En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Event] Pyrocluedo : Topic HRP

Par Le-Valet-Noir - ANCIEN ABONNÉ - 03 Avril 2017 - 17:11:14
Réactions 87
Score : 926

Quelques mois après le crime, le procès de Salpêtre Midofis a enfin lieu. Aporia Crategi est appelé à la barre pour faire part de ses conclusions. Une fois celles-ci présentées avec un débit impressionnant et des indices et autres liens aussi bien exposés les uns que les autres, un homme s'avance de l'assemblée d'un pas lent. Il s'approche vers notre enquêteur et ...



A suivre...
0 0
Score : 2718

Après avoir piqué un somme d'une bonne grosse heure en guise d'ultime fouille, Calisson se sentit reposée et chargée à bloc pour réunir l'ensemble des suspects.
Ce qui fut assez simple au final, vu qu'ils étaient déjà tous présents dans le salon, aucun d'entre eux n'avait encore fui.

« Oh, vous êtes tous là, tant mieux !, dit-elle en s'adressant à l'assemblée. Je vais donc pouvoir pour révéler les mystères de cette étrange affaire...
Commençons par Braise, l'assistante d'Adama. Pour ce faire, je vais vous demander de tous me suivre au sous-sol, dans la chambre de l'intéressée.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Braise n'est pas aussi sainte que ce que l'on pourrait croire. Voyez sous son lit, cette argenterie aux initiales des Midofis ?
Mais pour autant, ça ne fait pas de cette voleur une tueuse. Braise Pascale, vous n'êtes pas coupable. Du moins, vous n'êtes pas coupable du meurtre de Ludovico Midofis. »

« Vous n'êtes pas plus coupable de ce meurtre, que ne l'est Adama, dont vous êtes secrètement amoureuse, à en croire votre... journal.
D'ailleurs, dit-elle en dirigeant le groupe intrigué vers la chambre de ce dernier, Adama n'est pas qu'un simple majordome pour la famille Midofis.
Il s'avère que sa mère, feue Emma Jordome, est tombée enceinte il y a 18 ans de cela... Enceinte de Ludovico Midofis lui-même !
Des tests ont été effectués, et je vous confirme, Adama, que vous êtes bel et bien fils de Ludovico Midofis. Vouliez-vous hériter de ce père caché ?
Non, impossible. Car vous-même, vous n'étiez pas au courant ! »

« Mais regagnons le rez-de-chaussée, je vous prie. Pour ceux qui n'auraient pas encore pris connaissance du culte de Mitomiel, vous allez pouvoir en apercevoir quelques fragments, affirma l'ex-Chachatte en poussant la porte de la chambre d'Ivy.
Dans cette antre de l'impudeur, vous pourrez trouver, cachés habilement sous l'autel, une liasse de chèques d'une valeur de 150.000 Kamas, dérobés à Ludovico Midofis.
Ivy Trilolisme voulait en profiter pour fiancer la rénovation du temple dédié à sa divinité... Mais à l'instar de Braise Pascale, Ivy n'est qu'une voleuse également, et non une tueuse. »

« À présent, montons au premier étage. Maescria Bine, dans votre chambre nous avons pu retrouver un test de grossesse... positif.
Vous êtes enceinte de feu monsieur Midofis. Quelle raison auriez-vous pu avoir de le tuer ? Je n'en vois aucune, votre amour filait droit.
À moins que... À moins que Ludovico n'ait découvert à quel trafic vous preniez avec Glycérine, sa fille ? Oui, vous l'approvisionnez en stupéfiants !
Voilà pourquoi Adama trouvait que mademoiselle n'allait pas bien en arrivant : elle était en manque. Et une fois sa dose reçue, tout allait mieux, évidemment. »

