FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Comité de la Magie] La Salle d'Étude de Daca Tunran

Par [Malma-Jeste] - MAÎTRE DU JEU - 28 Avril 2020 - 11:11:23
Vous le savez peut-être déjà mais le Comité de la Magie est une structure organisée et hiérarchisée. Tout en haut de cette structure se trouve la Chambre de Gouvernance Technique de la Magie (CGTM) regroupant des érudits de la noblesse et des Directeurs de Branches. Ces Branches d'Étude de la Magie sont au nombre de quatre et regroupent différents membres, les Tacticiens de Terrain

Dans les locaux du Comité se trouve la célèbre Salle d'Étude de Daca Tunran, directrice de la Branche d'Étude de la Magie Élémentaire, la BEME. La salle est spacieuse, lumineuse et les murs sont recouverts d'ouvrages précieux sur la magie des parchemins. C'est dans ces lieux empreints de magie que Daca Tunran s'apprête à recevoir des rapports d'étude de Douziens sympathisants du Comité de la Magie. En vous rendant auprès d'elle,  elle vous accueillera et vous proposera un petit travail : 
 
« Douziennes, Douziens, bienvenue !

Le Comité de la Magie vous ouvre ses portes pour une tâche toute particulière. Vous le savez peut-être déjà, deux de nos principaux objectifs sont le recensement et l'étude des parchemins de sorts. L'occasion vous est donnée d'ajouter votre pierre à l'édifice : nous souhaitons recueillir vos témoignages et vos théories sur l'utilisation de ces parchemins que vous manipulez déjà souvent. Quels effets ont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? D'où vient leur magie ? Comment les avez-vous trouvés ? Tant de questions, et d'autres encore, auxquelles vous pouvez répondre à travers un rapport d'étude que nous collecterons.

Vos écrits seront rassemblés et archivés ici, au sein de ma Salle d'Étude. Ils resteront consultables au besoin pour les sympathisants du Comité qui en feront la demande. Soyez inventifs, observez, théorisez, restez rationnel ! Et gardez en tête qu'au sein du Comité de la Magie, le partage de la connaissance se voit toujours récompensé. »
 
 

[HRP] Règles 

Nous vous proposons aujourd'hui et jusqu'au 4 mai une nouvelle activité sur le Forum Officiel en lien direct avec le Comité de la Magie. Concrètement nous vous demandons de rédiger et de nous envoyer des rapports d'étude sur des parchemins de sortilèges que vous utilisez en tant qu'aventurier douzien et que vous aurez choisi. 

Concernant votre rapport
  • Il peut prendre n'importe quelle forme et contenir des illustrations ;
  • Vous devez inclure un descriptif du sortilège et ses moyens d'exécution ;
  • Vous pouvez aborder l'utilisation du sortilège ;
  • Laissez parler votre imagination en incarnant votre personnage !
  • Postez votre rapport à la suite de ce sujet.

Et comme le Comité de la Magie sait se montrer généreux avec les érudits, vous pourriez bien recevoir une surprise !

Bon amusement,

L'Équipe d'Animation.
Réactions 19
Score : 199

Je vais vous décrire une situation un petit peu embarrassante qui m'arrive depuis environ trois semaines.

Je venais alors tout juste de débuter ma nouvelle aventure ! Après une courte discussion avec mon vieil ami Ganymède et quelque vieillards qui perdent la boule, je me mis à courir de toute mes forces. Et c'est avec une motivation imparable que je décidais tout d'abord d'arpenter les pâturages de cette vieille île flottante. Mes premiers combats étaient très particuliers.. je boxais chacune de ces créatures comme de gros sacs de viande !!!

Après une bonne demi-heure de combats acharnés, je réalise que mes deux principaux soucis sont de réduire le nombre de mes blessures (à partir de la vingtième morsure de bouftou vous pouvez contracter de sérieuses maladies) et améliorer mon efficacité en combat. Mes coups de poings sont de plus en plus faiblards et ne me serviront bientôt plus à rien.

Et c'est en continuant mon aventure que la solution à mes deux problèmes se présenta d'elle même !

Dans la laine de ma 37ème victime, emmêlé avec toute sorte de détritus que je découvris mon premier parchemin de sort !! Après l'avoir nettoyé avec la plus grande prudence (cela sentait un peu comme le bwork qui se néglige), je le range en vitesse au fond de ma besace.

Il me fallait trouver un coin tranquille pour débuter mon apprentissage..

Sur un quai du port de Madrestam, laissé à l'abandon depuis de nombreuses générations, que je lu le parchemin pour la première fois : " Ble Bl Bllll bli"

Rien ne se passe

Partagé entre colère et déception je m'apprête à retenter lorsque, à mes pieds, je découvre une toute petite créature anorexique.

Ses yeux pointaient dans des directions totalement opposées et elle semblait souffrir atrocement. Puis, dans un râle rauque, elle poussa un cri BLLLLLLL et dans un nuage de fumée "POUF" disparition !!

Je pris quelque temps pour réfléchir à ce qui venait de se produire et mes autres options étant très limités pour le moment, je décide donc de poursuivre mon entrainement !!


Deux jours.. et trois nuits.. entières.. A crier, murmurer, chuchoter, parler, chanter BL BL BLII BLEEE

Et, à l'aube de la troisième journée, je réussit enfin !! J'invoque enfin la solution à tous mes problèmes !! Celui qui m'épaulera tout au long de mon aventure !!
QUEL ACCOMPLISSEMENT !! QUELLE PRESTANCE !!

Spoiler (cliquez ici pour afficher le spoil)

La partie embarrassante dans tout ça ?

Dès que j'exécute mon rituel d'invocation je deviens la risée de tout les groupes d'aventuriers que je rencontre !

Est-ce dû au BLI BLA BLOU ?? QUE FAIRE ??????
 
2 0
Score : 460

-HEY OH ! Y'A QUELQU'UN !?

Ces mots, ça faisait plusieurs heures que je les gémissais depuis le fond d'un trou.

       En effet lors de mon aventure, j'ai découvert de nombreux parchemins qui étaient intéressants, mais comme ils présentaient une basique description, je me devais de les essayer.
Coups de poings, flèches paralysantes, haleine putride ... Bref, certains auront bien souffert pendant que j'expérimentais ces différentes trouvailles.

Puis j'obtins un parchemin dénommé "Piége Akon". En tant que bon iop, je n'avais aucune idée alors de ce qu'il s'agissait. Je me décidai donc d'incanter ce sortilège près de moi ...
Puis ... Plus rien, comme si ça n'avait rien fait. De rage je commençais à piétiner le sol autour de moi, à insulter des gens qui n'avaient pourtant rien fait, certaines oreilles ont du siffler pendant ce bon quart d'heure.

-J'abandonne, ce sort, il est pourri, j'me casse ! M'exclamais-je en boudant.

Et bien ... Ce sort ... Il est pourri, mais j'me suis pas cassé, car à peine j'entamais mon départ, j'suis tombé dedans. Un gouffre, non pas sans fond, mais dans lequel je me suis fracassé le crâne, et je me suis retrouvé totalement bloqué. J'essayais de sauter, mais mes jambes étaient étrangement lourdes.
J'aurai pu annuler le sortilège, mais dans ma colère puérile, j'ai jeté le parchemin, avant de le piétiner.

-HEY OH, A L'AIDE !! Pouvait-on entendre à intervalle régulier, suivi de plusieurs "Hey oh, à l'aide", qui se répétaient avant de se fondre en légères vibrations. J'voyais bien que quelqu'un appelait à l'aide également, non loin de moi, j'le sais, j'l'entendais ! Mais jamais il ne me répondit, si j'lui mets la main dessus il va voir ce qu'il va voir ! - Hélas, pour les iops, le concept d'écho, est abstrait.


La prochaine fois que lirai un parchemin, je tâcherai d'avoir un kamas à jeter et un énutrof à disposition ... J'crois bien que j'vais rester coincé ici un moment.


 

1 0
Score : 30
- 26 Aperirel An 650.

Aujourd'hui, j'ai enfin canalisé la magie. Etant passé parchomancien 160. Je sens enfin le pouvoir de l'élément de la Terre. J'ai ouï dire dans d'anciens livres de la guilde Ras El Mulout que je peux confectionner le sort " Boliche " en combinant des textes de plusieurs sorts tels que : " Face ou pile ", " Gueule de bois " ou encore Parafuso. 

