FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Sondage Role Play et Animation - Les résultats

Par Etherre-Nelle - SADEUR - 20 Juillet 2018 - 11:31:51

Il y a de cela 2 mois, un sondage non officiel voyait le jour. Cette initiative lancée par quelques joueurs avait pour but de "prendre la température", de recueillir des avis aussi larges que possibles sur certains aspect du role-play et de l'animation sur le jeu Dofus.
Vous avez été pas moins de 128 à répondre à ces quelques questions ! Avant tout, merci pour le temps que vous nous avez accordé, il a été précieux pour nous. Vos avis ont en effet servi de base de travail à un petit groupe de joueurs pour une réflexion plus poussée sur ce qu'il était possible de mettre en place pour améliorer et dynamiser l'animation et le role-play dans l'avenir. Les résultats de ce travail verront normalement le jour sous peu !

D'ici là, vous trouverez à la suite de ce message la synthèse des avis que nous avons collecté, et ce pour chaque question du sondage.
Encore un grand merci, et bonne lecture !



PARTIE GENERALE :

  • Quel est votre serveur de jeu ?
  • Pratiquez-vous le role-play, même occasionnellement ?

PARTIE ANIMATION :
  • Avez-vous déjà participé à une animation sur Dofus ?


 
  • Par qui était-elle organisée ? Qu'en avez-vous pensé ? (ce qui vous avait plu, déplu ?)
Les points positifs principaux qui remontent pour les animations sont les potentiels liens avec le rôle play ainsi que le le chamboulement de la conception du BG, qui peuvent donner envie de s’y intéresser et de poursuivre l’expérience entamée par la suite. Les animations réalisées en comité restreint sont appréciées, ainsi que celles qui mêlent le RP au gameplay, parfois en exploitant des aspects inhabituels de ce dernier. Les effets pyrotechniques et visuels plus clinquants sont aussi un bonus apprécié.

Du côté des points négatifs, sont principalement cités
- Le rythme : des animations trop lentes et/ou trop longues, à des horaires qui parfois ne sont pas des plus évidents, et qui creusent au final un fossé entre les animateurs et les participants.
- L’interactivité faible. Il s’agit d’un point qui revient régulièrement pour les animations proposées par l’équipe d’animation ainsi que pour les grosses animations réalisées par des organisations diverses. Les participants souhaiteraient alors avoir plus d’impact sur le déroulé des évènements de par leurs actions/paroles, afin d’éviter l’impression de “subir” uniquement la trame.
- Certains répondants font remonter un manque de régularité dans les animations, il est possible que tous les serveurs ne soient pas égaux à ce point de vue là, par exemple du fait de la présence ou non d’un Clan Sadeur qui augmenterait ou non la quantité d'événements sur son serveur.
- En pendant du point positif associé, le nombre de participants peut s’avérer gênant pour profiter pleinement d’une animation, donnant parfois un aspect “pièce de théâtre” pour reprendre le terme employé par un répondant.
- Un manque d’originalité dans certaines animations (ou un schéma trop classique type porte-monstre-trésor), ainsi qu’un manque d’outils permettant de repousser les limites de l’animation classique ont aussi été remontés.
- Un manque d’informations en amont de l’organisation des animations est aussi relevé par certains répondants.
- Des récompenses parfois décevantes ont été évoquées.

  • Avez-vous déjà eu envie de concevoir/réaliser une animation ? De participer à l'organisation de l'une d'entre elle ? L'avez-vous fait ? Pourquoi ?
Envie de concevoir/réaliser : 23 « oui », 6 « non »
Envie de participer : 24 « oui », 6 « non »
Passage à l’acte : 16 « oui », 12 « non »

Les principales motivations qui ont poussé les gens à se lancer dans la réalisation d’animation sont l’envie, le plaisir et le partage, bien qu’il semble que certains aient animé “par défaut”.
Du côté des freins rencontrés, le manque de personnes motivées, le manque de temps et de moyens ainsi qu’un manque d’expérience en la matière ont été remontés. Ont aussi été évoqués le besoin d’aide, un sentiment d’illégitimité pour animer, et l’idée reçue selon laquelle il faudrait appartenir à un groupe déjà constitué ont aussi été cités.

