FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama
Epinglé

[Conseil] Comment écrire et imaginer son RP ?

Par 03 Décembre 2011 - 13:08:12


Vous êtes de plus en plus nombreux à entreprendre la rédaction d'un récit Rôle Play, propre à votre histoire, à votre humeur ou à vos envies. Or, certaines règles sont parfois transgressées, les idées sont incohérentes et l'histoire dénudée de sens. Ainsi, nous avons réuni tous les bons conseils des habitués de la Taverne afin de vous dresser un tuto sympathique et agréable, utile et indispensable si vous souhaitez capter l'attention, évoluer, émouvoir et prendre votre pied.



Chapitre I : L'idée

Chapitre II : L'osmose

Chapitre III : Les acteurs

Chapitre IV : Les débuts

Chapitre V : Les péripéties

Chapitre VI : La fin

Chapitre VII : L'orthographe et tournure de phrase

Chapitre VIII : Originalité

Chapitre IX : Conclusion.

 
3 0
Réactions 6
Score : 3392


L'idée est une étape importante dans la conception de vos récits. Les plus ingénieux auront cette facilité de vous pondre des concepts à la volée, d'autres essayeront de l'affiner au maximum tandis que certains s’essuieront les yeux dans leur mouchoir, tellement que l'inspiration ne leur vient pas et que leur concaténation d'idée n'est autre que pitoyable.
Ne vous affolez pas, quelques pistes pour faire de vous un grand auteur !

[size=17]1) Mobilisez vos connaissances.[/size]

Dofus est un univers tellement vaste, aux continents surpeuplés de monstres tous plus hideux que les autres. Vous avez certainement l'habitude de fréquenter des lieux pour discuter, combattre, débattre ou des routines particulières (la tournée des Tavernes, des temples, un donjon particulier en boucle). Il faut s'en servir ! A force de passer au quotidien sur ces cartes, votre subconscient assimile des formes, les noms de PNJ présents, la forme/couleur/nom des monstres... Vous devenez ainsi quasiment imbattable sur ces sujets, et vous savez les manier correctement.
Prenez un morceau de papier, et écrivez tout ce qu'il vous vient à l'esprit. Vous remarquerez que des termes formeront des champs lexicaux particuliers. Ce sont sur ces bases que vous devez prendre appui. Votre écrit aura d'autant plus de sens, si vous connaissez les lieux, les personnages et l'univers desquels vous parlez.

[size=17]2) Approfondissez vos connaissances.[/size]

Il existe de nombreux supports vous permettant d'approfondir vos connaissances sur un point particulier qui vous tient à coeur. Des sites dédies à l'ascension de Djaul, à l’élégie de Brakmar, aux Dragodindes, à la taille des Cawottes et à leur goût, des sites de recette de cuisine de Dofus, des descriptions détaillées des Tavernes etc... Si vous pensez tenir le bon bout, survolez ces sites, lisez ce qui vous intéresse et notez ce qui vous semble important. (Date de fondation de Brakmar, date des batailles, acteurs d'évènements, chronologie des évènements...)
Faîtes-le tour de vos amis, et faîtes leur passer un petit test. Demandez-leur des informations sur un sujet précis, posez leur vos questions, ils auront certainement les réponses ! Les autres sont souvent sources d'inspiration ! Attention à ne pas trop s'inspirer des autres (plagier), vous perdez toute crédibilité et toute chance de faire mieux que les autres (même si c'est loin d'être un concours !).
Lisez les petits bouquins dans Dofus, achetables aux Hôtels de vente des documents et si votre porte-monnaie est d'accord, soutirez-lui quelques euros pour dégoter les nouvelles oeuvres écrites d'Ankama éditions. (Artbook, Manga...) Ils font souvent l'office de bon modèle !