Voilà plus de 4 semaines que je m'entraine et que je confectionne des parchemins au sein du comité de la magie. Pour enfin, créer le seul et unique Boliche. 

Bien qu'il existe " Colère de Iop " et qu'il n'ait était créé qu'une fois par le comité de la magie, il faut bien une première fois à tout. 

- 27 Aperirel An 650.

Voilà le grand jour. Je suis enfin prêt à lire et faire l'incantation. J'ai faits tous les prêts requis et j'ai même prié au Sanctuaire de l'almanax pour avoir toutes les chances de mon côté.

J'ouvre le parchemin, je finalise l'incantation en écrivant sur la peau de " Mogligli ", 

- Bol-Ichia- Fu n-est- qe Kalipeta- 

A la fin de l'inscription, écrit en sang de scorbute. Le parchemin s'éblouïe, il s'enveloppe d'une aura terrestre. Il devient  marron de part et d'autres. Je crois que je viens seulement d'achever la conception du parchemin.

- 28 Aperirel An 650.

Nous somme le 28 Aperiel. Je viens de me réveiller avec un énorme mal de crâne, j'ai l'impression de m'être soulé avec un pandawa.  

Cependant, le parchemin est bien là, il est bien présent. Aussi marron que la terre, aussi pur que l'acier. Aussi doux que la soie. 

Je sors dehors, et j'appelle mon fidèle ami, Nanke un iop qui a commencé l'histoire de la parchomancie avec moi. 

Je prends le parchemin de mes deux mains, et je lis l'ultime phrase. Comme si c'était un " mot de puissance ". 

Lorsque je lis la phrase :

-Pirouwet Ka-Kawet- 

Une insufflation de puissance m'engloutie. Une lueur de lumière m'éblouis, et le parchemin se désintègre. J'ai l'impression qu'il fait partie de moi maintenant. 

A présent, je sens que mon corps est capable de pousser mais aussi de se rapprocher de la cible. C'est une étrange sensation, et je ne comprends encore comment l'utiliser. 

- TEST 1 - 

J'ai essayé d'utiliser le sort boliche sur mon camarade Nanke. 
Il se peut qu'il n'en ressorte pas indemne, étant donné que je l'ai FRACASSE CONTRE UN MUR ET QUE JE ME SUIS EXPLOSE DESSUS. 

Le sort est très puissant, et je doute fortement que j'arrive à l'utiliser. Peut-être faudrait-il que j'en fasse don au Comité de la Magie ? 

-  5 Maisial An 650 - 

J'ai finalement fait don de mon pouvoir, et de mon sort. J'ai préféré faire don de mon savoir plutôt que mes pirouettes destructrices. 

Aujourd'hui le Comité de la Magie a encadré le parchemin dans la salle d'étude, et par mérite m'ont promus en tant qu'Erudit. 

Aujourd'hui, je suis parchomancien d'érudition, et je sillonne le monde des douze afin de pouvoir trouver des ouvrages sur des sorts oubliés de tous. 

Je suis sur la trace d'un certain sort, le " Courage éphémére ".. Je me demande bien à quoi il peut bien servir...


C'était l'histoire d'EcaKen. Un parchomancien parcourant le monde des douzes au sein de Temporis VII. 

Merci d'avoir lu mon histoire, 



 
2 0
Score : 16
Bonjour Maître Suru-Bosc ! 
  Je vous fais donc part, suite à votre demande, du recensement du sort que j'étudie, notamment sur l'Inquisition Douzienne !
Nom du sort : Zénith 
Particularité et description : Ce sort me permet d'invoquer cinq lames sur une distance 4 mètres environ, cependant je ne peux lancer mon sort uniquement à 3 mètres maximum de distance !
Ces lames semblant être dotées d'ailes, ce qui colle avec le fait qu'elle tombe directement des cieux.
Je pense donc que ce sort à une affinité avec l'élément "Air" et je le confirme après quelques essaies sur mes affinitées. 

J'ai remarqué aussi que mes déplacements impactaient la puissance de mon sort de cette manière :
- Il faut savoir que le sort envoie deux lignes de dégâts,
- La première restant souvent la même en fonction de la résistance du mob de l'élément concerné 
- La second, qui elle à l'aire d'être impactée par mes déplacement au préalable du lancement du sort !

  Après maintes tentatives, je pense que ce sort est à choisir en complément d'autres sorts, tel que "Bond" afin de favoriser le non-déplacement. Car oui j'oubliais que seulement vos déplacements utilisant vos jambes semblent impacter ce sort... étrange.
Je laisse mes compagnons vous décrire ce que font les autres sorts et je retourne à mes enquêtes. 

PS: Aucun bouftou n'a était mal traitée pendant mes recherches, promis !

Au plaisir de ce revoir, Kenth de la Cinquième temporalitée !
1 0
Score : 16

Je vais vous décrire une situation qui m'est arrivé lorsque j'étais petit

  Après avoir eu ma naissance au sein du monde des douzes, j'ai voulu faire comme tout le monde de ma race Ecaflip j'ai donc décidé d'essayer de grandir peu a peu dans ce grand monde vaste et pleine de situation et danger exceptionnelle ! A cette époque, je n'étais pas équipé, j'étais donc comme on peut le décrire "nu". Au fil des temps a battre notre première ennemie le Kardorim quelque chose me troubler. A chaque fois qu'un monstre me coller, je n'arrivais jamais a me séparer d'eux.. Toujours cette contrainte me gêné même si mes griffes aimé le combat au corps a corps je perdez beaucoup... très beaucoup de vie ! 
  Jusqu'au jour après avoir battu le Koulosse en vain, il m'appris qu'il me donnerais un sort se prénommant " Libération" contre quelques feuilles et fleurs de Kaliptus. Très curieux, je me suis renseigné sur cet étrange sort. Après avoir récupéré assez de fleurs et feuilles de Kaliptus en achevant les alliées du Koulosse, je suis reparti le vaincre pour en savoir plus ! En lui donnant ces fleurs et feuilles, il me donna un petit bout de parchemin de couleur orangeâtre ! Sur ce petit descriptif, j'ai pu lire la mention, je cite "Pousse les alliés et ennemis autour du lanceur a 4 cases maximum si possible". Je me suis donc précipité a apprendre ce fameux sort ! Ce sort que je rêvais tant depuis ma naissance, la solution a mon plus gros problème !! 
  Arrivé a mon âge de 203 ans maintenant, très expérimenté depuis le temps et ayant parcouru la totalité du grand monde vaste des douzes. Je peut vous certifier que ce petit bout de parchemin n'est absolument pas à négliger. Il m'as sauvé bien plus d'une fois contre les créatures bizarres du monde des douzes que vous alliez rencontrer pendant votre aventure a la recherche des six dofus primordiaux !  Je vous laisse ci-joint une photo que j'ai pu prise de ce sort si magnifique ! 
En vous souhaitant une très belle aventure ! Puisse le sort vous être favorable et que dieu vous bénisse !

1 0
Score : 37
A défaut d'un rapport construit, laissez-moi vous raconter une de mes mésaventures:

Je revenais d'un rendez-vous avec ma chère Oynop, et décidai de faire un tour dans la Forêt des pins perdus. Assis au creux d'un arbre et je me plongeai dans l'étude du parchemin Echo élémentaire qu'un ami m'avait offert récemment.

Bien que j'usais de ces parchemins, je n'avais pas oublié les enseignements de la Balance Krosmique, et je continuais sans relâche dans ma quête de l'équilibre parfait entre les éléments de ce monde. Après tout, si les Cités de Bonta et Brâkmar avait su atteindre un semblant d'équilibre, les Parchomanciens et l'Eglise des Douze le pourraient sûrement aussi… c'est pourquoi je me devais d'étudier ces parchemins!

Soudain, une brume épaisse couvrit les environs et me tira de mes réflexions. Je rangeai le rouleau dans mon sac et me dirigeai vers l'orée de la forêt.Il n'était pas inhabituel que la brume se lève soudainement dans cette forêt, mais celle-ci paraissait peu naturelle, d'autant plus que des ombres surgirent de derrière les pins. Une balle m'effleura la joue, et je n'eus pas le temps de trouver le tireur que déjà, je me retrouvais plaqué au sol.
Une voix qui se voulait menaçante accompagnait le scintillement de l'arme braquée sur mon visage.