A noter que ces résultats sont très similaires à ceux obtenus lors de l’enquête "L'animation : de l'autre côté de la scène", réalisée par Narhuit et Sibelius il y a quelques années.


PARTIE CdS/ORGANISATION OFFICIELLE/EQUIPE D’ANIMATION
  • Quel est votre ressenti actuel par rapport à l'équipe d'animation (Maîtres du jeu et assistants d'animation) ? Quelles sont vos attentes à leur sujet ?
De nombreux points positifs ont été remontés au sujet de l’équipe d’animation. Les interventions liées aux questions de BG sont appréciées, ainsi que l’inventivité et la passion et la capacité d’écoute dont font preuve les maîtres du jeu et assistants d’animation. Il est remonté que les animations proposées par l’équipe d’animation sont de qualité, et que l’impact desdites animations est meilleur depuis la fusion, probablement suite à la réduction du nombre de serveurs sur lesquels animer. La trame concernant Shariva, les Favoris et le Marquis est appréciée car elle est complexe et ouvre de nouvelles possibilités. Ces derniers temps, des améliorations ont été constatées en termes de disponibilités, et la présence de Maîtres du Jeu sur le Discord est aussi jugée positive. Dans l’ensemble, l’équipe d’animation est vue comme une bonne équipe et est appréciée.

Cependant, certains points négatifs ont aussi été soulevés. Les restrictions imposées par Ankama à son équipe d’animation ne sont pas toujours appréciées, certains ont la sensation que l’équipe ne peut pas vraiment parler de ses projets, certains ont parfois l’impression d’une forme de “muselage”. Il semble aussi que l’équipe soit parfois débordée par les multiples projets en cours (incluant la gestion du Conseil des Sadeurs, les trames reçues à examiner mais aussi les projets du côté de l’équipe d’animation elle-même). Le discours tenu par l’équipe d’animation est parfois jugé trop obscur et n’allant pas assez à l’essentiel. Certains membres du CdS regrettent de devoir aller trop souvent chercher les maîtres du jeu et souhaiteraient un réel partenariat plus concret au lieu d’une collaboration à sens unique.
Bien qu’appréciée, la trame de Shariva accapare trop l’équipe d’animation, avec apparition de personnages mystifiés qui de l’avis de certains desservirait le RP car seraient plus tournés vers des évènement “de masse”.
Certains joueurs souhaiteraient plus de régularité dans les animations, l’apparition d’animations sur le serveur monocompte, plus d’égalité dans la répartition des animations sur les serveurs de jeu. Certains répondants voudraient une communication plus poussée concernant l’équipe (combien y-a-t-il de MJ et d’AA ? Le sujet de présentation détaillé des MJ est loin d’être à jour sur le forum officiel, par exemple), moins d’opacité. Toujours dans le domaine de la communication, nous pouvons noter une volonté d’être au courant quand il se passe quelque chose sur un serveur, ou bien sur l’utilité des Sharivatons par exemple.
Il a été remonté que parfois, l’aide fournie par les MJs n’était pas conforme à ce qui était attendu par les organisateurs de l’animation. Enfin, les membres de l’équipe d’animation semblent parfois inatteignables ou hautains.


  • Le Conseil des Sadeurs vous semble-t-il accessible ? Trop restreint ?
Des confusions entre CdS et MJs, à plusieurs reprises, preuve s’il en faut que pour les gens, ce n’est pas clair, que le CdS n’est pas vraiment connu/reconnu.

Accessible : 7
D’un côté, on retrouve ceux qui estiment que le CdS est « accessible » du fait de la porte qui s’est ouverte sur lui via le Discord des rôlistes. A ce point positif s’ajoutent deux autres, tout aussi bienvenus : la première réforme concernant les critères de recrutement et le fait que ces mêmes critères soient désormais plus « légers » bien que garants d’un certain « sérieux ». Comprenez ici que tout le monde ne rentre pas dans le CdS comme dans un moulin et que cela semble en rassurer quelques-uns.