« D'ailleurs, à ce propos, reprit Calisson en faisant monter le groupe au dernier étage du manoir Alberta, vous auriez pu mieux terminer votre dose, mademoiselle.
J'ai pu retrouver des traces de votre narcotique avec ce Pyrofuego qui traînait dans votre chambre. En revanche, je ne m'explique pas que vous vous soyez retrouvée avec la lettre d'amour du docteur Wallane.
Elle ne vous était pas destinée, que je sache. Est-ce en la lisant, et en découvrant ce qu'elle contenait, que vous avez piqué une crise de chagrin, vous enfonçant la tête dans cet oreiller plein de fard et de larmes ?
Le vase que nous pouvons voir ici, brisé, démontre également un mouvement de rage, ou de désespoir. Mais du coup, si vous aviez dû vous en prendre à quelqu'un, aucune raison que cela soit votre père. »

« En parlant de cela, continua la sadidette en se tournant vers Whister cette fois, votre lettre d'amour était bien adressée à... Sohap, je ne m'abuse ?
N'est-ce pas de cela dont vous vouliez vous entretenir avec Ludovico ? Vous vouliez dévoiler la relation que vous entretenez avec l'aîné Midofis à son père.
Par peur de sa réaction, peut-être avez-vous paniqué, surtout quand on sait que ce père en question vous faisait surveiller. Oui, tout à fait, Ludovico enquêtait sur votre personne.
Et justement, il a su que vous n'étiez pas diplômé de médecine, vous n'avez jamais validé votre formation ! Mais il savait déjà que Sohap et vous étiez amants, également. »

« Sohap Midofis, si vous ne dormez plus dans votre chambre, c'est bien parce que vous vivez avec Whister Wallane, n'est-ce pas ? »

« On en arrive à votre chambre, Salpêtre Midofis... Avec tout le respect que je vous dois, il faut reconnaître que vous avez su pousser le vice assez loin !
Vous avez d'abord demandé la recette d'un poison cinglant au faux-docteur Whister Wallane, mais en faisant croire que c'était votre sœur, Glycérine, qui l'avait demandée.
L'ordonnance sur laquelle se trouve cette recette a été retrouvée dans un sac à charbon, dans la cave !
Vous avez ensuite fait boire ce poison à votre père dans son bureau, en le diluant dans une boisson banale comme un Rhum Fourbe, ou un Ghetto Raide.
Mais cela ne suffisait pas ! Le temps que le poison agisse, vous êtes allé traîner dans la bibliothèque, puis, sachant que votre père allait se laver sous peu, vous êtes retourné le voir dans la salle de bain.
Là, il était effectivement mort, et vous avez alors forcé sur son coup pour faire ressortir des traces qui pourraient laisser penser à un meurtre par strangulation.
Et, en fin de compte, vous avez rédigé cette vraie-fausse lettre d'aveux, jubila Calisson en désignant le bout de papier dans la chambre de l'accusé.
Vous expliquez dans cette lettre avoir étranglé votre père, et affirmez que vous vous rendriez à la milice aux aurores demain matin, tout ça sous le chantage d'un certain Trèfle Vert...
Mais il n'en est rien, puisque vous savez très bien que votre père n'a pas été tué par étranglement, mais bien par empoisonnement !
Vous comptiez bien faire accuser votre sœur avec vos manigances, en vous assurant que les enquêteurs tomberaient sur les traces de ce poison.»

« Il faut reconnaître que vous avez l'esprit diablement tordu, conclut Calisson dans un bâillement sonore. »

Et elle s'en alla, tranquillement, rêvassant à ce Chacha au sourire malicieux, tout en pensant à son lit qui l'attendait pour une nouvelle semaine de repos - bien mérité.

0 0
Score : 1925

Félicitations aux enquêteurs parvenus sur le podium !

Je vais en profiter pour faire part de mon retour quant à cette animation (bien que faisant partie de la Main du Valet Noir, je n'étais un simple joueur pour cette enquête !).

Les points positifs sont assez nombreux :

• Globalement la difficulté de l'enquête est vraiment bien mesurée (ce qui, je pense, est loin d'être facile à faire), sachant que l'on ne peut pas tout voir ni tout faire, et que les questions à poser sont libres. On a vraiment envie de s'investir dans l'enquête et essayer de creuser les moindres pistes, tout en faisant parfois appel à notre instinct. Au final on n'est jamais sûr de rien, et ça c'est plutôt bien.
• Le sens du détail est poussé à son paroxysme avec les illustrations des objets découverts, de nombreuses descriptions, et les voix des suspects. Ça aide beaucoup à s'immerger dans la situation.

