le campement était totalement monté. Les quatre morceaux une fois assemblés donnaient une grande tente où l'ont pouvais aisément rentrer à sept et même plus.

Llyore et Iris attrapèrent la nourriture dans les sacs et mirent des cuisses de Bouftou à griller.
Je partis me coucher en premier. Lorsque j'entrai dans la tente, je vis que tout les sacs de couchages étaient sortis et installé dans tous les sens. J'en pris un que j'installai dans un coin.
0 0
Score : 3889

J'ai modéré les réponses pouvant nuire à la bonne ambiance.

Je me demande si vous "fanfiction" n'aurait pas plutôt sa place dans la section RP ?

0 0
Score : 779

Tout d'abord bonne année !! smile

Et bien moi je trouve ton histoire très interressante. J'aime beaucoup le début, il y a cependant une phrase que je trouve bizzard au début, mais ça ne gène pas dans la compréhension du texte.
Lisant des livres assez souvent (pas de BD), je trouve que l'écriture du texte correspond tout à fait à ce qu'un écrivain pourrait faire, bien sur avec peut etre des phrase formulé différement. Il n'y a rien à redire, juste te demander de continuer car j'attend la suite impatiement !!!
Bon courage pour la suite, et vite mets nous le reste tongue.

Sho-Capik.

0 0
Score : 18

Oui, je m'excuse d'avoir réclamé explications, ayant dû donc avoir recours à un post qui -même s'il cherchait à gagner une critique pour la fiction- respirait la mauvaise humeur. Je tiens une dernière fois à rappeller que je n'avais pas l'intention de continuer plus loin, car j'ai conscience qu'une "bonne ambiance" est effectivement le meilleur terrain pour accepter la critique smile

Dernier Hs: Ta question en est-elle vraiment une?
Personnellement je considère plus l'écriture comme un art (donc fan-fiction ->fan-art), tandis que le RP est un jeu de rôle, (pour moi encore) plus collectif qu'une fiction.

Pardonnez-moi si je n'ai pas le courage de réécrire ma critique, j'attendrai le prochain chapitre tongue
Maeve

0 0
Score : 55

Je m'excuse pour mon dernier message peut-être un peu agressif (merci a la modération smile Et bien sûr, Bonne année à tous !!

►►►►►►▼◄◄◄◄◄◄


2
----- ₪ -----
La montagne des Craqueleurs

(Point de vue Azra)


Cette nuit là, le village était éclairé par une lumière bleutée émanant de la pleine lune. Je retrouvai mon commanditaire dans cette même ruelle qu'il y a quelques heures. Il était là sous une cape de voyage semblable à celle de Jake. Sur le coup, j'ai cru que j'avais affaire à lui.
- Avez-vous obtenu des informations sur cette petite fille ?
- Effectivement, mais que voulez vous savoir ?
- Tout ce que vous savez, rétorqua l'inconnu.
- C'est une jeune Sadida, très susceptible. Elle a surement vécu dans le luxe depuis son enfance, entourée de personnes cédant facilement à ses caprices …
- Abrégez, je vous prie, interrompit-il.
- Bien, elle est actuellement escortée par cinq jeunes personnes ainsi que son frère. Ils se dirigent vers l'île d'Otomaï.

L'homme ne répondit pas et se mit à marcher de long en large. Je ne savais pas comment réagir, et me sentais mal à l'aise : devais-je l'interpeler et lui rappeler que je ne pouvais pas perdre mon temps ? Ou devais-je rester discrète ? Je n'avais jamais vu un des mes clients hésiter de cette manière. Il finit par me tendre une bourse de Kamas.

- Merci pour vos services. Je n'ai pour le moment rien d'autre pour vous.
Il fit demi-tour et disparut dans la nuit. Je me retrouvais seule avec une bourse remplie de Kamas. Je n'avais pour le moment aucune demande, et si on avait besoin de moi, je recevrais un parchemin avec un lieu de rendez-vous. Je fis donc le même chemin que la veille et rejoignis le campement que j'avais laissé quelques heures auparavant. Il était encore très tôt, pourtant le soleil commençait à se montrer.
Plusieurs raisons me poussaient à suivre ce groupe. Cette jeune fille avait attiré pour je ne sais quelle raison l'attention d'une personne. Mais lors de notre rencontre, ce dernier avait eu l'air d'hésiter. Les suivre me donnerait surement une réponse, et assouvirait ma soif de curiosité.
Mais pour cela, je devais prendre quelques affaires. Je n'aurai pas la possibilité de dormir confortablement, et si je voulais rester invisible, je devrais me reposer.