Restreint : 23
D’un autre côté, largement majoritaire, le CdS est perçu comme une entité vaguement concrète, voire  nébuleuse, essentiellement lointaine et coupée de sa base (: les joueurs).
Peu voire pas attractif, le manque d’intérêt qu’il suscite est lié aux contraintes rémanentes. Les critères de recrutement, encore trop durs selon certains, l’empêche de prendre tout le sens qui devrait être le sien lorsqu’il ferme ses portes aux animateurs de bonne volonté… mais solitaires.
Les maigres avantages qu’il fournit ne compensent pas l’investissement initial demandé par le CdS et lui donnent une image « élitiste » insuffisamment démentie (en particulier par le nombre de membres réduits qu’il comporte).  Une forme de rejet des joueurs non initiés au RP est ressentie. Enfin, la méconnaissance du CdS forme à elle seule une barrière importante.


  • Quel est votre avis à propos du CdS à l'heure actuelle ? (points positifs, points négatifs, qu'apporte-t-il selon vous, etc.)
Positif :
Du positif, selon les sondés, il y en a. Il pourrait y en avoir plus, mais il y en a.
La Lettre des Sadeurs et sa publication sur le site officiel fournissent, annuellement, une tribune à une partie des acteurs du CdS et un coup de projecteur sur leurs activités. Par ce biais, il est plus aisé de coller une étiquette sur les intervenants de la structure, de les identifier, le temps d’une semaine lorsqu’ils interviennent sur le forum officiel.
Le contact privilégié avec l’Equipe d’Animation est, aussi, un plus non négligeable. Via la section privée du forum officiel, réservée aux seuls Représentants Sadeurs et aux MJ, il est possible de s’affranchir des contraintes de l’Ankabox.
La possibilité de pouvoir faire gagner aux participants des animations du CdS des récompenses spéciales, à défaut d’être exclusives, n’est pas à jeter et suscite l’assentiment de différents sondés.
De manière globale, l’évolution des outils et des moyens mis à disposition du CdS est saluée. On pensera, notamment, à la banalisation des messages verts ainsi qu’à l’implantation de liens directement en jeu.
Enfin, le simple fait d’être « officiellement soutenu » par Ankama permet au CdS de se poser en point de repère, d’ancrage et de référence pour de nombreux rôlistes et animateurs.

Négatif :
En revanche, s’il a été possible de lister les points positifs que les sondés trouvent au CdS, il en va de même pour les reproches qu’ils lui font.
Le CdS serait donc, selon eux, par trop sibyllin, même pour ses propres membres amenant une partie de ces derniers à s’en détourner purement et simplement tant il ne revêt ni intérêt ni attrait à leurs yeux.
Qualifié « d’invisible » et considéré comme loin d’être « assumé » par Ankama, le Conseil des Sadeurs pâtit d’une mauvaise communication ainsi que d’une absence flagrante d’encadrement et ligne directrice clairement définie.
D’après les retours qui ont été réalisés, certains membres d’organisations faisant partie du CdS ont déclaré n’avoir que peu, voire pas, de changements après leur adhésion au CdS, en termes de « proximité » avec les MJ, évoquant même des lenteurs administratives et procédurières rendant fastidieuse l’organisation d’événements.
Le fait, pour des joueurs externes aux organisations membres, que le CdS privilégie les grosses structures et fasse la part belle à la notion de « clan » renforce une impression d’élitisme pourtant combattue.
Cette mise en avant serait, selon certains, à l’origine d’un phénomène de phagocytose rolistico-événementielle. En effet, et très paradoxalement, le peu de visibilité accordé aux organisations membres du CdS amènerait ces dernières à attirer à elles les éventuels animateurs ou rôlistes solitaires, empêchant l’émergence de nouvelles structures viables et ne faisant gonfler les effectifs que de celles qui existent déjà.
Enfin, le CdS ne remplirait pas son rôle de porte-étendard du jeu de rôle dofusien. Dans l’état actuel des choses, il ne propose que peu d’avantages et n’est que très peu utile et utilisé, en comparaison de l’outil Ankabox. Il est davantage considéré comme une simple « façade », un décor de carton-pâte, qu’autre chose.