[size=17]3) Posez-vous les bonnes questions.[/size]

Ne foncez pas dans le tas ! Essayez de poser les choses et surtout de prendre votre temps dans l'élaboration de votre RP, notamment au niveau de l'idée. (Car c'est un peu elle qui déterminera la qualité de ce que vous écrivez) Posez-vous des questions essentielles :

- Quel est le but de mon Rôle Play ? A qui est-il destiné ? Quel message je souhaite transmettre ? La morale dans tout ça ?

- Ais-je une idée de la chronologie des faits ? Quand se déroulerait l'histoire ? Comment le vocabulaire s'adapterait ?

- Comment bien mener mon histoire ? Ais-je des idées de fin, ou de début sur lesquels débuter ?

- A-t-il une utilité ? Le thème a-t-il déjà été abordé ? Comment y passer outre sans plagier ?

- Qu'est-ce qui le met en valeur ? Ses atouts ? Ses défauts ?

- Ais-je le temps de le finir ? (S'arrêter en plein milieu est souvent... du moins le publiez sans que l'on puisse accéder à l'intégralité du récit)
1 0
Score : 3392


Dofus est un univers riche. En effet, les couleurs, les senteurs, les bruits, l'ambiance audible ainsi que tout ce que votre personnage peut être amené à toucher engendre une synesthésie. C'est-à-dire qu'il y a des correspondances entre des sensations. (Couleur froide, senteur immonde ou au contraire, un parfum exhalant du citron ainsi qu'une vision merveilleuse) Cet ensemble conçoit de part et d'autre, alors ce que l'on appelle communément osmose, ou ambiance, voire environnement. Celle-ci est primordiale dans votre récit. Doit-on ressentir de la peur, être angoissé, anxieux ? Heureux, joyeux, émerveillé ?

[size=17]1) Les procédés[/size]

Il existe de nombreux procédés pour mettre en avant une ambiance dans son récit. Par exemple, pour exprimer une angoisse, une peur ou une crainte, les phrases courtes et mystérieuses sont favorisées. Les points de suspension aident à la polysémie, soit à diverses interprétations selon le lecteur, mais permettent aussi d'exprimer une continuité dans un récit.
Le dialogue est important également si vous souhaitez lui donner vie. Et quand il y a de la vie dans un écrit, on se laisse plus facilement emporter dans un univers fabuleux, fabriqué par l'écrivain.
Les anaphores et anadiploses permettent de marquer l’insistance, les emphases et les hyperboles un certain paroxysme, les métaphores et les comparaisons, un caractère fantastique à votre écrit. Bref, la langue française ne manque pas de procédés (compliqués) pour faire de son écrit, une authenticité.

[size=17]2) Combiner l'univers de Dofus et les procédés.[/size]

Tout le monde a déduit que Bonta était la ville du bien, et Brakmar la ville du mal. Les osmoses sont déjà établies dans nos têtes; c'est une évidence. Mais vous êtes vous déjà penchés sur l'environnement de Cania frôlant le désertique ? Celui des Koalak et son abondance végétale ? Non ? Dans ce cas là, il vous faut grimper sur votre Dragodinde et explorer les lieux. Vous trouverez certainement des endroits clefs dans lesquels vos personnages auront l'occasion de séjourner s'il s'agit d'une quête ou d'une aventure. Rien qu'en admirant le paysage, vous aurez soudainement un déclic, un commencement insolite, une map propice au combat... Bref, de quoi constituer une véritable histoire, pourtant morcelée dans votre tête. Essayez de réunir les morceaux de puzzle clef, et de les assembler un à un s'il le faut; votre fil conducteur se créera petit à petit.

[size=17]3) Comparez-les lieux. [/size]

En quoi un lieu diverge-t-il d'un autre ? Quels sont ses atouts pour une situation initiale, des péripéties, une situation finale ? Avec quel élément du décor puis-je interagir ? Si vous voulez trouver le meilleur, et que votre Rôle Play ait le plus de sens possible, il vous faut comparer les lieux entre eux.
Bon nombres de rôle play commencent avec un début similaire. La mort des proches, des parents, des amis, une profonde solitude, accumulation de haine, avant l'explosion de la vengeance. Pourquoi pas après tout. Mais dans quel cadre ? Où ? Quels causes ?