Je mis le même temps que la veille pour rejoindre le bas de la montagne des Craqueleurs, mais sans avoir besoin de me cacher. La chance n'étais pas de mon coté, le campement avait été remballé et les traces en partie effacées. Mes compétences me permettaient tout de même de retrouver leur direction, je n'aurais plus qu'à les rattraper. De toute façon, il n'y avait pas des centaines de direction, ils s'étaient rendus ici pour franchir la barrière rocheuse.
J'entamai donc l'ascension, quand j'entendis une personne réciter des poèmes … je n'appréciai guère le son de sa voix, de plus j'avais du mal en cette matinée à en saisir le sens complet.
- Le temps devenait doux, le vent était léger, la brise caressait avec grâce et volupté les êtres et les âmes de ce bois tamisé. Le soleil printanier embrasait de ses rays les volutes ambrées d’un air équilibré tandis qu’une candeur empreinte de sons calmes, clameurs et autres charmes planait tel un nuage de miel et de douceur au gré d’une lueur…
- Voila qu'il remet ça ! s'écria une autre voix.
Ce n'était pas une personne mais à présent une dizaine.
- Il se croit où ce con !
- Ce n'est pas le printemps des poètes ici !

Il est vrai que son récital contenait une multitude de rimes, mais les habitants du village n'avaient pas l'air d'apprécier ce genre de réveil.
Je remarquais alors que je me trouvais à quelques minutes de marche du groupe que je cherchais.
Je me rendis donc invisible. Mais je n'allais pas pouvoir me cacher pour une durée indéterminée. Je n'aurais plus la force de me maintenir invisible durant des heures. Je me remis en route au même moment qu'eux. J'avais l'impression qu'ils discutaient, mais à la distance où je me trouvais, le vent déportait le son de leurs voix.

Ils s'arrêtèrent au sommet de la crête, il fallait que j'en profite pour les devancer. Je me mis à marcher dans les bruyères et autre buissons qui composaient le flan de cette montagne. Je courais en direction du lac le plus proche, je pourrais ainsi me reposer en n'étant plus invisible.
J'atteignis le bord du lac. Je fis le tour pour me retrouver sur la rive opposé. Ils venaient d'entamer la descente, et je ne voulais pas être remarquée. Je me mis derrière un rocher me cachant de l'autre rive. Mais je n'avais pas prévu qu'ils bougeraient arrivés au lac. J'étais à présent visible depuis leur place.
Le lac avait l'air plus large vu du dessus, mais une fois au bord, on pouvait très facilement voir la rive opposé. J'entendis murmurer, et je sentis leurs regards se poser sur moi, aucun doute, ils m'avaient vue. Pensaient-ils que je les espionnais ou me prenaient-ils pour une simple aventurière dans ses contrées éloignées ?
Dans tous les cas, ils s'étaient remis en route dans la foulé. Je savais où ils se dirigeaient, je pouvais donc me permettre de perdre un peu de temps ici. L'air était frais, et l'eau semblait bonne. Il me prit soudain l'envie de me baigner. Après tout, je bosse à toutes heures au gré de mes clients. Je suis mandée jour comme nuit sans prendre soin de moi.
Ils étaient à présent hors de vue, et dans cette partie de la montagne, rares étaient les voyageurs. Je quittai mes vêtements que je posai sur la pierre. Je trempai mon pied, l'eau était fraiche mais pas glaciale, divinement agréable. Après avoir fait quelques brasses, je sortis de l'eau et me rhabillai. Je devais me remettre en route car je ne savais pas jusqu'où ils marcheraient.
Le chemin avait beau être escarpé et vertigineux, j'avançais aisément car mes prédécesseurs s’étaient occupés de dessiner leur trajet dans les branches tranchées.

Mais là, surprise : La vallée dans laquelle j'aboutis avait été témoin de plusieurs combats. Le Iop était étalé par terre et à ses cotés se trouvaient Daria et l'Eniripsa. Un peu plus loin, Xaedo et Jake repoussaient plusieurs Craqueleurs et Craqueboules. La Crâ et la Sacrieur quand à elles attaquaient à distance, détruisant les projectiles rocheux.
C'était presque de la folie, il devait y avoir une cinquantaine de monstres et pourtant ils les avaient attaqués. Bien que je n'aie pas vu comment ils en étaient arrivés à cette inconfortable situation, je le devinais aisément : ce genre de monstres n'attaque pas sans raison, seulement lorsqu'ils se sentent menacés. L'un d'eux, et je supposais le Iop, vu son état, avait dû se lancer sur une créature.
Je n'eus pas le loisir d'observer la suite du combat, un parchemin bleu venait d'apparaître sous mes yeux. Un point de rendez-vous et une date, tous les éléments étaient présents. Je devais donc filer. Je sortis de mon sac une petite fiole contenant un liquide magique qui me permettrait de me rendre sur le dernier lieu que j’avais choisi. En l'occurrence, je me rendais à Sufokia.
La dernière image, assez comique mais surprenante, que je perçus fut des monstres qui s'enfuyaient dans toutes les directions. Les plus forts grimpaient la montagne, les autres descendaient la vallée, et encore d'autres remontaient la rivière que j'avais surplombé depuis les corniches par lesquelles j'étais arrivée.