  • En oubliant l'état actuel des choses vis-à-vis du CdS, qu'attendriez-vous, dans l'idéal, d'une organisation officielle tournée vers l'animation et le rôle play ? Quels devraient être son(ses) rôle(s), ses moyens, ses projets ?
La communauté a des idées bien arrêtées sur ce que devrait être et permettre le Conseil des Sadeurs.
En premier lieu, il s’agirait de procurer du plaisir à ses utilisateurs. Plaisir de jeu, plaisir d’offrir, plaisir de création, plaisir de recevoir… Bref, le CdS devrait permettre aux joueurs de DOFUS de se faire des cadeaux par le biais d’animations ou de la pratique du jeu de rôle.
Le CdS devrait devenir, dans le même ordre d’idée, ce qu’il a la prétention d’être : à savoir une porte donnant sur l’événementiel et le jeu de rôle dofusiens réunissant et orientant les néophytes comme les pratiquants confirmés.
D’un point de vue pratique, le CdS devrait pouvoir répondre à quelques questions complexes ayant trait au background et au jeu de rôle et, pour cela, bénéficier de l’expertise du studio en la matière.
Evidemment, la question de la visibilité et de la communication sont revenues planer, éternels vautours, sur l’essence même du CdS tel qu’il devrait être selon les sondés. Si le CdS veut vivre, il lui faut se rendre visible, séduire et se montrer attractif or, actuellement, ce n’est pas le cas.
Pour ce faire, diverses propositions ont été formulées, preuve que la communauté est capable de développer ses idées.
L’une d’entre elles impliquerait de réduire la dépendance des organisations-membres vis-à-vis de l’Equipe d’Animation, en obtenant davantage d’outils et de responsabilités : l’ajout d’un signe distinctif en jeu ainsi que la possibilité de pouvoir gérer de façon autonome les effets spéciaux événementiels reviennent régulièrement.
Le signe distinctif permettrait de rendre « concrète » l’existence du CdS en jeu, en permettant d’identifier ses membres et de mesurer leur implication.
Réformer les conditions d’adhésion au CdS revient régulièrement : ouvrir les portes du Conseil aux animateurs solitaires et indépendants endiguerait le phénomène de phagocytose tant décrié.
Enfin, la création d’événements interactifs, mettant l’accent sur la part belle faite aux participants, en partenariat avec l’Equipe d’Animation, est un point qui semble remporter des suffrages. Il s’agit de pouvoir « toucher » le public, plutôt que de lui faire « subir » quelque chose, de le rendre acteur et de l’immerger dans des événements, pas forcément complexes, mais interdépendants ou, tout du moins, alignés sur un même fil narratif. En somme, il est question de recherche d’unité dans la diversité plutôt que de diversité dans une unité actuellement de façade.


  • Quel est votre ressenti vis-à-vis des Clans du CdS ?
A l’image des habitants d’un petit village gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur, les membres des organisations siégeant au CdS sont à la fois le pire et le meilleur de l’humanité.
« Râleurs », fainéants, imbus d’eux-mêmes, désemparés, parfois peu originaux, déconnectés de la réalité du terrain, visibles seulement quand ils sont aidés des MJ, discrets et élitistes, ils sont aussi sympathiques, débrouillards malgré le peu de moyens dont ils disposent, dynamiques, impliqués et méritent leur place au CdS.
En somme, la pièce du CdS et de ses acteurs possède deux faces à la fois différentes mais complémentaires. Là où certains considèrent que les membres du CdS vivent reclus dans leur tour d’ivoire (ou leur manoir astrubien), d’autres se réjouissent de les voir se retrousser les manches pour faire vivre DOFUS.