"Pas un geste, si tu n'veux pas finir en pâture pour Kaniglous. Vous, bougez-vous et dépouillez-le."

Pendant qu'un type m'attachait les mains dans le dos, deux autres prenaient un certain plaisir à me priver de mes équipement.
Je me retrouvais alors en caleçon, à genoux dans la neige. Heureusement que ces nombreuses baignades dans le Lac gelé m'avait habitué à la température de l'île et que j'avais pris la peine de renouveler mon vaccin contre le rube.

A mesure que la brume se dissipait, je pus voir que mes agresseurs étaient cinq. Celui qui me tenait en joug portait un Solomonk et je distinguais la truffe d'un Ecaflip sous son chapeau.

"Hm? Mais c'est que t'en as, de beaux bijous! Fais donc voir cette belle amulette que tu traînes au cou." dit un Iop coiffé d'une pelisse de Givrefoux, avant de m'arracher mon amulette.

"Regardez-moi ça! J'en ai volées des amulettes Ementaire dans ma vie, mais celle-ci est quand même bien plus belle non? On dirait qu'elle a plus de cristaux!"

"Haha! On a touché gros cette fois! Elle doit bien valoir plusieurs millions de kamas! Passe-la voir! Waouh, et cette puissance… AAARGH, ça brûle!"

Le Sacrieur borgne jeta l'amulette au sol. Était-il trop Iop pour s'en équiper? Il se tourna vers moi.

"Toi là, explique-moi comment on équipe cette chose! Et pas d'embrouilles hein."  et il la passa à mon cou. Je sentais à nouveau la Brise Quadramentale me caresser le corps, à moins que ce ne soit le vent frigostien.
Je pris un instant pour réfléchir: "cinq contre un, sans équipement… on dirait mes premiers combat sur Incarnam".

Mes poings s'enflammèrent et mes liens ne furent plus que des traces noires dans la neige. J'agrippais l'homme au Solomonk par le visage et drainai sa magie. Il tomba à terre, calciné. Mon esprit était limpide, et les pensées fusaient telles des rafales.
Le Roublard pointa son Tromblon sur moi.

"T'es un homme mo- "

D'un geste brusque, j'attrapai le canon de l'arme et de la boue la recouvrit, enrayant son mécanisme. J'agrippai son poignet, tandis qu'il m'assénait un coup de poing au visage; mais il était trop tard, je sentais déjà sa force vivifier mes muscles. Je lui rendit son bourre-pif et il s'effondra dans la neige.

Des trois individus restant, deux me chargèrent. Je sautai par-dessus le premier et le projetai contre un arbre avec une rafale de vent, puis me jetai sur son compagnon.

"Espèce de –"

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que la glace avait déjà recouvert tout son corps. La colère qui animait son visage y resterait figée un bon moment.
Apeuré, le dernier de mes agresseurs prit la fuite en direction du Lac gelé. Je bondis derrière lui et l'agrippai par sa capuche.
Un sourire diabolique ornait mon visage.

"Je me sens chanceux aujourd'hui. Je viens d'apprendre un nouveau sort et j'ai déjà l'occasion de l'essayer sur quelqu'un."

Le feu, l'air, l'eau et la terre se mêlèrent dans la paume de ma main droite. Un torrent d'énergie émanait de cette sphère qui grossissaient à vue d'œil. Je fermai le poing et frappai le dernier bandit alors qu'il tentait en vain de se dégager de ma prise. Une explosion de lumière l'engloutit et il finit une dizaine de mètres plus loin, encastré dans la roche du mur séparant la Bourgade du Berceau d'Alma.

Bien que les résultats de cette première utilisation étaient extraordinaires, j'étais quelque peu dépité: "Hm… on dirait que je n'ai pas pleinement maîtrisé la puissance de ce sort."
Avant que je pus aller plus loin dans ma réflexion, un bruit tonitruant s'échappa de mon estomac. 
Le combat m'avait creusé, c'est pourquoi je décidai de remettre à plus tard mon entraînement. L'idée d'une bonne pizza au boudin de Boufmouth me paraissait nettement plus alléchante.
1 0
Score : 277
Voici comment j'ai trouvé un des parchemins dissimulé dans le monde des Douze :
 
- - - - -

 
"Méfiez vous des lapins en peluche".
 
Cette phrase circulait désormais depuis ce matin entre les murs d'Astrub, suscitant beaucoup d'inquiétude, d'excitation, ou de perplexité dans la population d'aventuriers en quête de mystères à résoudre. Et pour cause : elle était apparue du jour au lendemain, gravée sur la structure en pierre du Zaap de la cité des mercenaires. On se demandait quel était le miracle à l'origine de cet étrange évènement. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce que la pierre des Zaaps est indestructible ! Vous demanderez aux couples qui s'amusent à graver leur prénom dans un cœur pour afficher à tous leur amour... eh bien ils préfèrent de loin les arbres, beaucoup plus adaptés à cet exercice.
"Méfiez vous des lapins en peluche".

 
L'enquête méritait d'être menée, et je me sentais tout aussi excité que la majorité des aventuriers qui vadrouillaient depuis un bout de temps sur le monde des Douze. Il était temps d'abandonner la confortable auberge d'Astrub pour se mettre en quête de renseignement. Naturellement, je me dirigeais vers le Zaap. J'avais déjà vu cette inscription maintes fois, mais je voulais surtout interroger les glandeurs du Zaap. Il y en a toujours un, à tout heure du jour et de la nuit. Peut-être ont-ils vu ou entendu quelqu'un s'adonner à des activités suspectes aux abords du grand téléporteur ? Uns à uns, ils me répondirent la même chose : "Je ne sais pas, j'étais à efkah". C'était à n'y rien comprendre. Cependant le dernier personnage, un vieil Enutrof au regard aiguisé, me confia qu'il avait entendu un murmure lors de cette nuit : "Tout ceci est lié aux parchemins !". Un murmure qui semblait venir du ciel. Se croyant sénile pour de bon, il n'en avait parlé à personne... c'était donc une information de première fraicheur ! Les dieux étaient-ils à l'origine de ce message ? Je voulais le croire.

Le mystérieux message m'incitait beaucoup plus à la curiosité qu'à la méfiance... je ne voulais pas du tout me méfier des lapins en peluche. Au contraire, je voulais absolument en trouver un ! Les lapins en peluche ne courent pas les rues, cela dit il y en a sans doute à la Foire du Trool. Je me mis en route. Arrivé sur place, je me renseignais auprès d'un forain derrière son stand d'attrape koin-koin. Après quelques parties gagnées (loué soit Écaflip !), je réclamais mon lot :

- Voyons voir... avez-vous des lapins en peluche ?

- Hélas non, me répond-il, j'ai cédé le dernier il y a quelques temps déjà à une bien charmante personne originaire d'une île féérique. Accompagnée de deux petits canards bleus, elle disait adorer les animaux.

Je pris note de l'information et pris dans le lot une énorme peluche Dragoune Rose. J'avais reconnu le lieu dont le marchand parlait : il s'agissait de Nimotopia ! Une longue route s'annonçait, et au bout de quatre heures de marche sous le soleil impitoyable de Cania, j'arrivais au Muldobus. Celui-ci m'emmena sur une île étonnamment rose, remplie de créatures féériques mais aussi de terribles braconniers et contrebandiers... aucun doute, j'étais arrivé à destination.

Je cherchais partout la personne décrite par le forain, me fiant surtout à la description des deux petits canards bleus. La forêt était dense et la recherche était ardue. Mais au détour d'un énorme rocher, je découvris une clairière plein de vie. Ici, point de canard en vue, mais des koalaks, des minikornes, une troupe de petits bouftous et au milieu, une jeune fille. Le campement était bien organisé, et je repérais d'un coup d'œil le gros lapin en peluche, trônant sur un coussin à sa mesure. Je m'approchais pour me présenter, quand soudain quelqu'un cria :

- Attention, voilà un braconnier !

La panique s'empara du camp, et tous les animaux prirent la fuite . Aussitôt, je levais mes bras pour dissiper le doute, et dit :

- Je ne suis pas venu pour vous faire du mal ! Je suis un aventurier en quête !

Immobile, j'attendis le retour prudent de tout les habitant du campement. La jeune fille s'approcha de moi, me jaugeant de haut en bas. Puis elle dit tout haut :

- Il dit vrai ! Il sent bon et est bien rasé. De plus, quel braconnier se promènerait avec une énorme Dragoune Rose en peluche dans le dos ?