Un léger haut le cœur, et me voici atterrissant lourdement sur le sol de grosses pierres de Sufokia. Je rentrai dans la banque … Je n'appréciais guère ce lieu, les hiboux qui s'occupaient de garder mes biens demandaient des taxes aux montants astronomiques ! Vous imaginez : plus de cinq cent Kamas juste pour consulter mon coffre ? Oui bon, j'aimais bien conserver tout ce que je trouvais. Je n'avais pas besoin de vendre mes butins, les missions que j'accomplissais me rapportaient suffisamment pour subvenir à mes besoins. En parlant de mission, j'allais être en retard, partie comme ça. Je courus donc vers le zaap en direction d'Astrub.
Arrivé là-bas, ce fut l'horreur … La place grouillait de monde partout, une foule incroyable se croisait et recroisait, prenait le zaap, courrait vers les différents quartiers de la ville. Mon commanditaire m'attendait dans une ruelle adjacente à la place. Un homme d'une quarantaine d'année patientait à l'entrée du sombre chemin.

- Bonjour. Je souhaiterais que vous voliez un des trousseaux de clés des cellules de Brakmar.
- Cela risque de couter bien plus cher que ce que vous annonciez. M'introduire au sein de cette cité ne va pas être facile … De plus, voler un des objets les plus gardés de Brakmar …
- Vous n'aurez pas à vous rendre à Brakmar, les clés ont été refaites clandestinement à Astrub. Elles sont transportées dans un chariot contenant d'autres ressources. Il est parti il y a une heure. Ils passeront par le tunnel sous la montagne des Koalaks. Vous pouvez encore les rattraper, mais faite vite.

Il me tendit une énorme bourse de Kamas. Il devait y avoir une petite fortune.
- Normalement, les gens payent après la demande accomplie.
- Je ne me fais aucun souci avec vous. Je pense que vous pouvez mener à bien ma requête sans avoir de récompense pour vous y forcer. Il est primordial que vous obteniez ces clés.
- Combien d'heures je dispose ? sollicitai-je.
- Le temps qu'il vous faudra mais avant qu'il n'arrive à Brakmar. A dans six heures, conclut-il.

Il fit demi-tour et se fondit dans la masse.
0 0
Score : 594
Citation
Oui, je m'excuse d'avoir réclamé explications, ayant dû donc avoir recours à un post qui -même s'il cherchait à gagner une critique pour la fiction- respirait la mauvaise humeur. Je tiens une dernière fois à rappeller que je n'avais pas l'intention de continuer plus loin, car j'ai conscience qu'une "bonne ambiance" est effectivement le meilleur terrain pour accepter la critique smile

il faut prendre le problème à l'envers, c'est vous qui n'acceptez pas la critique négative (néanmoint pas forcément non constructive).
0 0
Score : 18

C'est un peu mieux pour les émotions, en effet smile Il ne manque plus qu'un chouillat d'humanité et je n'aurais plus rien à redire !

Et n'hésite pas à introduire des petites annecdotes comiques comme le poème, la fuite des craqueleurs ( et pas mulous, n'est-ce-pas...?), ça éclaircit toujours la lecture.

Voila, c'est tout ce qui m'est passé à la tête là tout de suite
Maev

0 0
Score : 779

J'aime beaucoup ce nouveau chapitre ! Si la suite est aussi bien, je crois que je vais les imprimé une fois tout finis et m'en faire un petit livret tongue.

Sho-Capik.

0 0
Score : 45

Une nouvelle fan est arrivée !! biggrin A quand la suiteuh ?? =p J'apprécie l'histoire qui est bien tourné en ce début de chapitre ! Je crois que je vais faire la même chose que Sho-Capik si le reste est aussi bien ! Ca me fera un nouveau "livre" pour ma collection =p.

Boumtiz

0 0
Score : 55

Bonjour ! Voici (plus tard que je l'avais prévu) la deuxième partie du chapitre 2, le point de vue de Jake. Les chapitres suivant n'auront qu'un point de vue. Mais j'essaierais d'être un peu plus rapide smile

►►►►►►▼◄◄◄◄◄◄


2
----- ₪ -----
La montagne des Craqueleurs

(Point de vue Jake)


Le soleil venait de se lever, projetant des zébrures sur la tente. Il était temps que nous levions le camp.
Le rangement se fit plus rapidement que je m'y attendais, ainsi nous pûmes entamer la montée dans la fraicheur matinale. Le soleil rasait les collines, projetant des ombres qui semblaient s'étendre jusqu'à l'infini. L'air restait frais, mais les rayons du soleil nous réchauffaient déjà timidement. Je mis la cape dans mon sac, et nous voilà repartis.