Quelques remarques pouvant aider à l'amélioration :

• C'était vraiment frustrant de devoir tout rusher à la fin pour ma part, sachant que j'avais bien commencé, je n'ai d'ailleurs pas pu user de toutes les questions que je pouvais poser. Je pense qu'il faut prévoir à la fois davantage de personnes qui gèrent le compte commun qui répond aux questions, et éventuellement étaler l'animation sur plus que 2 semaines, vu le travail qu'il y avait à fournir.
• C'est également frustrant de ne pas avoir la solution après tant de recherches ! Sachant que personne ne l'a trouvé... Mais peut-être qu'il est prévu de la donner, quand je vois cette magnifique objection formulée par Sam !
• Une synthèse des conclusions des divers participants aurait aussi pu être pas mal, plutôt que de demander à chacun de c/c son accusation finale. Mais c'est du bonus !

0 0
Score : 6393

C'est sans doute parce que Pyrocluedo n'avait pas vocation à être rushé, d'où les deux semaines allouées à sa réalisation. ^^
Deux semaines, d'ailleurs, ça peut paraître court avec les contingences matérielles et temporelles des participants, mais, du côté de l'organisation, ça équivaut à une petite éternité dans la mesure où cela représente deux semaines d'hyper-réactivité et un besoin d'être au taquet à chaque instant. Ça bouffe énormément de temps et d'énergie.

À côté de ça, la division des tâches et/ou l'augmentation des effectifs peut, en effet, sembler être une solution idéale, mais cet accroissement s'accompagne d'un inconvénient proportionnel : l'augmentation des cafouillages. Lorsqu'il s'agit de donner les résultats d'une fouille ou d'une analyse, tout va bien : les données sont ''figées dans le marbre''. Par contre, dès qu'il est question de répondre à des interrogations publiques ou privées, c'est tout de suite plus sensible : on joue sur du velours, l'improvisation (encadrée, certes) doit respecter tout un tas de variables et tenir compte de pas mal de données. Or multiplier les ''auteurs'' augmente considérablement les interprétations de la trame ainsi que les risque de coquilles : X fait dire telle chose à tel personnage parce que c'est ainsi qu'il/elle l'a imaginé(e) sauf que, bémol, ça vient en contradiction d'un autre message privé envoyé à un participant différent. Résultat des courses : on se retrouve avec des enquêteurs susceptibles de ne pas être confrontés à la même enquête, ce qui est passablement problématique du point de vue de l'équité et de la détermination du ou des vainqueurs.

Concernant la solution finale (ahem), je me contenterai d'un énigmatique ''huhuhu'' en réponse au message de Sam... biggrin

Notre choix de vous laisser publier vos accusations et théories est discutable, effectivement, mais il nous apparaissait plus légitime de vous donner cette opportunité de partager et d'échanger avec les autres participants. On trouvait ça plus sympa que de vous mettre devant le fait accompli (et ça nous épargnait les éventuels ''je ne vous ai jamais autorisés à révéler mes réflexions'')... smile
D'ailleurs, parmi les neuf accusations que nous avons enregistrées, plus d'une parmi celles ne figurant pas sur le podium n'ont pas à rougir de leur contenu, bien au contraire ! Nous espérons que leurs auteurs accepteront de les rendre publiques, pour le plaisir et pour satisfaire votre curiosité.

2 0
Score : 6627

A nouveau, j'envois mes remerciements pour une activité dotée d'une fabuleuse mise en scène et j'y ajoute les plus grandes félicitations aux participants qui ont su explorer énormément de pistes qui n'ont pas laissé passer un seul détail. Chapeau pour les analyses, un podium je pense bien mérité au vu du récit de la première place.

Et sans plus attendre, Herschell s'engage à dévoiler ses avancées, par facilité mais aussi par esprit fairplay, il ne se voit pas réécrire une interprétation après lecture des conclusions des autres enquêteurs, le patrouilleur se mit donc à réciter ses conclusions tirées ce jour-là :

" Herschell Komos après avoir exploré plusieurs recoins de la maison et avoir posé les questions nécessaires à la résolution de l'enquête se mis en tête de rédiger ses conclusions.