  Après une pause, elle ajouta :

- Je m'appelle Coqueline. Que nous vaut ta visite, aventurier ?

Alors je lui contai toute l'histoire. À la fin, son regard se tourna vers l'énorme lapin en peluche.

- Effectivement, je l'ai acquis il y a quelques semaines déjà, dit-elle. Mais qui nous dit que c'est bien ce lapin qui nous intéresse et pas un autre ?

- J'ai comme une intuition, répondis-je. Puis-je l'inspecter ?

Coqueline hocha la tête avec un sourire. Finalement, elle semblait aussi très curieuse de connaître le fin mot de cette histoire !

Je fis le tour de la peluche sous toutes les coutures, et je vis, cachée derrière le motif en forme de cœur sur sa poitrine, une petite poche très bien dissimulée. En fouillant dans cet interstice, je découvris un morceau de papier plié. "C'est le parchemin !" m'écriais-je. En le dépliant, je lus avec satisfaction :
PARCHEMIN DE SORT : PULSION CROISSANTE
 
Le sourire jusqu'aux oreilles, je montrai ma découverte à tous. Une enquête rondement menée !

Je n'ai pas encore eu l'occasion de tester ce sort, mais il me semblait important de notifier son obtention au Comité De La Magie. À bientôt pour de nouvelles aventures !
1 0
Score : 3599
Rapport d'Étude et d'expérimentation
de l'arcane Flamiche élémentaire
Par Astreus --
Apprenti parchomage et aspirant Huppermage
Avant-propos

Étant donné que je ne suis qu'un apprenti magicien, je prie le lecteur d'excuser les possibles erreurs dues à mon manque d'expérience.


Obtention du sort

La première fois que j'ai vu le sort Flamiche élémentaire, c'était il y a quelques jours, lors d'une altercation entre des membres de l'Inquisition et un groupe de personnes, visiblement des parchomanciens, dans le village d'Amakna. La situation s'envenima rapidement et chaque parti en vint aux sorts pour faire taire l'autre.

Observant la rixe, mon attention fut sans raison évidente, portée sur l'un des parchomanciens. Il se servait d'étranges orbes qu'il projetait sur ses adversaires. Il n'y a là pourtant rien d'exceptionnel quand on voit les prodigieux effets magiques que d'autres maîtres de son calibre sont capables de produire. Pourtant, je ne pu détourner mon attention de celui-ci.

A vrai dire, cette observation, et les cogitations qu'elle amena, occupèrent intégralement mon esprit. J'en ai même oublié l'issue de la bataille tant je voulais comprendre ce sort qui me semblait être "de base". Était-ce l'orgueil d'avoir la sensation qu'il était à protée de main, même pour un apprenti comme moi ? En tout cas, j'entama sans délai des essais de parchomagie, pour coucher sur le papier ce que j'avais vu.

Pendant le reste de la journée, j'usa quelques rouleaux de parchemins vierges, vida plusieurs encriers, mais rien de concluant n'apparaissait. J'étais dans une impasse théorique et c'est finalement une crampe à la main, la faim et le soir tombant qui eurent raison de ma résolution.

Cependant, je me souviens pleinement de la nuit qui suivit. Je voulais imposer le sommeil à mon esprit tracassé, mais sans succès. Je sorti prendre un bol d'air histoire de me changer les idées et découvrit à quel point le ciel était clair cette nuit-là. Quelque chose de difficilement descriptible se produisit : Les étoiles semblaient "confirmer" certaines de mes intuitions. C'est comme si, à travers leur éclat, j'arrivais à discerner des formes, des figures. Était-ce le fruit de mon imagination, conjugué à ma fatigue ? je voulais m'en persuader en me frottant plusieurs fois les yeux, mais à chaque clignement de cil, une lueur, un détail, que je n'avais pas encore remarqué, vint étayer ma perception. C'est après quelques minutes à scruter la voûte céleste que j'eu le déclic, la solution de ce labyrinthe intellectuel que je m'étais créé et dans lequel je m'étais perdu. Je parvint finalement à rédiger mon parchemin "Flamiche élémentaire" avant que le jour ne se lève.

J'avais entendu dire de mes maîtres que les Huppermages devaient accorder de l'intérêt à l'astronomie. Moi qui n'y voyait là qu'un prétexte à ces ennuyeux cours, Cette expérience aura eu le mérite de me faire grandir sur ce point. Pour en revenir au parchemin, objet de ce rapport, j'ai beau l'avoir rédigé par moi-même, pour moi-même, je ne me sens pas légitime d'affirmer qu'il vient de moi pour autant, ne serait-ce que par le fait que d'autres l'aient conçu avant moi. Cela veut-il dire que la parchonancie est une affaire personnelle où chacun doit faire un effort de nature différente pour obtenir un résultat pourtant commun à tous ? Peut être, chers et estimés Membres du Comité, auriez vous des éléments de réponse ?


Comment l'utiliser ?

Comme je l'ai indiqué ci-avant, mon intuition était bonne quant à la complexité d'utilisation du sort. Il est effectivement très simple à manipuler.

Je me doute que l'explication qui va suivre risque de faire grimacer les lecteurs les plus érudits, mais j'aimerais proposer, avec mes mots, une description pratique pour l'expérimenter.

L'utilisation de la Flamiche implique de ressentir les éléments. Plus particulièrement celui dont nous nous sentons le plus proche à un instant précis. Pour certaines personnes, ce sera toujours le même, pour d'autre, il changera. Quoi qu'il en soit, il faut arriver à percevoir leur influence en nous.
Une fois détecté, l'élément doit être "guidé" vers la paume de notre main (ou ailleurs, pour les plus imaginatifs !), si la concentration est suffisante, ou que l'habitude est acquise, on ressent comme un "trou" juste à la surface de notre peau, une sensation d'aspiration fugace, qui laisse instantanément place au flux élémentaire se matérialisant en un objet, souvent sphérique. 

L'orbe obtenu peut prendre des aspects très différents. Pour en avoir fait l'expérience, il m'est arrivé, depuis que je m'en sers, d'avoir une boule de feu, ou, à l'inverse, un grêlon gros comme un oeuf de Tofu ! Tout dépendait de mon humeur et de la situation. Le fait que je sois familier à l'Huppermagie n'y est peut être pas anodin non plus.

Pour ce qui est de la projection, on peut se contenter de la lancer avec la force de nos bras, mais personnellement, je préfère comprimer dans ma main ce fameux flux qu'on a en nous, comme un piston, pour propulser l'orbe avec intensité.

De par mon étude de l'Huppermagie, je me suis demandé ce qu'il advenait du sort lorsqu'on visait l'équilibre entre les éléments. Les résultats que j'ai obtenu sont assez étonnants. J'ai donc cherché à équilibrer du mieux que je pouvais mon affinité avec les éléments avant d'incanter le sort. Il s'avère que la terre semble prendre l'ascendant. En réitérant l'expérience avec les différentes combinaisons élémentaires possibles, un ordre semble se décrire dans mes résultats : Terre, Feu, Eau et Air. Je laisse à votre expertise le soin de vérifier, d'étudier et d'interpréter ces résultats.


Ses applications

Le sort est vraisemblablement à vocation combative. C'est, en tout cas, dans ce genre de contexte que je l'ai découvert, comme vous avez pu le lire. On peut aussi bien s'en servir offensivement que défensivement, notamment pour intercepter les projectiles ennemis ou effrayer les créatures hostiles.

Mais on peut cependant lui trouver des intérêts plus utilitaires, même si certains éléments s'y prêtent plus que d'autres. S'il est aisé d'allumer un feu de camp avec une flamiche de feu, je vous déconseille d'essayer de nettoyer vos vêtements avec une flamiche d'air, au risque de voir vos atours détricotés ! J'ai également entendu dire que le sort pouvait servir dans plusieurs activités sportives.


Nous voilà à la conclusion de ce rapport. Le sort Flamiche élémentaire a beau être très simple dans son utilisation et sa pratique, il peut devenir un composant essentiel de certains enchaînements de sorts plus complexes. Et même dans sa propre structures, certains mystères restent non-élucidé. Il me semble en tout cas nécessaire pour tout parchomancien de le maîtriser.