Par exemple, ce paysage peut facilement exprimer un désarroi, une peine. Nous vous rappelons qu'il est plus agréable d'écrire un récit en l'entrecoupant d'images de sorte à aérer vos dires. Ici, les couleurs riveraient au noir, dégénérescence, arrivée d'un malheur, contamination, passage de la mort, invasion... L'eau bout à certains endroits, de la fumée se propage, on hume une odeur de pluie... La maison est emplâtrée, les vitres brisées, les rideaux déchirées...



A l'inverse, le sable chaud, les tropiques, les plages propres, peu encombrées de pollution physique et sonore... On se sent bien, prépondérance de la placidité, zen attitude, doigts de pied en éventails, bronzette... cet ensemble peut constituer une partie de l'épopée, une phase du périple où les habitants se démènent pour faire de leur plage quelque chose de propre, solidarité (cf ils rafistolent des toits avec de l'osier) Or, votre image peut iriser. (Présenter des reflets changeants) C'est-à-dire que cela peut être complètement l'inverse si vous imposez VOTRE décor, VOTRE ambiance. Par exemple une réunion d'urgence, un cadavre retrouvé près de la plage, des pirates qui arrivent sur les plages...
Bref, vous avez tous les outils en main pour concevoir votre osmose, tout en jonglant avec les sensations. Automatiquement, le lecteur sera plongé dans un univers que vous concevez ! (Cf : les registres littéraires dans vos cours d'étudiants !)
 
2 0
Score : 3392

De la formalisation à la vie des personnages...

Maintenant que vous vous êtes amusés à planter le décor, attardons-nous sur l'essentiel du théâtre. (Au fond, le rôle play, c'est une trame théâtrale, un récit !) Bien qu'ils ne soient pas essentiels, et que l'on peut très bien inventer une histoire sans, il est toujours plus agréable de s'attacher à un personnage, auquel le lecteur peut s'identifier. Que ce soit un monologue, un dialogue, une ode, un pantoum, un sonnet, un récit, une histoire à chapitres... les personnages s'articulent à votre histoire. Vous les manipulez à votre guise. Ne l'oublions pas, vous êtes le dramaturge.

[size=17]1) Dresser le portrait d'un protagoniste.[/size]

Puissant, valeureux, timide, franc, saltimbanque, unijambiste, possédé, ivre, borgne... Par chance, la bibliothèque à adjectifs est bien garnie ! Elle vous permet de dresser le caractère psychologique de votre figurine, mais aussi d'apporter des précisions sur ses manières de se déplacer, de communiquer, de vivre avec les autres... et également de décrire son équipement, les traits de son visage, ou en bref, son apparence. Plus vous apporterez de détails quant à vos acteurs, plus nous serons emportés par votre histoire et plus le lecteur pourra se l'imaginer dans sa tête. Cela semble bien évidemment logique, mais certains écrivains passent outre ces formalités, ce qui fait que, très vite, nous n'avons plus aucun repère.
Faîtes une description en abymes, le personnage dans le personnage. Allez jusqu'au fond de vos pensées, attardez vous sur les couleurs des ongles (ou des griffes), peut-être cela aura de l'importance, qui sait.

[size=17]2) Jeu d'acteur et mise en scène.[/size]