A peine croisé un petit Craqueboule que Kyle s’écriait. Le Iop trotta sur quelques foulées, fort d’une nouvelle envie.
- On pourra s'amuser sur quelques Craqueleurs ? demanda Kyle d’une voix subitement aigüe.
On aurait cru voir un petit enfant, des étoiles brillaient dans les yeux du Iop quand il s'agissait de combattre.
- Répond lui oui, je n'ai pas envie de le supporter de mauvaise humeur, me suggéra Llyore, sûre de sa réaction.
- Si on en trouve, pourquoi pas.

À vrai dire, j'en avais envie moi aussi, je voulais me défouler un petit peu, et les Craqueleurs pouvaient bien faire l'affaire !
Nous montions depuis quelques minutes déjà et je vis la milice au loin se dessiner, ses fières couleurs se distinguant de celle plus douces du soleil. Le ciel était dégagé à perte de vue. Mais ma propre expérience m’avait appris qu’en montagne il faut s'attendre à ce que le temps change en moins d'une heure.

Nous fîmes une pause de quelques stupides secondes : Daria avait réussi je ne sais comment à avoir des petits cailloux dans ses chaussures. Elle prit donc tout son temps pour les délasser, les enlever puis les remettre enfin. On aurait dit qu'elle n'avait pas envie de redémarrer et que marcher l'énervait déjà. Je m'adossai contre un rocher, et Iris vint me voir.
- Jake, personne n'a dut encore te le dire, mais nous avons choisi que tu dirigeras la mission.
- Vous avez choisi ça quand ?
- Hier soir, juste après que tu te sois couché. Nidorex a proposé que nous choisissions quelqu'un pour prendre les décisions, et nous t'avons choisi.
- Et si je ne veux pas ? rétorquais-je.

En fait, cela m'importait peu, mais ce qui me dérangeait était qu'ils aient décidé cela sans m'en parler. Suite à ma dernière réponse, la Sacrieur ne trouvait plus d'argument.
- Tu nous as montré que tu avais su juger nos capacités pour tracer le trajet, et tu es le plus âgé, trancha finalement Llyore.
- Bien, qu'il en soit ainsi.


La petite fille avait fini de mettre ses chaussures, nous repartions sur un bon rythme de marche. Un léger vent chaud et parfumé par les fleurs printanières s'était à présent levé. Nous étions en plein milieux de la montée quand soudain une voix forte raisonna sur le flan de la montagne.
- Le temps devenait doux, le vent était léger, la brise caressait avec grâce et volupté les êtres et les âmes de ce bois tamisé. Le soleil printanier embrasait de ses rays les volutes ambrées d’un air équilibré tandis qu’une candeur empreinte de sons calmes, clameurs et autres charmes planait tel un nuage de miel et de douceur au gré d’une lueur…
- Voila qu'il remet ça ! hurla une autre voix.

Cela semblait provenir de l'ouest du village.
- Il se croit où ce con !
- Ce n'est pas le printemps des poètes ici !

A priori, la verve de cette personne n'était guère appréciée. Il est vrai que ce ne devait pas être agréable de se faire réveiller de la sorte à sept heures du matin.

Les filles discutaient entre elles de vêtements, Xaedo montrait à sa sœur comment faire pousser diverses plantes toujours plus exotiques et menaçantes. Quant à Kyle et Nidorex, ils s'arrangeaient pour rendre le chemin le plus praticable possible. J'avais bien envie de me joindre à une de leurs discutions mais les fringues ne m'intéressaient pas plus que ça.
Au sommet de cette première crête, nous eûmes une vue sur la totalité de la montagne des Craqueleurs. Des nids se trouvaient aux sommets de pics rocheux, surement ceux de Kwaks. Nous voyons aux cœurs de quelques unes des vallées des lacs. Sur les rivages se trouvaient les fameux Craqueleurs accompagnés pas leurs congénères plus petits, les Craqueboules. Nous devions maintenant choisir une destination.
- Descendons un peu plus bas au bord de ce lac, nous regarderons la carte de la région pour prendre la bonne direction, annonçai-je.
Nous atteignîmes le lac, et nous nous installâmes sur la pierre la plus plate possible.
- Bien, nous sommes ici, indiquai-je.
- Et nous devons partir par cette vallée, renchéri Nidorex.
- On pourrait faire une pause, suggéra Daria. Le coin est magnifique et l'eau à l'air si agréable.

Je regardais les autres pour obtenir leurs avis. Je me rappelais alors combien était susceptible cette jeune fille. Autant céder un minimum à ses caprices pour éviter de lui courir après dans cette montagne.
- Si tu veux. On peut s'arrêter un petit moment.