En espérant que cette étude serve les intérêts du Comité,

Salutations,
Astreus --
3 0
Score : 16

Lorsque j'ai commencé mon aventure, à la suite de mon incarnation, je croyais être maudite pas ma Déesse.

Quel que soit mon entraînement et mes essais sur cette île-dragon qu'est Incarnam, je restais incapable de maîtriser le moindre sort Féca.
Je pensais être une erreur de ma Déesse, mais j'avais des difficultés à imaginer ma Déesse capable de se tromper. Je me vis obligé de continuer ainsi mon calvaire dans ce monde, jusqu'à ce que je tombe sur mon premier parchemin de sortilège, jeté dans une poubelle par une aventurier plus expérimenté.

Je n'eus qu'à le lire, et le reste fut instantané. En un instant seulement, je pus utiliser un sort je ne connaissais pas, aussi bien que je savais parler. J'imagine, enfin, je suppose, que la magie doit directement réécrire notre nos réflexes musculaires et sensoriels, et personnellement, je n'aime pas cette sensation d'être réécrite, mais je commençais à ne plus avoir le choix si je ne voulais pas devoir stopper mon aventure.

Mon aventure continua ainsi, et je pus apprendre de nombreux autres sorts. Des sorts des différents Dieux, des sorts totalement inconnus, et même quelques sorts de ma Déesse. Qu'un Féca en est à avoir besoin d'un parchemin pour apprendre un sortilège Féca est risible.
Mais au final, à part quelques uns, tout ces sorts étaient, au mieux passable, au pire inutile et oubliable.

Je vais justement parler ici, de l'un des rares sorts que je trouve utile. Le sort fermentation, dont le nom a dût être trouver par un Iop, qui devrait apprendre la signification des mots avant de les utiliser. Il offre une protection total sur toi, contre les attaque physique ou magique, bien qu'il ne protège pas des dangers intérieur tel que le poison ou la fatigue. Il ne nécessite que très peu d'énergie et de magie, et a une utilisation extrêmement simpliste, à un niveau ou je suis capable d'incanter une nouvelle fois le sortilège avant même que ma précédente fermentation protection ne se brise, à tel point que je passe la grande majorité de mes combats sans que les monstres n'arrivent à me porter le moindre coup.

Ce sort est le seul qui me relie encore selon moi, à la Déesse Féca, mais j'ai encore du mal à décider de quelle manière. Peut être est ce un hommage à ma Déesse, que je continue de servir alors qu'elle m'a laissé tombé au commencement de mon aventure, ou alors un moyen de lui prouver que je suis capable de me protéger, même sans son bouclier et sa bénédiction. A chaque fois que j'y réfléchis, je finis partagé entre les deux. A la rancune qui c'est accumulé, je ne peux nier mon amour pour ma Déesse.

Pour en revenir au rapport, ce sort à une particularité assez rare, même parmi tout les parchemins et nouveaux sortilèges découverts : il est améliorable, rendant son utilisation plus simple, plus rapide, plus efficace, et son amélioration même provient d'un second parchemin, et non d'un entrainement et d'une utilisation intensive. C'est d'ailleurs, à ma connaissance, le seul sort qui ne change pas d'affinité élémentaire en évoluant, dus au faites qu'il ne possède aucun lien de base avec les éléments.
Parmi tout les aventuriers que j'ai croisé, la quasi totalité l'utilisaient aussi. C'est l'un des sortilège le plus populaire des aventuriers, alors que c'est un sortilège inconnu, loin de tout les sorts affiliés à chacun de nos Dieux. Je me demande toujours si ces nouveaux sorts sont des créations innovantes de nos Dieux ou la fusion de plusieurs sorts.

Pour beaucoup, notamment l'inquisition douzienne, ces parchemins sont la raison pour laquelle les Dieux nous abandonne et un chemin de facilité vers la puissance, cependant, ma Déesse m'avait déjà délaissé bien avant que je ne ramasse mon premier parchemin. J'aimerai penser que, au contraire, les parchemins seraient capable de nous aider à nous rattacher à nos Dieux mais, je pense que l'organisation LOLJDR ainsi que la guilde Ras El Mulout, qui s'occupe de leur popularisation, pense plus aux gains et au marché qu'à leur Dieu.

Sheloukai
19 Aperirel

1 0
Score : 281

Rapport d'étude n° 46 du parchemin magique portant la mention Knadabra

Je suis entré en possession du parchemin ce jour, 23 aperirel 650. J***** (note : faire disparaitre son nom du rapport lors de la publication), parchomancien de profession, semble avoir réussi à le produire à partir d'autres parchemins. Il n'a cependant pas voulu me donner de détails. Le parchemin m'ayant été donné gratuitement par l'artisan, je me suis abstenue d'insister.

En sa qualité, le parchemin est tout à fait semblable aux autres. Le support est en peau de sanglier mais des fibres végétales forment un liseret délicats à 1 centikamètre de chaque bord. Ce peut être du lin tempête ou du chanvre euphorique. Je penche pour le premier étant donné l'odeur caractéristique de porkass grillé que laisse le second. Une analyse approfondie est cependant nécessaire. (note : demandé à Sybille une analyse avec son microscopuce)

En dessous du titre, une illustration abraknydienne attire mon attention. Laisse supposer que le pouvoir qu'il confère a trait à la famille susmentionnée. Production de substance gluante ? Pousse subite de 4 membres supplémentaires conférant agilité ou déplacement supplémentaire ? Je ne peux m'empêcher d'effectuer ces quelques conjectures avant la phase de test. (note : connaissant la phobie de Sybille, ne pas lui présenter ces conjectures et trouver un mensonge acceptable concernant l'illustration). L'encre magique utilisée pour l'illustration semble tendre vers le carmin. De plus amples recherches sont nécessaires pour déterminer l'élément : l'étude n°34 du parchemin magique portant la mention Sulfure a démontré que des erreurs d'interprétation sont possibles, notamment concernant les éléments terre et feu.

La lecture du parchemin procure la même sensation que pour toutes les autres études. Sentiment d'étourdissement léger, palpitation superficielle au niveau des apex digitaux. De même, la sensation de connaître désormais un nouveau savoir s'instille doucement. Sentiment ressemblant beaucoup à celui du souvenir d'un événement oublié. Plus d'investigations nécessaires pour trancher.Au terme de la lecture, palpitations et étourdissements s'estompent. Exaltation montante. Application du protocole n°002, suivant les destructions du laboratoire lors de l'étude des parchemins n°1 à 5 consistant en une méditation avant d'entamer toute mise en pratique.

Phase d'expérimentation pratique : l'assistant sera Valère (pour les raisons évoquées précédemment à propos de Sybille)
Lieu d'expérimentation : suite aux conjectures concernant l'élément une zone dégagée à proximité d'un point d'eau a été recommandé - Rivage Sufokien ouest. Valère sera muni d'un seau.
Phase d'expérimentation terminée et couronnée de succès. Aucun accident à mentionner. Félicitations personnelles concernant le choix de l'assistant.

Observations :
Le sort Knadabra est un sort d'invocation. Coût psychique modéré voire bas. En première approximation, 3 ou 4 PA (unité internationale). L'invocation est comme prévu de type abraknydien.Sous-famille des Abraknes, semble différente de l'espèce endémique de l'orée mais bien plus éloignée encore de celle de la forêt sombre.
La méthode de déplacement semble confirmer la constatation précédente. L'invocation est d'abord restée immobile durant 25 kaminutes, ne présentant aucune réponse devant mes injonctions ni devant les légers coups de bâtons (note : cette pratique est autorisée par la charte du 12 flovor 647 relative au traitement des abraknydiens et stipulant que la carapace de cette famille les protège intégralement des attaques physiques légères) de l'assistant Valère. Nous avons ensuite procédé à la phase deux en relâchant une étoile de la mer d'asse capturée non loin. Résultat époustouflant, l'invocation a bondi avec fulgurance sur l'étoile la tuant instantanément. Dégâts conséquents laissant penser que l'attaque était augmentée par la qualité magique de l'invocateur (note : moi) possédant un avantage élémentaire feu. Conjecture préalable. Autopsie de l'étoile à confier à Sybille. Expérience ultérieure à réaliser avec sujet résistant au feu et faible à l'élément terre.