Une fois que vous avez plus ou moins conçu leur manière d'être, faîtes-les vivre. Il faut quoi qu'il advienne que le lecteur puisse le ressentir, cette forme de vie. Dans le fond, c'est une partie de Sims écrite.
Si vous enchaînez une concaténation de dialogues, faîtes en sorte que l'on est pas seulement des retours à la ligne et des tirets. Mais bel et bien des verbes d'action, qui décrivent un ton, un mouvement. Évitez la litanie. Jouez avec les didascalies, s'il s'agit d'une pièce de théâtre. Le rôle play peut s'illustrer à travers tous les genres possibles et imaginables et pareillement sur tous les registres !
Mêlez fatalité et vanité pour exprimer une déception et faire prédominer le tragique, en jouant avec des acteurs portefaix. (Porteurs de fardeaux) Au contraire, jouez sur les mots, faîtes des critiques sur la société pour susciter le rire... Tout cela s'apprend, et viendra au fur et à mesure que vous écrivez des récits. Commencez d'ores et déjà à vous attarder sur ces détails et rédigez des fiches de personnage !
Le fait d'être à genoux ne caractérise pas seulement la souffrance, la prière ou le repos, mais aussi l'évasion, la pesanteur, la pureté et le calme...
Le dessin ci-dessous en dit déjà long sur une histoire. Je suis convaincu que l'on peut rédiger une histoire à partir d'une image, et en faire un réel périple, avec d'innombrables actions et personnages attachants...


1 0
Score : 3392


La scène d'exposition est un point essentiel dans votre récit. Elle permet de déterminer un cadre d'ensemble, de faire surgir de la pénombre vos personnages, de diffuser une ambiance, le parfum savoureux de la mélancolie... on y bétonne clairement les bases. Revenez sur la brève description de vos personnages, sur le lieu, l'ambiance (cf points précédents) et amenez le lecteur à réfléchir sur des problématiques, à établir un certain suspens qui le poussera à en savoir davantage. C'est à travers de cette scène que vous amenez les actions qui se préparent. Ici, vous définissez la quête, la vanité, la tragédie. Vous pouvez également partir du passé pour rebondir sur le présent. (Rétrospective ou à l'inverse prolepse...)
Réunissez vos acteurs s'il s'agit d'un Rôle Play conçu par plusieurs écrivains, peignez donc le cadre festif d'une foire ou le cadre pathétique d'un passé douloureux.
Il faut que le lecteur prenne ses marques et s’empreigne de votre histoire dès le départ, dès la première ligne, dès le premier mot. (A vous de trouver les bons, ahah)




Les fameuses péripéties ont également tout un rôle à jouer. Ce sont elles qui constituent les chapitres, les épisodes et les saisons d'un récit ! C'est elles qui font que votre texte prenne des proportions digne d'une définition d'un bon gros Larousse. Aventure, quête, navigation, aviation, élevage, concours, défis... quoi qu'il arrive, un personnage sera amené à faire quelque chose, à se fixer des objectifs et à les accomplir. Essayez d'être original, de trouver les subtilités à vos péripéties, qui rendront de nouveau votre texte authentique et savoureux. Plantez les obstacles devant le nez de votre héros, semez le désordre, et résolvez au fur et à mesure les problématiques posées, déjouez les pièges diaboliques face auxquels vous êtes confrontés. (Généralement, s'il s'agit de votre récit, de votre histoire, le narrateur et le personnage sont confondus, d'où le fait que je parle à la fois du dramaturge et du héros en une seule désignation !)



Pour conclure, faîtes tomber une bonne fois pour toute le rideau. N'essayez plus de faire durer une histoire, si l'inspiration n'y est plus. Dans le pire des cas, vous partirez sur un autre récit, ou reviendrez dessus quelques mois plus tard. Un bon background de personnage s'actualise tous les mois. A moins que vous ayez des journées chargées ! Si vous inventez simplement une histoire, ajoutez-y de temps à autres des chapitres, mais songez également qu'une histoire a une fin, et donc qu'il est important de la conclure par un petit procédé syntaxique ! Une coda significative, une didascalie originale. ("Il posa son couteau sur la table et alla s'asseoir'') Amusez-vous à terminer vos histoires différemment, à ne pas faire triompher uniquement le bien, et à créer une atmosphère pesante, insupportable. Songez à consulter d'autres histoires, ou à vous inspirer de roman pour concevoir également votre récit.