La petite fille quitta alors ses chaussures et s'assis au bord du lac, trempant de cette manière ses pieds dans l'eau.
- Hé, il y a quelqu'un de l'autre coté du lac, chuchota Daria.
En effet, une personne était allongée sur l'herbe. Ce devait être une jeune fille, son visage n'était pas tellement visible, mais elle devait être aussi âgée que moi. Elle portait un grand manteau la couvrant de la tête au pied. De beaux cheveux blonds dépassaient de sa capuche.
- On ne sait pas qui c'est, autant ne pas capter son attention. Moins nous nous attirerons d'ennuis mieux ça vaudra, conseilla l'Eniripsa.
- Bon, autant partir maintenant, nous avons repéré le chemin à suivre, ne nous attardons pas ici.

Il était presque dix heures du matin, cela faisait bientôt trois heures que nous marchions. À ce rythme là, nous ne devrions pas atteindre la forêt dans la nuit. Bien que la suite du trajet soit en grande partie sans dénivelé. Le lac n'était plus en vue derrière nous et le chemin était pour le moment praticable. Nous eûmes quelques corniches et autres passages un peu plus compliqués à passer, mais personne n'ayant le vertige, nous passâmes facilement.

- Quand est-ce qu'on tape des monstres ? demandais Kyle toutes les dix minutes.
Les Craqueleurs étaient visibles, mais inaccessibles. Finalement au bout de deux heures de marche à supporter les questions sans réponse du Iop, nous arrivâmes plus tôt que prévu dans la dernière vallée à traverser. Par chance, des dizaines voire même plus de Craqueleurs et autres créatures des environs se trouvaient ici.
- Y'en a un qui va pouvoir arrêter de nous casser les oreilles, espéra Iris.
Nous n'étions pas encore arrivés que ce dernier avait déjà jeté son sac et courait dés à présent sur un Craqueboule pour s'échauffer.
- Mais quel abruti, souffla Llyore.
- Effectivement, commenta Iris.
- L'une de vous pourrait nous expliquer ce qui se passe ? interrogeais-je.
- Les Craqueleurs n'attaquent pas d'eux-mêmes en général. Ce sont des créatures passives, mais si elles se sentent menacées, elles attaquent. Et là, il y a plus d'une cinquantaine de congénères du Craqueboules. Dés qu'il aura provoqué celui là…, expliquait-elle.
- …Tous les autres se mettront à nous attaquer. Et cet endroit risque d'être un sacré champs de bataille, coupa sèchement Llyore.

Effectivement, Kyle venait de donner un coup d'épée sur le Craqueboule, et comme un bombardement, des dizaines de pierres volèrent dans sa direction. Le combat était lancé, nous n'avions plus le choix. Je courus dans sa direction, le Craqueboule tentait de riposter mais Kyle était plus fort. Il était tellement absorbé qu'il ne remarqua pas les pierres tombant sur lui. Il esquiva de peu quelques une mais ne put pas se dégager de la dernière qui atterrit en plein sur son visage. Je me mis alors devant lui et lançai un bouclier. Nidorex se précipita sur le Iop et l'extirpa de la zone. Les pierres volaient toujours, mais Llyore les interceptait en cours de route. Le combat était trop dangereux pour Daria, elle aidait donc l'Eniripsa à soigner Kyle.
Xaedo invoqua quelques poupées explosives qui se jetèrent en direction des monstres. Elles explosaient à intervalles réguliers, détruisant la moitié d'une jambe par ici, un bras par là. Le vallon ressemblait vraiment à un champ de bataille maintenant contrairement à la paisible vallée que nous avions pu voir précédemment. Nous ne pouvions pas nous permettre de nous battre contre autant de créatures, il fallait mettre un terme à cet affrontement.

- Trêve, articulais-je lentement en donnant un coup de mon bâton dans le sol.
Xaedo fut coupé dans son élan, manquant de tomber. Les monstres aussi venaient d'être stoppés dans leurs courses, ils avaient les yeux complètements écarquillés, comme des machines subitement déconnectées. L'instant d'après, ce fut la folie, toute les créatures qui s'étaient lancées à l'assaut firent demi-tour, montant les flans de la vallée pour les plus robustes, d'autres remontèrent la rivière par laquelle nous étions arrivés, et encore d'autres s'enfuirent plus loin dans la vallée.
Le petit lac précédemment envahis de Craqueleurs se retrouvait vide.
- Comment va l'autre ahuri ? s'égosilla Iris.
- Il s'est pris une pierre grosse comme un ballon de Boufbowl en plein sur la tête. Il avait le nez cassé, et le coup lui avait taillé le visage. J'ai réussi avec l'aide de Daria de tout soigner, répondit Nidorex

Le Iop avait le visage couvert de bandage.

- Peut-il marcher ? quémandais-je.
- Il faudrait qu'il se réveille pour cela, fit remarquer Daria.

Llyore n'avait pas l'air d'être patiente. Elle se dirigea vers la rivière avec une gourde qu'elle remplit d'eau. Elle revint et la vida totalement sur le Iop. L’idée avait fonctionné, il venait de sursauter en toussant.
- Où sont les monstres ? Que s'est-il passé ?
- Finalement, c'était mieux tant qu'il dormait, marmonna Iris.