PARTIE ROLE-PLAY :
  • Que pensez-vous du rapport entre Ankama et sa communauté rôliste, et de l'implication officielle auprès de la communauté dans ce domaine ?
Il semble que selon bien des personnes Ankama n’ai pas d’intérêt (pécuniaire) à développer sa communauté rôliste et ne le fasse clairement pas. Certains comprennent et justifient cela par l’aspect extrêmement minoritaire des joueurs pratiquant le RP, mais d’autres déplorent que cet aspect soit si négligé pour un jeu qui se dit mmoRPg (et n’hésitent pas à citer lors des discussions des jeux au principe plus ou moins similaires tels que WoW ou FFXII dont les studios ont, semble-t-il, bien compris que le RP était quelque chose qu’il pouvait être intéressant d’encourager).
L’ACM dédié ne semble pas avoir le temps de s’occuper de la partie RP du fait de ses prérogatives. L’implication officielle est donc jugée faible tandis que celle de l’Equipe d’Animation fluctue selon ses disponibilités ; les problèmes de communication sont fortement remontés. Il est cependant noté une reprise appréciable du dialogue entre les joueurs et les officiels dernièrement.
Certains répondants notent beaucoup d’effets d’annonce, contre peu de passages à l’acte concrets. Trop peu d’efforts allant dans le bon sens sont faits, rendant vaines les initiatives prises par le studio.
L’inégalité entre les serveurs est de nouveau pointée du doigt, certains répondants jugent qu’Ankama ne soutient que certains serveurs, par le biais du CdS. Enfin sont évoquées une forte mise à l’épreuve de la résilience des rôlistes et un manque de preuves de reconnaissance.


  • Pensez-vous que le rôle play et l'animation sont indissociable l'un de l'autre ? (Si possible, pouvez-vous expliquer votre réponse même en quelques mots ?)
Dissociables : 36
Différenciation des types d’events : Tournois PvP, animation HRP type quizz/MG/Donjon rusher, animation RP
Différentiation RP d’animation et RP en comité restreint sans spectateurs

Indissociables : 8
-”Quiconque génère du RP, quelqu'il soit, est "animateur".”/Le RP est une animation

 
7 -1
Réactions 1

Bonjour,

Nous souhaitons vous remercier et vous exprimer toute notre gratitude pour le travail de qualité accompli par les membres de la communauté dans la production d'un document rassemblant les constats, les attentes et les demandes de modification relatifs au Conseil des Sadeurs et au Jeu de rôle. Nous saluons la coopération efficace des vingt-sept interlocuteurs amenés à le proposer et sommes heureux de pouvoir compter sur vous pour préparer la scène événementielle de demain !

À la base de notre réponse se trouve le communiqué suivant, d'une part, et la réalisation en parallèle d'une Foire aux Questions dans le Vestibule de Lhambadda cristallisant, nous l'espérons, la grande majorité de vos interrogations et des zones d'ombre relevées à propos du Conseil des Sadeurs.

Les quelques cent vingt-cinq joueurs rassemblés par cette initiative ont souhaité une communication plus claire, efficace et déterminante sur les affaires du Conseil des Sadeurs et du Jeu de rôle.
Nous tenons dès à présent cette ligne de conduite, en exprimant d'emblée notre regret pour les portes expressément fermées par la recherche d'une réponse immédiate, là où les lenteurs et les temps morts permettaient de rassembler puis renforcer les arguments soutenant la crédibilité des demandes des joueurs auprès d'Ankama. Il nous importe en outre de souligner que les retours d'Ankama exposés dans ce communiqué et ceux, moins denses, rassemblés dans la Foire aux Questions, consistent en des réponses à valeur définitive à des requêtes qui ne seront plus abordées.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !



A – Communication : Maîtres du Jeu et Conseil des Sadeurs

La communication officielle s'est améliorée ces récents mois avec l'intégration de cinq Maîtres du Jeu sur le Discord « Rôlistes Douziens », deux desquels sont particulièrement affectés à la bonne tenue du dialogue avec les joueurs. La communication synchrone s'ajoute donc, elle reste cependant perfectible. La prise de contact par messages volumineux reflète quant à elle le devoir de concertation des MJ auprès d'Ankama sur la multitude des sujets abordés : le format fait partie de nos protocoles, il ne sera pas modifié. La production d'une Foire aux Questions complémentaire de la présente réponse atteste cependant d'une recherche d'amélioration de la forme.