 
1 0
Score : 3392



Le Jeu de Rôle est un jeu avec des mots où l’auteur s’efforce de donner du sens et de la valeur aux phrases qu’il emploie. Un texte n’est pas seulement un ensemble de mots liés les uns aux autres de manière hasardeuse : au contraire, le Rôliste attentif saura donner au ton qu’il emploie une saveur particulière qui servira son écriture.

[size=17]1) L’Orthographe.[/size]

Puisque nous parlons d’écriture, il est inévitable de s’attarder sur l’orthographe. Orthographier correctement les mots est nécessaire et même incontournable : si les dictionnaires existent, c’est bien entendu pour que tout le monde puisse écrire sans commettre de fautes ! Vous pouvez employer un dictionnaire en ligne ou son modèle classique en papier. Certains navigateurs Internet possèdent un dictionnaire incorporé qui vous aidera à éloigner pour de bon les vilaines fautes de vos productions écrites !
Un texte correctement orthographié est la base de toute participation à valeur artistique sur un Forum : vos lecteurs apprécieront doublement une histoire belle et propre, sans la moindre faute, par rapport à une écriture hasardeuse et couverte d’erreurs. Soignez votre écriture, nous ne le dirons jamais assez, et vous gagnerez sans le moindre doute en lecteurs !

[size=17]2) La Couleur des mots.[/size]

À l’instar du peintre qui sélectionne avec un soin particulier sa peinture et ses pinceaux, l’auteur de textes se donnera la peine de choisir avec délicatesse les mots qu’il emploie ! Utiliser des synonymes est essentiel pour varier le ton et donner différentes ambiances à l’histoire que le lecteur prendra la peine de lire. À la place du mot "fort", on préfèrera par exemple "vaillant, puissant, incroyable ou incomparable" pour qualifier les qualités de votre personnage.
La langue française est dotée d’un nombre ahurissant de mots nouveaux et d’expressions qui n’attendent que vous pour être employées. Sans verser dans l’excès, pensez à nourrir votre écriture avec de beaux mots et confiez à vos récits un caractère raffiné ou au moins soigné.
Plus essentiel encore, ne voyez pas votre texte comme une ligne droite : jouez sur la valeur des mots et faites preuve de malice en donnant à votre personnage principal, un pirate par exemple, un parler fort et rugueux, alors que vous offrirez à son petit mousse une voix frêle et un lexique un peu moins fleuri. Même si les insultes sont interdites à l’emploi, vous pouvez tout de même utiliser un registre de langue plus sévère et donner à votre personnage un ton un peu moins pâle (prenez exemple sur Oto Mustam et sa grossièreté manifeste, tout en finesse cependant) !

[size=17]3) Jouer avec les mots.[/size]

Nous avons vu à quel point il peut être intéressant de mettre la grammaire dans sa poche pour obtenir une excellente production écrite. Pour achever cette très légère mise en bouche technique, il semble impératif d’aborder le style et les figures de rhétorique.
Avez-vous déjà entendu parler des métaphores ou même plus simplement des comparaisons ? Nous n’entrerons pas dans les détails ici : il s’agit plutôt de vous montrer à quel point il est intéressant de mettre son texte en valeur avec de belles figures de style.
En effet, ces charmants petits outils qui portent bien leur nom vont vous aider à donner une toute autre dimension à une phrase toute bête sans réelle importance. Tout l’intérêt des figures de style réside dans la mise en valeur d’une idée : on veut faire passer un message, une image parfois, et l’auteur a bien souvent besoin de ce matériel pour y arriver !
Imaginez un peu que vous souhaitiez décrire le voyage de votre personnage, un disciple de Crâ, à bord d’un bateau en direction de Frigost. Vous pouvez tranquillement ouvrir les guillemets et faire s’exprimer votre personnage, tout en décrivant un petit peu ce qui se passe sur le navire et sur le temps qui passe. Vous pouvez sinon user des métaphores et convier le lecteur à bord du navire en lui "montrant" ce que vous, vous imaginez de ce bateau engagé dans une tempête : allez à l’essentiel et rapportez-vous à quelque chose de plus familier, que le lecteur serait susceptible de mieux connaître. Nous pouvons penser par exemple aux bousculades en Amakna un jour de marché : on dirait alors que le navire s’efforce de se frayer un chemin dans les eaux troubles tandis que les vagues le chahutent sans cesse.
Vous l’aurez donc compris, manier la langue française correctement est un atout gigantesque si vous souhaitez aborder le Jeu de Rôle dans les meilleures conditions possibles. Pour approfondir ce petit chapitre, je vous invite très chaleureusement à puiser des mots nouveaux et des idées lexicales dans le dictionnaire et d’utiliser les figures de style que vous connaissez pour mettre vos descriptions en valeur. C’est de cette façon que vous gagnerez des lecteurs et que vous leur offrirez une très belle aventure !
1 0
Score : 3392