Nous n'avions pas besoin de lui expliquer pourquoi il n'avait pas pu suivre le combat, il se souvenait de tout ce qui s'était passé. Nidorex lui posa quelques questions et vérifia si tout allait bien.

Nous prîmes son sac que nous allégeâmes : dans son état, il n'aurait pas pu porter grand-chose. Je partis en tête en compagnie de Xaedo, les autres suivaient.
- Heureusement que tu étais là, m'avoua le Sadida.
Je n'avais pas tellement envie de bavarder après l'événement précédent, mais bon, je ne pouvais pas faire mon asocial.
- Nous ne faisions pas le poids face à autant de ces colosses.
Il ne répondit rien, un silence presque dérangeant s'installa.
- Pourquoi allons-nous sur l'île d'Otomaï ? m'intéressai-je.
- Hum … Eh bien, nous devons nous rendre à un rassemblement. Et ce dernier commencera lors de notre arrivée.
- Ah bon ? Pour quelle raison ?


Il n'eut pas le temps de répondre, nous venions d'arriver au bord d'un ravin, dans lequel nous aurions pu tomber si nous n'avions pas fait attention.
- On les descend comment ces dix mètres de falaise ? demanda Llyore.
- C'est à mon tour de servir à quelque chose, dis Xaedo d'une voix enjouée.

Une liane poussa sous l'action du Sadida. Elle avait l'air d'être bien résistante. Il en fit sortir de terre une deuxième avec laquelle nous allions faire passer les sacs et Kyle qui n'était pas en état de descendre seul.
Xaedo s'engagea en premier suivit par sa sœur. Les filles m'aidèrent à faire descendre Kyle puis le rejoignirent. Je fis descendre les sacs pendant ce temps avec l'aide de Nidorex qui s'engagea lors du dernier sac.
- Je te fais confiance, mais je préfère descendre par mes moyens, annonçais-je en arrivant en bas.
J'avais utilisé mon sort de téléportation. Mais cela nous importait peu, nous venions de tomber au cœur d'un groupe d'Abraknydes et les ennuis reprenaient. Mon sort trêve me demandait trop d'énergie pour que je puisse le relancer, nous n'avions pas d'autre choix que de les combattre.
0 0
Score : 81

J'adore. wub

Juste une question : Nous sommes censés lire les 2 points de vue ou en lisant qu'un seul des 2 , nous pouvons comprendre la péripétie ? happy

Deveina.

0 0
Score : 779

J'adore la suite smile. J'en veux encore plus XD. Sérieusement c'est une histoire très interessante, et j'aime beaucoup la suite donc je vais le faire mon petit livre x).

Sho-Capik.

0 0
Score : 55

@ Deveina : Si tu le veux, tu peux ne lire que la partie de Azra ou celle de Jake, il ne te manquera aucun élément pour comprendre chacun des textes. Mais bien sur, lire les deux points de vue te permet de comprendre des événements de l'autre point de vue smile

Chapitre suivant au plus tard ce W-E ^^

0 0
Score : 81

D'accord. smile

A ce week-end alors. wink

Deveina.

0 0
Score : 3

J'adore, et j'attendrais impatiemment le chapitre suivant.

Je trouve ton histoire vraiment intéressante et surtout très captivante. Tu manie le suspense comme il se doit, et nous découvrons nos personnage au fur et à mesure en même temps que celui dont nous sommes complice. Et bien que les deux personnages sont un peu stéréo-type de ce type d'histoire, j'aime comment tu manie leur aventure à ton grès. Je dois dire que pour le moment, je ne trouve aucun rapport entre tous ce que fait Azra, mais être perdu à cause de cela ne me dérange pas, au contraire, je veux connaître les raisons de ces missions smile

Dans mon cas, je lirais les deux points de vue à chaque fois, car je veux tout savoir biggrin

Continue comme ça !! (J'ai moi aussi commencé a faire un petit livre de ton texte ^^)

Pee

0 0
Score : 55

Bonne lecture ! (Chapitre avec un seul point de vue)

►►►►►►▼◄◄◄◄◄◄


3
----- ₪ -----
Toujours de nouvelles requêtes

(Point de vue Azra)


Je ne le suivis pas de suite, je devais d'abord établir une sorte de plan. D'après ses informations le convoi était parti depuis une heure. Il devait être passé soit par le temple des Ecaflip, soit par le tunnel. Il était fort possible qu'il traverse le village, ce qui augmenterait la difficulté de le trouver. Je devais de toute façon l'intercepter avant ou après le village. Je pris donc le zaap, et sorti au village.
Si je voulais m'infiltrer dans la cargaison je devais être invisible. Mais pour l'atteindre, je devais dans tout les cas le trouver et le stopper. Le stopper serai surement le moins compliqué. Je me mis à errer dans toutes les rues en direction du nord. Je vis alors des traces de roue qui avait l'air récente. Je les suivis vers le sud.