Phase d'expérimentation pratique n°2 : l'assistant sera Valère (pour les raisons évoquées précédemment à propos de Sybille)
Lieu d'expérimentation : suite aux conjectures concernant l'élément une zone dégagée à proximité d'un point d'eau a été recommandé - Rivage Sufokien ouest. L'utilisation d'un seau ne semble pas nécessaire.
Phase d'expérimentation n°2 terminée et couronnée de succès. Aucun accident à mentionner.
Nouveaux résultats obtenus.

Observations :
Afin de confirmer l'affinité élémentaire de l'invocation nous avons capturé un Raul Mops, espèce répondant aux critères de la conjecture susmentionnée. Cette fois, l'agressé a su résister à l'attaque fulgurante de l'abrakne. Cependant, l'offensive s'est poursuivi avec une deuxième attaque. Celle-ci semble faire appel aux mandibules de l'invocation. Elément susceptible d'être le même au vu du peu de dommages infligés à l'agressé.
Nous avons ensuite entrepris d'analyser la portée du sort. S'il semble que le maximum soit limité (quelques kamètres seulement, environ 3 en première approximation), la portée minimale a ajouté de nouvelles données très intéressantes. Invoquée au contact même de l'invocateur, l'invocation semble liée psychiquement à lui. Par conséquent, les injonctions ont cette fois porté leurs fruits.

Conclusion :
Invocation de type Abrakne. Elément feu. Portée : depuis le contact jusqu'à 3 kamètres environ.
Coût psychique : 3 PA (obtenu statistiquement après invocation répétée).
Capacités :

  • un bond fulgurant de portée moyenne à grande, infligeant des dommages à l'impact.
  • une morsure de contact.
Perspectives :
Les précisions seront apportées ultérieurement, notamment concernant :
  • la répétabilité des attaques de l'invocation.
  • les résistances et la capacité de survie car nécessitent une approche douce suite à la charte du 12 flovor 647.
  • le délai entre deux invocations car semble nécessiter la mort préalable du sujet, ce qui reste encadré par la charte du 12 flovor 647.

Fin provisoire du rapport (note : en faire une copie pour archivage)

Eloann, directrice du Laboratoire Indépendant de Recherche Parchomagique Sufokien
Valère, technicien de laboratoire au LIRPS
Sybille, directrice adjointe du LIRPS (peu consultée dans cette étude à titre exceptionnel)
3 0
Score : 56

" Mais quelle idée... j'aurais pu partir facilement, me faire discret, me perdre dans la brume ou autre. Mais non. Je n'ai pas su résister à attaquer cette bête. "Oh c'est qu'un sanglier, y a pas de risque !" que je pensais... "je vais juste rester loin, pas de risques, il ne court pas bien vite". Eh bah effectivement il ne court pas vite, mais il bondit ! Après vérification, ce ne sont donc pas des sangliers communs mais des gliglis, connaissait pas.

Pauvre petit papy à mes côtés, qui a tenté de venir m'aider et s'est mangé un gros coup de boule. J'ai eu beau lui mettre un portail à ses pieds pour qu'ils me rejoigne à l'abri, il n'a pas réussi à l'atteindre à temps. Ces sales bêtes, non seulement l'ont achevé mais l'ont en plus balancé dans le portail et le voila qui git à mes côtés désormais. Surement un des enus les plus forts que j'ai rencontré, il les a tellement affaibli... 

Et maintenant ? Qu'est-ce que je fous à m'enregistrer parler tandis que ces bêtes se rapprochent ? Aucune idée, j'imagine que j'attends la fin. Mon poing enflammé ne me servira à rien face à elles, et je n'ai pas maitrisé d'autres sorts encore... 

Mais oui ! Le sac du papy ! Je décide alors de fouiller dedans, il y a tellement de parchemins ! Derrière mon muret, je sens déjà l'odeur des gligli qui s'approchent et j'entends leur souffle tandis que je lis le parchemins. En lisant le parchemin, je me sens empli d'un feu et d'une énergie hors du commun "Trait ardent"... je continue à lire... "vole de la vie", mais c'est parfait ! Je regarde par dessus le muret et voit les deux bêtes, côte à côte. J'y suis ! Un portail là, un autre ici, et le tour est joué ! 

Je pose mon premier portail, le second, tout est prêt, je laisse le feu monter en moi, je ne fais plus qu'un avec la flamme, mon corps réclame de la vitesse et des dégâts ! Je me lance dans mon portail, et en une seconde, je parcours 5 bons mètres en ligne droite en calcinant tout sur mon passage. Quel puissance ! Ce soir, c'est cuisses de sanglier au menu !

BOOM BOOM BOOM

"Hein ? Mais qu'est-ce arrgkrjghsgj... "

Enregistrement retrouvé proche de la dépouille de Ratziel, apprenti eliotrope parchomancien, qui avait visiblement ENCORE oublié la logique des portails.

2 0
Score : 1329
8 0
Score : 2855
Rapport d'étude des sortilèges - Annexe E4 : Écho Élémentaire
Le sortilège « Écho Élémentaire », mentionné en page 88 de ce compendium, est un sortilège nécessitant une maîtrise avancée en magie élémentaire (ci-après « ME »), ainsi qu'un sens de l'orientation élémentaire (ci-après « OE ») bien affûté. En effet, son apprentissage est réservé aux seuls adeptes ayant appréhendé l'ensemble des concepts de la Brise Quadramentale.

1. Historique
Ce sortilège fut découvert par fortuité en 650. L'équipe de chercheurs l'ayant découvert, composée d'éminents savants de l'École d'Huppermagie, travaillait en réalité à résoudre l'énigmatique Résonance des éléments (voir page 373). Ce fut durant une de leurs tentatives de faire entrer les éléments en résonance qu'ils découvrirent l'Écho Élémentaire.
Quatre mages élémentaires s'étaient réunis dans un laboratoire afin d'expérimenter la combinaison des quatre éléments dont ils étaient respectivement maîtres, avec l'appui de quelque poudre enchantée. Ils pensaient que cette poudre améliorerait davantage leur ME, mais n'avaient pas correctement mesuré l'aspect sternutatoire de celle-ci. L'effet produit ne fut bien évidemment pas celui escompté, mais leur donna du baume au cœur pour leurs recherches, malgré le rube élémentaire qu'ils attrapèrent.

2. Effets
Le nom « Écho Élémentaire » vient de la particularité de ce sort qui, lors qu'il est employé, fait ressentir à ceux qui le conjurent une sensation d'écho dans leur ME, pouvant déstabiliser ou désorienter le conjurateur. Ces effets restent cependant bien moindres en comparaison avec ce que la cible de ce sort subira. Néanmoins, les effets sur le lanceur restent bien réels, c'est pourquoi il est également requis de posséder un bon sens de l'OE.
Sur la cible visée, ce sortilège provoque divers effets néfastes, pour autant qu'elle puisse les éprouver. On ne verra jamais une plume de gélikan perdre ses cheveux, il ne sert donc à rien d'utiliser l'Écho Élémentaire dans cet objectif. Autrement, les effets constatés sont nombreux et variés, et ne semblent limités que par l'imagination du conjurateur : allant d'un bénin saignement de nez à une hémorragie intracérébrale.

3. Conjuration
La conjuration de ce sortilège nécessite une maîtrise avancée en ME en cela qu'elle requiert : d'une part l'utilisation des quatre éléments, et d'autre part leur utilisation à un juste équilibre. Ainsi, il ne suffit pas de savoir maîtriser les quatre éléments chacun dans leur coin, mais il faut également savoir les maîtriser dans des proportions identiques.
Cependant, contrairement à d'autres sortilèges élémentaires, l'Écho Élémentaire ne demande pas de conjurer chacun des quatre éléments dans un ordre précis : celui-ci reste à la discrétion de son utilisateur. En revanche, il nécessite la présence d'une cavité afin d'y faire résonner, par écho, les éléments : il peut s'agir du lieu dans lequel vous vous situez comme d'un simple conteneur vide, la taille importe peu.
Une fois l'espace de résonance correctement appréhendé, conjurez-y chaque élément, l'un après l'autre, à travers en éternuement élémentaire (ci-après EE). Faites bien attention à espacer les EE de manière très régulière, afin que les échos des éléments rebondissent toujours aux mêmes endroits dans la cavité choisie. Idéalement, il vous faudra donc créer 4 rebonds cycliques, chacun de ces 4 rebonds étant l'acmé d'un des 4 EE conjurés.
Une fois les cycles élémentaires mis en place, il ne vous reste plus qu'à visualiser l'effet que vous souhaitez appliquer à votre cible, et lui projeter le tout : vous avez conjuré un Écho Élémentaire. Le résultat (effet appliqué et ampleur) dépendra de la manière dont les cycles ont été générés (ME équilibrée, régularité des rebonds, trajectoire des cycles, etc.).