Le Monde des Douze est beau et vaste mais il est tellement rare de trouver une aventure qui sort de l’ordinaire. Pourquoi devons-nous toujours utiliser nos bonnes vieilles histoires alors que des centaines d’idées nouvelles sont à portée de main ? Laissez-moi vous guider !

[size=17]1) Voir le Monde des Douze comme un monde en vie.[/size]

S’immerger dans un univers neuf et se plonger entièrement dans un monde différent du nôtre n’est pas une tâche facile. Pourtant, il s’agit du meilleur moyen pour celui qui raconte de trouver de nouvelles histoires et d’employer toute la merveilleuse substance du Monde des Douze à son profit !

Gardez à l’esprit que vous écrivez les aventures que vos personnages vivent dans un monde ouvert, dynamique et persistant. Ils vivent, dorment, mangent et réalisent tout comme vous des activités plus ou moins ordinaires en compagnie d’autres personnes, dans un monde peuplé et bien différent du nôtre toutefois. Les Contrées d’Amakna et les noires landes de Brâkmar sont deux lieux bien distincts qui ne trouveront pas leur égal sur notre bonne vieille Terre : il s’agit alors de vous imaginer par vos propres moyens ce que vivent vos personnages lorsqu’ils se déplacent ces incroyables étendues de verdure ou dans ce néant volcanique vide et brûlant.

Le Monde des Douze est bien vivant et c’est à vous de le reconstruire dans votre esprit : modélisez-le, visualisez-le complètement et imprégnez-vous de sa féérie. C’est de cette façon que vous saurez aborder vos futures histoires et que vous parviendrez à vous rattacher à des valeurs sûres et à des idées neuves.

[size=17]2) Mon Récit, différent du tien.[/size]

Nous avons tous au moins une fois apprécié un texte parce que nous y avons vu notre propre vie, nos propres expériences ou des événements qui ne nous laissent pas indifférents, même s’ils ne sont que pure fiction en fin de compte. Il est par conséquent assez simple de rencontrer deux romans (ou plus simplement deux récits) qui traitent du même sujet ou qui abordent des expériences semblables. Cela ne pose aucun problème ! Le plus important ici consiste surtout à donner une valeur unique à son propre récit, en dépit des similitudes rencontrées avec d’autres textes.

Pour cela, et c’est tout en poésie que je vous le dis, "fouillez dans votre cœur" ! Alors que les expériences que vous avez vécues et dont vous vous inspirez pour écrire ressemblent peut-être à celles d’autres personnes, vos sentiments quant à eux sont indiscutablement uniques ! Sachez mettre des mots sur vos sentiments et donnez une impulsion nouvelle à vos histoires. Gagnez un tout autre niveau de qualité en abordant vos aventures en donnant vie à vos émotions et surtout à celles de vos personnages et offrez à vos lecteurs un récit original et qualitativement irréprochable.

Tout cela n’a rien de simple et il vous faudra batailler durement pour réussir à user de ces techniques dans la pratique du Jeu de Rôle. Je vous assure néanmoins que le jeu en vaut la chandelle et que vous obtiendrez en résultat un texte différent de tous les autres, accompagné d’une petite touche personnelle bien propre à vous et à personne d’autre.
1 0