Les réunions proposées sur le Discord « Rôlistes Douziens » vont se tenir à intervalles réguliers plutôt que mensuellement, en adéquation avec le montant des sujets faisant l'actualité, selon donc le besoin d'en programmer une. Une réunion peut être reprogrammée afin d'en reconduire la pertinence : il ne s'agit pas de se rassembler pour faire plaisir, mais bien pour faire attentivement le point sur les projets en cours, cela pouvant demander une préparation à la réunion supplémentaire. Vos interlocuteurs sont d'un côté des volontaires auxquels l'assignation de quotas ou dates butoirs est impossible, de l'autre un membre du community management pour lequel le Conseil des Sadeurs n'est que l'une de ses nombreuses missions. Cet état de fait doit être admis et toléré dans la bonne perspective de faciliter un travail de communication rendu dense et pénible par le récurrent rappel de notre situation. Cette dernière demeurera inchangée et hors de notre contrôle. Nous produirons mieux, tous ensemble, en tâchant de faire avec ce qui est, plus qu'en convoitant ce qui pourrait être, en matière de nos ressources internes officielles.

La possibilité d'émettre un avis consiste au droit inaliénable d'un joueur, qu'il se présente ou non au sein du Conseil des Sadeurs. Votre présent travail est pris au sérieux et reçoit une réponse. Les Sadeurs, par leurs suggestions, ont aidé à réformer le Conseil dans sa forme par le retrait notamment du Projet Saisonnier du modèle de recrutement. La Lettre des Sadeurs, un article récurrent produit par la communauté et publié sur le site officiel du jeu DOFUS, est le fruit d'une impulsion des joueurs. Pour autant, ce sont bien les Maîtres du Jeu et Ankama qui décident de la marche à suivre au Conseil et qui tranchent au-delà de la suggestion des joueurs, dont l'avis demeure consultatif. Des ressources officielles sont investies au Conseil (ressources humaines des Maîtres du Jeu, leurs outils ; récompenses officielles créditées aux participants des animations produites) et la détermination de leur utilisation revient seulement à Ankama.


B – Rôle et fonctionnement du Conseil des Sadeurs

Le Conseil des Sadeurs dans son état actuel réunit des groupements d'au moins trois personnes en vue d'animer les serveurs de jeu francophones de DOFUS. Les animations dispensées par ces groupements, puisqu'elles profitent des ressources des Maîtres du Jeu et d'Ankama, doivent respecter les standards officiels appliqués par les MJ et ne peuvent s'y soustraire. L'un n'existe pas sans l'autre. Ainsi la proposition événementielle au Conseil des Sadeurs doit-elle se montrer assurément respectueuse du Jeu de rôle et du Background de DOFUS. Le Conseil répond à une demande fertile d'encadrement par les MJ des animations des joueurs. Selon le standard officiel duquel nous ne pouvons pas nous dissocier, tous les « animateurs » sont des rôlistes, mais tous les pratiquants du Jeu de rôle ne sont bien évidemment pas des animateurs. Le Conseil est proposé aux animateurs.

À ce titre, Shariva, le Marquis de Lhambadda et le Manoir Lhambadda forment une composante indélébile du Background officiel ; il est attendu des joueurs désirant une coopération avec Ankama et ses Maîtres du Jeu de prendre connaissance de ces éléments et de les intégrer à leur univers, comme ils le feraient pour le dieu Sram, le culte Éliotrope ou n'importe quel autre élément de l'histoire proposé dans le jeu DOFUS. Les membres du Conseil des Sadeurs ont carte blanche pour s'installer confortablement dans cet univers, avec la posture de leur choix vis-à-vis de Shariva et de leur intégration au fameux Conseil, mais nous rappelons bien que le respect du Background tout entier consiste en une condition sine qua non à l'obtention de l'aide des Maîtres du Jeu.

Des éléments du Background sont proposés en clair par les Maîtres du Jeu aux membres du Conseil des Sadeurs lorsque leur animation peut entrer en collision avec la narration officielle. Il n'est pas attendu des membres du Conseil qu'ils disposent d'une connaissance du Background supérieure à celle du joueur moyen, ni qu'ils dévoilent des ressources de travail (les éléments de Background susmentionnés) aux joueurs ne participant pas à la création de l'événement pour lequel ces ressources ont été auparavant proposées.

La relation unilatérale entre joueurs et Maîtres du Jeu dans la production événementielle au Conseil est avérée, ce sont bien les joueurs qui y produisent et les MJ se manifestent seulement au titre de personnel d'encadrement, en dispensant conseils et outils officiels sous le bon contrôle de leurs standards. Pour autant, les membres du Conseil ont déjà collaboré à notre proposition dans des productions officielles des Maîtres du Jeu et seront encore appelés à le faire. Les projets en telle collaboration sont le bénéfice d'une structure bien huilée à laquelle nous faisons confiance mais ne forment pas le cœur de l'activité proposée au Conseil.