4. Effets secondaires
Ce sortilège, s'il n'est pas utilisé correctement, peut provoquer des effets secondaires pour son conjurateur, suivant le dérèglement élémentaire constaté :
  • Trop d'élément Terre : migraines, paralysie faciale temporaire, sensations d'engourdissement.
  • Trop d'élément Air : chair de poolay, alopécie précoce, pertes d'équilibre, vertiges.
  • Trop d'élément Eau : sueurs abondantes, écoulements nasaux, nausées, incontinence.
  • Trop d'élément Feu : fièvres, brûlures intestinales, dermites séborrhéiques, hallucinations.
 
4 0
Score : 2649
Chère madame Tunran,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un rapport de recherche concernant le sortilège « Herbes folles » qui pourra très probablement susciter de l’intérêt chez vous.

Très cordialement,

Helia Von Rosa


PS : suite aux nombreux essais assez catastrophiques, je vous envoie également la facture de mon tailleur pour mes robes déchirées.
Etude du parchemin « Herbes folles »


Description
Le sortilège « herbes folles » (H.B.) demande une affinité avec l’élément de la terre bien qu’il possède un aspect brûlant relié à la magie élémentaire du feu. Une fois invoqué, le sortilège permet d’emprisonner un ennemi ou un monstre dans en enchevêtrement d’herbes. Ajoutons que les herbes sont en mesure de blesser puisqu’elles peuvent être coupantes. Il s’agit donc d’un sortilège offensif et de neutralisation.

Sur le parchemin sont dessinés des postures à suivre ainsi qu’une formule écrite en lettres dorées : Herbus malus furor pestis

Incantation
Mode opératoire pour l’incantation (attention les gestes doivent être reproduits précisément) :
1. Se concentrer et bien sentir la puissance de la terre ne faire qu’un avec soi ;
2. Prendre appui en touchant le sol les yeux fermés ;
3. Compter 3 bouftous ;
4. Se relever vivement en prononçant la formule « Herbus malus furor pestis »
5. Observer le résultat.

Voici une représentation graphique du mode de représentation :
Réalisation des essais sur le terrain

Jour 1 – 30 Aperirel 650
Je me suis rendue dans les champs d’Astrub à la recherche d’une rose démoniaque que je comptais bien effeuiller pour en faire du thé à la rose. J’ai finalement croisé une amie et nous sommes allées chez un tailleur à Bonta.

Résultat de l’essai : échec.

Jour 2 – 1 Maisial 650
Nous étions en après-midi, le temps était radieux et il y avait du soleil. Le sujet-test de l’étude (n.b : la rose démoniaque) devait être en train de se reposer tranquillement. Cachée derrière trois épis de blé, j’ai posé le parchemin au sol, j’ai réalisé les mouvements décrits et je pensais avoir prononcé la bonne formule. Après réflexion, il me semble avoir oublié un mot. Je me suis retrouvée prise dans mes propres herbes avant d’être sauvagement attaquée par un tournesol sauvage effrayé par la formule magique.

Résultat de l'essai : perplexe.

Jour 3 – 2 Maisial 650
Cette fois, je me suis rendue dans les champs au petit matin. Il n’y a rien de meilleur qu’un pétale de rose démoniaque avec une pointe de rosée du matin. Cette fois le sortilège a bien fonctionné mais il n’était pas puissant. Un peu plus de concentration et de méditation pourrait être la clé d’une réussite totale.

Résultat de l'essai : bon.

Jour 4 – 3 Maisial 650
L’exécution du sortilège a été une réussite. En se concentrant, le sort prend de l’ampleur et peut toucher plusieurs cibles. Notons une variation de la puissance du sortilège qui semble en rapport avec l’élocution.

Résultat de l'essai : parfait.
2 0
Score : 1776
- Dragossimo suivi -
Comité de la Magie,
A l'intention de la BEME,



Chère Mme Tunran,

Voici ci-jointe, mon entrée pour l'Encyclopædia Generalis Magicae, du sort Lancer de Pièces du premier rang.

Cordialement,
Viandox
(1ère révision)
Lancer de Pièces (Iactis denarios) - 1er Rang
Caractéristiques :
Niveau d'ordre : Novice (4ème cercle)
Élémentarité : Eau ▽
Type de magie : Offensive
Puissance élémentaire : Faible (moy. 8 kW à l'impact)
Coût d'incantation : Faible (moy. 2 eq.GP.)
Portée : Étendue, dépendante de l'acuité visuelle
Fabrication : -
Extraction : Famille bouftonique d'Incarnam

Incantation :
- Lancer une projection astrale du sort matérialisera un trou sans fond de la bourse d'Enutrof.
- Extraire de celui-ci une poignée de Kamas.
- Lancer cette poignée de Kamas en direction de sa cible.

Historique :
Ce sort, initialement réservé à la bénédiction d'Enutrof dont les caractéristiques furent longtemps gardées secrètes, est depuis la révolution parchomancienne un des nombreux sortilèges disponibles pour tous. Décliné en deux rangs, c'est un sort commun très largement utilisé et accessible (pour le rang deux, voir la page Lancer de Pièces (Iactis denarios) - 2ème Rang)
1 0
Score : 17

Après plusieurs regards inquiets par-dessus mon épaule, j'ouvre le battant en bois devant moi et entre dans l'immense bâtisse en claquant la porte derrière moi. L'ambiance qui règne à l'intérieur m'apaise aussitôt, à l'inverse de mon sentiment d'angoisse lors de mon voyage jusqu'ici.
Le Comité de la Magie, et plus précisément la Salle d’Étude de Daca Tunran. Je suis venue jusqu'ici sous les conseils de Lula Novegood. Une simple Osamodas dans mon genre ne semble pas avoir sa place dans cette grande salle rempli de membre du Comité, étudiant et recensent avec sérieux la parchomancie malgré la menace de l'Inquisition Douzienne.

Il y a encore une semaine, je n'aurais jamais rêvé mettre les pieds en ces lieux. Bien qu'admirative de leur bravoure, le Comité ne sera jamais en paix face à l'Inquisition. Cependant, leur passion pour la parchomancie m'a inspiré, jusqu'au point de céder à la tentation des sorts de la parchomancie. Selon Lula, la directrice Daca Tunran recueille différents rapports quant aux parchemins de sorts. Novice je n'en possède qu'un seul pour l'avoir, et je n'en suis pas fière, volé à l'Inquisition elle-même suite à une de leur intervention dans mon village. Un garde l'ayant laissé sans surveillance, j'ai pu le dérober sans réellement connaître les raisons de cet agissement totalement inconscient. Peut-être tout simplement était-ce du à l'inspiration que m'apporte le Comité ? L'Inquisition avait réussi à récupérer une dizaine de parchemins de sorts pour les détruire, non sans malmener le propriétaire initial, et j'ai réussi à sauver le « Lancer de pelle ». L'apprendre ne fût pas une mince affaire et il se peut que mon ami, Pacchi, en garde des séquelles.
J'attrape une feuille, une plume et de l'ancre avant de m'installer sur une table libre.


« Étude du parchemin de sort – Lancer de pelle, par Sheilyss.

Au fur et à mesure de son utilisation, j'ai pu constater que le sort Lancer de pelle nécessitait presque l’entièreté de mon énergie et ne pouvait être utilisé que deux fois par tour lors d'un combat. Soit suffisamment pour assommer proprement son adversaire et prendre la fuite. La portée qu'il nous offre joue en faveur des plus peureux des combats au corps à corps. Ou à l'inverse, quand l'ennemi se réfugie loin de nous.

Malheureusement, le Lancer de pelle ne sait pas faire la différence entre assaillant et allié, il est donc plus prudent de réfléchir et viser avant de passer à l'action. Surtout quand notre ami est à côté d'un bouftou sauvage.