Finalement je l'avais retrouvé en moins d'une demi-heure. Et comme je m'y attendais, il était entouré de gardes. Je couru en amont du convoi. J'installai le plus rapidement possible des pièges invisibles sur son passage. Avec un peu de chance, cela provoquerait suffisamment de problèmes pour que je puisse rentrer dans la charrette. Effectivement, l'explosion que provoquèrent quelques uns de mes pièges me permit de prendre place dans le convoi. Quelle facilité … il n'y avait même pas de gardes parmi la cargaison. Maintenant, je devais trouver les clés et sortir. Je n'avais pas encore réfléchi comment m'évader d'ici, mais j'avais tout le temps d'y réfléchir. À l'extérieur, c'était une panique générale, les gardes accostaient tous les passants pour savoir s'ils avaient vu qui avait placé les pièges.
- Vous êtes sur de n'avoir rien vu ? criait l'un.
- Mais oui je vous dis que quelqu'un vient de passer sans déclencher de pièges, il n'y en avait pas y'a dix minutes.

Bien sûr … je venais de les mettre. L'agitation extérieure me faisait sourire. Ils avaient l'air de ne pas être préparer aux embuscades.
Il était temps de trouver les clés, avec un peu de chance, le char n'aurait pas redémarré le temps de que je trouve. Je fouillai chaque sacoche. Elles ne devaient pas être dures à trouver, à ce que j'avais entendu il y avait des centaines de cellules à Brakmar. Le trousseau devait être imposant, et faire un minimum de bruit.
Je fouillais dans toutes les caisses sans aucune discrétion, et je me commençais à me demander comment se faisait-il que l'on ait encore rien entendu. Finalement je n'avais pas à être discrète, les soldats cherchaient encore le coupable.
J'avais cherché toutes les caisses, sacoches et autres contenant. Les trousseaux étaient introuvables. Je remis en place toutes les caisses, quand je remarquai un bout de tissu étrange sur le sol. Il dépassait d'une trappe très bien camouflée.
- Trop facile, murmurais-je.

J'ouvris la trappe et le but de mon embarqué se trouvait ici. Il devait y en avoir une dizaine, surement pour chaque geôlier. Une de moins ne se remarquerait pas dans l'immédiat. J'en fourrais une entre mes seins. À cet endroit, je pouvais être sur que cela ne ferait pas de bruit de tintement. Malgré la taille imposante du trousseau, celui-ci ne contenait pas plus de onze clés.
La caravane se remit en route. Je n'avais pas eu le temps de descendre. Tout était réinstallé correctement, plusieurs choix m'était offert, faire tombé une caisse et m'enfuir au moment où un garde jetterait un coup d'œil, ou sortir dans l'immédiat me faisant passer pour un courant d'air bougeant la toile.
Je devais attendre, je n'arrivais pas à voir où se trouvait les soldats. J'optai pour la caisse qui tombe. Cette même caisse manqua de m'écraser le pied, mais le but rechercher fonctionna parfaitement, un soldat ouvrit grand la toile arrière je pus me jeter allégrement et sans être vue.
- Il n'y a personne.
- Ce n'est pas possible ! J'ai entendu bouger.
- Va dire au conducteur de faire attention.
- La route est abîmée.
- Je suis sur d'avoir senti quelqu'un passé.
- Mais tu vois bien qu'il n'y a personne !
- Monte vérifier au lieu d'attendre comme un abruti !
- Mais …
- Rooh ! Faut pas avoir peur comme ça, regarde. Bon, c'est définitif, il n'y a personne.
- Pourtant on ne vient pas de passer sur un trou.


Les soldats venaient d'entamer un nouveau débat, et les écouter était toujours aussi amusant. Quel bonheur d'être Sram, toutes les missions de ce genre étaient extrêmement facile.
Je n'allais pas m'attarder ici, et je courus aussi vite que je pus en direction du zaap. Bon, vous allez me dire, mais pourquoi ne pas utiliser une potion de rappel comme dans la montagne des Craqueleurs. Tout simplement parce que cela laisse une trace du passage de la personne. De cette manière, on ne pouvait pas savoir que j'étais venue.
J'avais encore deux heures devant moi, avant de retourner dans la ruelle, je fis donc le tour des boutiques pour passer le temps. Quel ramassis d'objets inutiles dans cette ville.
Par exemples, des petits chapeaux en plumes de Piou, cela pouvait être amusant pour les enfants ou les soirées costumées.
Le temps passa finalement vite, et je me rendis au lieu de rendez vous. Il s'y trouvait déjà, je lui tendis les clés. Avec un sourire, il les prit et s'éloigna.