Toutes les pistes semblaient converger vers un suspect : Salpètre Midofis, le second fils de la famille.

Les traces dans la salle de bain, son goût pour la ghetto raide et les deux verres relevés dans le bureau de Ludovico, la lettre d'aveux de Salpètre et son attitude détachée face au décès de son père en font le suspect retenu par l'enquêteur.

Selon Herschell, cela s'est déroulé de la sorte :
"Alors que Ludovico partit réaliser ses dossiers, il fut rejoint par Salpètre sur les coups de 16h. Sa sieste dans la bibliothèque n'était que montée de toutes pièces. L'analyse de la bibliothèque ayant révélée une absence de lit ou de quelconque endroit pour dormir ni de présence de ce dernier.

Salpètre a donc rejoint son père dans son bureau pour boire un verre avec lui et glisser du poison dans la boisson de son propre père. Suite à quoi, il monta le corps sans vie de Ludovico et simula la strangulation pour brouiller les pistes et accuser soeur Ivy.

Ce constat s'appuie sur la présence de Salpètre Midofis dans la chambre d'Ivy et des discussions qu'ils ont eus, l'information de ce rendez-vous opportun n'a pas du tombé dans l'oreille d'un gobelin. De même, le fils parricide laisse comme une odeur très forte de kaliptus qui ont été relevés aux différentes pièces qui constitue le chemin probable effectué par l'assassin. La salle de bain en exemple principal.
La présence d'une clé permettant l'ouverture du coffre à boisson permet également le lien établi entre le bureau de Ludovico et la salle de bain. Lors du transport du corps pour simuler son décès, l'auteur aura probablement dû la faire tomber.

Les raisons de cet acte seraient selon toute vraisemblance le chantage exercé par le Trèfle vert auprès de Salpètre Midofis. Ce dernier ayant lors de ses multiples voyages cultivé de grosses dettes, le trèfle vert lui posa un ultimatum pour un remboursement rapide ou bien de s'acquitter de sa dette en réalisant vile besogne pour le compte du Trèfle vert."

Comme complément, Herschell se mit à détailler les preuves disculpant les autres suspects. Nul doute que des zones d'ombres persistent mais le portrait dressé par le patrouilleur semble des plus convenables et sa thèse des plus solides.

"L'analyse légiste de la scène a démontré que le décès a dû être réalisé aux alentours de 16h. Or, Ivy Trilolisme, Glycérine Midofis et Braise Pascale semblent être toutes arrivées au manoir entre 17h et 18h. De même, le docteur Wallane n'est arrivée qu'au soir après une réunion en ville.
Maescria semble être partie également mais son heure de retour n'est pas connue à ce jour. Seuls restent Salpètre, Sohap, Adama. La présence de traces des deux derniers indique qu'ils sont sans doute les plus coupables. Mais les traces laissées par le Majordome sont sans nul doute le fruit de son arrivée dans la salle de bain a la suite de soeur Ivy qui avait déjà découvert le corps."

Tel était le triste constat de l'enquêteur. Un père tué par un fils endetté et acculé..

A la suite de quoi, il remit son chapeau bleu, salua l'assemblée, et quitta la pièce d'enquête...

Piroooh - H. Komos"

0 0
Score : 6393

Plus que cinq accusations à partager, on tient le bon bout ! rolleyes 

0 0
Score : 1229

Quelle belle animation et superbe gestion d'événement. Le Pyrocluedo fut effectivement une belle réussite ! Merci à tous les participants et surtout aux organisateurs de celui-ci.

Alors que le podium est annoncé depuis quelques jours, je cherche encore à rejoindre les vainqueurs. Ce n'est pas un abandon ou un retard, mais un simple "mauvais timing". Je ne perds pas espoir !

Félicitations à tous !

Mada-Jascar

0 0
Score : 701

Comment cela ? Ai-je bien entendu quelque émettre une « objection » ?

1 0
Réagir à ce sujet