Les modalités du recrutement au Conseil des Sadeurs ont beaucoup changé ces dernières années, par l'adoucissement notamment des critères d'une part, par la suppression d'autres critères jugés contraignants d'autre part. Les Maîtres du Jeu et Ankama, dans un important chantier en cours puisant dans les idées des joueurs, cherchent aujourd'hui à redéfinir la notion de « groupement » en la dissociant de celle plus populaire de « clan », afin que les Rôlistes ne s'identifiant pas dans une structure puissent tout de même profiter des ressources officielles du Conseil des Sadeurs. La conclusion du présent document éclaircit plus encore cette position.


C – La mise en avant du Jeu de rôle sur DOFUS

Des récompenses inédites ont été ajoutées à l'inventaire du Marchand de Sharivatons par la mise à jour 2.47 du 26 juin 2018 en réponse à la demande formulée dans la présente étude présentée aux Maîtres du Jeu un mois plus tôt. Cette situation est exceptionnelle. Nous allons persister avec l'utilisation du Marchand et des Sharivatons, d'une part parce qu'aucune alternative ne peut exister à moyen terme (les descriptions d'objets ne seront pas retouchées, un PNJ échangeant des Sharivatons avec les fameuses récompenses consiste en une option déjà plusieurs fois déclinée par Ankama), d'autre part parce que cette méthode est respectueuse de l'intention de mystère et de mérite associée à ces récompenses. Le Sharivaton consiste en un symbole de la participation à un événement pour la majorité des joueurs, les conditions d'un échange avec un Marchand en vue d'acquérir des récompenses supplémentaires forment une aventure optionnelle, supplémentaire et propice au Jeu de rôle, que nous ne voulons pas altérer en proposant une documentation explicite révélant toutes les modalités de cet échange.

Les rubriques du Forum officiel sont organisées selon leur intérêt général pour la communauté, déterminé directement par Ankama. Le Jeu de rôle sur le Forum officiel rassemble un petit public d'habitués mais des initiatives diverses, pour certaines officielles (le Carnet Rose, dont le lien est souvent donné directement en jeu par un message de narration à Lhambadda) favorisent la venue de néophytes et leur possible fidélisation. Nous allons persister sur cet effort, sinon l'intensifier dans les mois à venir (la Bédéthèque formant un lot narratif exclusif où s'ajoutent souvent de nouvelles planches).

La description du « Roleplay » sur la page pré-home (page de découverte du jeu lors des premiers accès au site officiel DOFUS) n'est pas représentative de l'expérience du Jeu de rôle sur DOFUS et nous avons, à votre demande sur le Discord « Rôlistes Douziens » le 22 mai dernier, remonté le mécontentement des joueurs et de possibles améliorations pour cette présentation. Les Maîtres du Jeu sont particulièrement soucieux de l'éveil au Jeu de rôle des nouveaux joueurs et nous ne ménageons pas nos efforts pour apporter un cadre de jeu toujours plus divers et attrayant pour les Rôlistes.

C'est en cohérence avec cette volonté que nous encourageons les joueurs à prendre le contrôle de leur destin et de doter le Jeu de rôle sur DOFUS d'une diversité qui existait bel et bien durant les premières années du jeu. Nous constatons que les clans populaires, peuplés et bien installés attirent plus directement les Rôlistes, au détriment souvent de plus humbles structures, mais il vous revient à tous d'apporter à la scène du Jeu de rôle ce dont elle pourrait avoir besoin. Les Maîtres du Jeu sont à votre disposition pour apporter des conseils, encadrer vos événements et assurer l'essor de votre structure.