- Merci, murmura-t-il en passant à ma hauteur.
Je n'eus pas le temps de repartir que je recevais un nouveau parchemin. Qu'avaient-ils aujourd'hui pour me demander aussi souvent. C'était le même commanditaire que la veille, lors de l'espionnage de la fillette, il n'y avait pas de rendez vous, toute les informations étaient inscrites sur le papier :

Bonjour,
Ma requête est la suivante.
Je voudrais que vous retrouviez le groupe accompagnant la jeune Daria.
Relevez le plus d'information que vous le pouvez.

Rejoignez-moi dans trente-six heures au même endroit que la dernière fois.


Il avait au moins le mérité d'être court dans ses demande. Mais je ne connaissais pas la récompense. En général lors des rencontres, je vois ce que j'obtiens, ou dans des cas comme celui-ci, elle y est écrite.
Par chance, je savais où se trouvait ce fameux groupe, je pouvais donc les rejoindre rapidement. Mais trente-six heures d'observation risquaient d'être éprouvantes.
Je pris à nouveau le zaap pour la montagne des Craqueleurs. Je me trouvais au sommet d'un pic, un chemin descendait dans la vallée, dans moins d'une heure je les aurais surement rejoins.

J'aperçus enfin la fin de la vallée, là où je les avais quittés la dernière fois. Le Iop avait été touché, ils ne devaient pas être très loin à présent.
J'atteignais la falaise permettant de rentrer dans la forêt des Abraknydes. Au pied du mur de roche se trouvait quelques cadavres d'Abraknydes jonchant le sol.
- Montez le campement pendant que j'installe les dernières protections !
Je reconnu immédiatement cette voix, c'était Jake. Je pris un peu de recule et sautai dans le vide. Je me rattrapai de justesse à une branche sur laquelle je grimpai. Je parcourrai par les airs la distance qui me séparer de mon but. Ils s'étaient installés contre la falaise. Les boucliers déformaient un peu l'air autour de la tente. Ils s'affairaient rapidement.
- Quel imbécile cet Iop ! Même à moitié inconscient il se jette quand même dans la bataille ! aboyait la Crâ.
Son amie tentait de la calmer, Nidorex sortit de la tente, fouilla dans un sac et y retourna. À l'extérieur de la tente, Xaedo et Jake discutaient tranquillement. Je ne voyais pas Daria, la personne qui m'intéressait le plus. La situation actuelle n'était guère intéressante, je me mis en quête d'un coin confortable pour rester en observation durant les quelques heures qu'ils resteraient ici.

Les branches craquaient sous mon passage, je craignais de me faire repérer. N'ayant pas la force de me rendre invisible, je pouvais être vue si je bougeais trop. Mes vêtements sombres me permettraient de me fondre dans la végétation lorsque je serais installé.
Le ciel s'assombrissait petit à petit, le soleil plongeait au loin, au-delà de la plaine de Cania.

- Nous bougerons demain, installons nous confortablement pour bien nous reposer cette nuit. Nous ne savons pas ce que nous rencontrerons demain, conclue Jake. Nous installerons notre campement à l'orée de la forêt.
Il se leva en rentra dans la tente. Je savais que j'en avais pour plusieurs heures inintéressantes lorsque la nuit tomberait et qu'ils seraient partis se coucher.
Ils mangèrent, s'occupèrent et finalement s'isolèrent tous dans la tente, j'entendais des bribes de phrases. Mais cela était incompréhensible. Je quittai ma branche, j'avais vu où le Féca avait posé les défenses je pouvais donc m'approcher. J'avais raté les histoires sur les deux filles et le Iop, mais j'entendis le Sadida parler.
- … toujours vécu dans la forêt d'Amakna. Nous y sommes pas nombreux, car la plupart de notre peuple vie maintenant dans l'arbre Hakam.

Je me déplaçais pour mieux entendre. Malheureusement je dus m'éloigner pour atteindre l'autre coté plus proche et je ne pus comprendre ce que racontait l'Eniripsa.
Jake se mis à parler, j'entendis quelques bribes de sa vie.
- … une enfance paisible … et finalement … ma mère et mon frère au village d'Amakna il y a deux semaines.
- Nous t'avons jamais vu toi non plus, fit remarquer quelqu'un.
- … pas vraiment balader dans le village … campagne durant ces deux semaines.

J'étais persuadée qu'il me manquait des éléments surement intéressant mais bon, je ne pouvais rien y faire. La lampe s'éteignis, je regagnai mon perchoir et m'enroulai dans des couvertures.
Deux fois de suite, je bougeais faisant se cogner dans la bourse mes Kamas. Je vis Jake sortir la tête de la tente. Je devais être plus discrète si je ne voulais pas être repérée.
0 0
Score : 3

Un chapitre bien sympa que nous avons là. J'ai vraiment hâte de la suite !!
Et moi aussi, pour le moment, je me demande où va l'histoire smile
Mais je trouve ça assez passionnant ^^

Vicouns

0 0
Réagir à ce sujet