Nous tenons enfin à souligner que le Jeu de rôle ne rime pas systématiquement avec l'événementiel, là où la réciproque nous semble impérative. Nous sommes les Maîtres du Jeu de tous les joueurs. N'est pas un paria le clan qui ne souhaite pas animer ; nous avons toujours, avec beaucoup de passion, consacré du temps à des groupes de Rôlistes n'ayant pourtant jamais produit un seul événement. La seule impossibilité dans le champ d'action des Maîtres du Jeu se trouve dans l'aide aux initiatives « privées », celles n'ayant aucune ouverture sur la communauté.


D – Conclusion

Cette réponse est le fruit d'une concertation entre les Maîtres du Jeu et Ankama après une lecture à la fois de votre synthèse de quinze pages, mais encore de votre étude complète de plus de cinquante pages. Nous avons apprécié la sincérité et la quête d'une documentation pouvant nous aider à améliorer d'un côté la qualité de vie des pratiquants du Jeu de rôle sur DOFUS, de l'autre l'essor du Conseil des Sadeurs dans sa promesse d'évolution vers un mode opératoire plus actuel.

Nous insistons à présent sur le devoir de parcimonie dans votre production de ces études, dans la mesure où celles-ci ont indiscutablement coûté à nos activités prioritaires par la recherche d'un temps de réunion, d'une concertation de nombreux acteurs autrement actifs ailleurs et surtout par l'envie d'apporter une réponse la plus complète possible au regard des très nombreuses questions posées. Lorsque nous sollicitons l'avis communautaire concerté, des synthèses de deux pages au plus devraient suffire à rapporter vos intentions : nous comprenons que ce premier exercice rendait compte d'un montant dense de demandes puisqu'il s'agissait de quelque chose de nouveau pour vous, mais pensez que la lecture de quinze voire cinquante pages de documentation puise dans un montant de ressources indivisible que nous aimerions autrement réserver à la communauté tout entière. Nous sommes après tout volontaires.

Ce communiqué est incomplet en lui-même et doit être associé à la Foire aux Questions par laquelle nous répondons à vos propositions concrètes d'une part, et au reste des constats positifs ou négatifs tirés de votre étude d'autre part.

Nous avons dégagé de votre étude la nécessité de réviser une partie de notre copie, mais nous sommes particulièrement satisfaits de voir que vos propositions s'alignaient assez correctement dans la forme à nos discussions internes quant à la refonte progressive du Conseil, qui est partiellement basée sur les ressentis partagés ces derniers mois, voire années. Il semble pertinent de rappeler à ce propos que nous sommes à l'écoute mais que comme indiqué précédemment, nous demeurons seuls décisionnaires. Vous nous aidez à comprendre par cet exercice très complet que nous sommes a priori sur la bonne voie pour satisfaire le plus grand nombre, en associant là une pensée particulière vers les joueurs qui peinent à s'identifier dans la gamme déjà copieuse des clans du Conseil et désirent, éventuellement, produire des animations sans requérir une allégeance précise (animateurs « indépendants »).

Nous allons enfin prendre le temps maintenant de délibérer sur la forme précise que devra prendre le Conseil des Sadeurs de demain, en sollicitant la position des Maîtres du Jeu sur la question puis en visitant la posture d'Ankama par laquelle nous trouverons une réponse définitive. Nous espérons qu'il est désormais plus évident pour vous de comprendre les limites de cette évolution, notamment dans ce que nous attendons des joueurs vis-à-vis du Background lorsqu'ils travaillent avec les Maîtres du Jeu, également dans la définition d'une « animation » dans ce qu'elle a d'éligible pour un encadrement au sein du Conseil des Sadeurs. Nous ne pouvons pas produire un Conseil proposant des événements que nous ne pouvons pas encadrer parce qu'ils échappent à notre standard ; après tout, le Conseil représente bien un point de rassemblement des animateurs du jeu DOFUS, conformés aux conditions de l'aide des Maîtres du Jeu ici réclamée. Les adeptes du Jeu de rôle ont toujours profité des animations, au sens où elles rassemblent et procurent des péripéties à même d'intensifier sa pratique. Le Conseil renforce cette posture. D'autres projets officiels plus intimes dans la vie du Rôliste existeront, mais il est bien l'heure aujourd'hui de définitivement poser l'idée que le Conseil des Sadeurs se consacre aux animateurs.

En vous remerciant chaleureusement,
L'Équipe d'Animation.
Réagir à ce sujet