Je ne saurais pas l'expliquer, certainement parce que je découvre la magie seulement maintenant, mais j'ai l'intime conviction que ce sort puise son pouvoir de par la terre, aussi appelée « la Force ». Ce qui m'emmène à penser que la magie a toujours été présente parmi nous. L'air, l'eau, le feu... Et bien d'autre que je ne connais pas encore. Tous ces éléments qui nous entourent et qui nous dépassent regorgent d'énergie capable d'apporter à la fois bénédiction et catastrophe sur le Monde des Douze. N'est-ce pas la même chose pour les parchemins de sorts lorsqu'ils sont utilisés à mauvais escient ?
Mais là encore je m'interroge : comment sont apparus les parchemins de sorts ? La création d'un tel pouvoir ne peut venir que des grands Douze eux-mêmes... »

Je conclus mon rapport de manière maladroite. Il est difficile de m'expliquer sur un sujet que je maîtrise très peu, cependant je souhaite contribuer à l'avancement de la parchomancie. Peut-être devenir moi-même parchomancienne. Les joues rouge de honte par ce rapport médiocre, je le remets à une jeune femme qui m'offre un sourire chaleureux.
N'ayant aucune envie de rentrer chez moi pour l'instant, j'observe une nouvelle fois la Salle d’Étude : propre, calme et lumineuse. L'excitation des étudiants de la parchomancie se lit sur leur visage et je n'ai aucun doute : bientôt, je serais comme eux. Je profite de ma présence pour faire le tour des étagères soigneusement rangées. Certains rapports sur les parchemins des sorts y sont déjà classés. Curieuse, j'en regarde une poignée portant notamment sur des sorts inconnus ; Lame astrale, Orage, Larme... Un nom particulier et ses caractéristiques attirent tout particulièrement mon attention.
« Big Bang ».

Certes, je ne suis pas encore prête à l'apprendre et encore moins à l'utiliser, mais j'en ai l'intime conviction : ce sort m'appelle.

1 0
Score : 2768

Chère directrice de la BEME,

Je vous écris ce rapport afin d'aider, encore une fois, le Comité de la Magie en apprendre plus sur ces étranges parchemins qui éveillent ma curiosité depuis leur apparition soudaine dans le Monde des Douze.

Pour ce rapport, j'ai décidé de vous présenter un sortilège que je trouve assez étrange : Bénédiction du Gnome.

Origine du parchemin

L'origine de ce parchemin est, comme presque tous les parchemins, assez curieuse. Alors que je me défendais à l'aide de mon groupe contre des Kolérats, Crocs Glands et Scorbutes, j'ai aperçu le parchemin, tenu entre les dents d'un Kolérat.

Ce Kolérat était anormalement puissant, plus gros, plus dangereux. Certains membres de mon groupe pensent qu'il s'agissait d'un "archi-monstre", mais je crois plutôt que le parchemin en était la raison. Ce qui laisserait à penser, même si c'est à vérifier, que les monstres peuvent utiliser eux aussi les parchemins.

Pour son origine plus profonde et son nom, je vous avoue ne pas être un assez grand érudit pour comprendre cela... Gnome est peut-être le nom d'un grand guerrier d'autrefois ?

Compréhension du sortilège

La Bénédiction du Gnome est plutôt simple à apprendre, même si... je ne sais pas vraiment comment j'arrive à apprendre ces parchemins en fait, je les lis, je n'en comprends pas vraiment les mots, mais c'est comme si... je comprenais quelque chose de nouveau. Enfin bref.

L'utilisateur du sortilège semble aussi voir une sorte de sphère dans ses yeux au moment de l'invocation, elle tourne, brille... Est-ce ce fameux Gnome ? Une sphère bizarre ? Je n'ai malheureusement aucune réponse à ce propos.


Effet du sortilège

La Bénédiction du Gnome utilise beaucoup d'énergie immédiate, je ressens une grande fatigue magique en moi, mais c'est une nouvelle force brute qui apparaît. En l'utilisant, je suis soudainement capable de porter de lourds rochers, frapper aussi fort qu'un craqueleur et j'ai même l'impression de voir mes muscles s'amplifier.


Ce sortilège est donc une véritable bénédiction pour les plus bourrins, je pense à nos amis Iops, mais pas que. C'est aussi l'occasion pour ceux ayant un corps plutôt faible comme moi de réaliser des choses impressionnantes !

Effet secondaire

Je me disais bien que ce sortilège était trop parfait pour être vrai.

En plus de coûter très cher en énergie magique, la Bénédiction du Gnome semble avoir un effet direct tout ce qui nous est hostile.

Déjà, il est surprenant qu'un sortilège soit capable de savoir qui nous est hostile. Peut-être qu'en l'invoquant, nos pensées sont poussées vers nos adversaires et qu'il a un effet à ce moment-là.

Ensuite, la Bénédiction du Gnome semble avoir plusieurs effets aléatoires sur nos adversaires hostiles. J'ai vu un piou avec une telle agilité qu'il a évité tous mes sortilèges, un Iop suffisant chanceux pour que je glisse sur de l'herbe durant notre combat ou même un bouftou avec une force phénoménale. Je crois même qu'elle égalisait la mienne.

Conclusion

La Bénédiction du Gnome est un sortilège extrêmement puissant qui permet de rendre son utilisateur plus fort qu'un craqueleur. Cependant, le contrecoup est tel qu'il vaut mieux éviter de l'utiliser durant un combat et le privilégie dans le cas d'un effort qui demande une force supérieure à la sienne.

Je pense le conserver et m'en servir tout de même lors d'urgence, si mes sortilèges plus habituels ne peuvent me venir en aide.

Bien à vous,
Tirago
3 0
Score : 113

Bonjour Dacawotte Tunran, pourquoi m’avoir confié une tâche aussi complexe ? PARDON Daca, j’ai fourché, mais j’en ai tellement mangé pour vous livrer ce rapport… N’y avait-il pas un Douzien plus à même de s’approprier le sujet de la Magie Élémentaire que moi ? C’est une belle salle d’étude, mais je suis loin d’être un bon étudiant. J’ai voulu vous impressionner, mais c’est rapé.

Vous l’aurez compris, j’ai choisi d’étudier un sort que beaucoup possèdent mais que peu maitrisent : le Sort Cawotte. Et avant toute chose, laissez-moi vous dire que j’aurai aimé qu’on me prévienne qu’il fallait que je récupère 100 cawottes pour l’obtenir ! Et bien sûr, elles ne se plantent pas, non, trop facile : il faut les récupérer sur des carcasses de Wabbits !

Lenald des Tems Anciens doit être un ami à vous. Il m’a gentiment convié sur île, qui semblait toute accueillante au premier abord. Mais ça, c’était avant qu’il m’envoie à la rencontre de Wob. Avez-vous jamais rencontré un Wabbit aussi étrange ? Et je ne pawle pas de son tewwier, quelle gawère pour y accéder !Après un longue et éprouvante récolte, j’ai pu échanger mon stock monstrueux de légumes contre un parchemin de sort (je ne vous cache pas que j’avais des doute au moment de l’échange). Il faut dire qu’un wabbit qui s’intéresse à ma petite cawotte… c’est louche. Mais je l’ai testé, et il fonctionne !

Pour 4 points d’action, je peux invoquer tous les 4 tours une gigantesque cawotte sur la zone de combat ! J’ai remarqué qu’autour d’elle se forme une glyphe, il me semble seulement sur 4 cases. Les pious adorent se jeter dessus et la picorent. Les karkaniks par contre l’explosent en une flèche !J’ai remarqué qu’en restant collé à ce légume surdimensionné, on se régénère un peu (2, peut-être 3 % ?) Ce vieux Wob semble avoir implanté un savant mélange de Soin et d’OGM dans son parchemin de sort. Et elle est sacrément enracinée : impossible de la déplacer ou la pousser.

J’ai observé plusieurs classes l’utiliser bien différemment : certains se cachent derrière, d’autres se soignent un peu. J’ai même vu un eniripsa soigner sa cawotte qui l’a soigné en retour !Je n’ai pas pu pousser mes tests plus loin.

Certains disent que la cawotte disparait au bout de 8 tours, mais je n’ai pas eu la chance de tenir aussi longtemps. Pourquoi ? Parce que j’ai découvert à mes dépends que la cawotte soigne aussi les Kanigrou… et surement bien d’autres monstres du monde des Douze !

Attention donc, le Sort Cawotte peut vite vous monder à la tête :

 


 
3 0
Score : 16

--__--__-- Rapport d'étude n°1 --__--__--

Nom proposé pour le Sort : Electrocution qui fait MAL
Nom suggéré par le Comité : "Foudroiement" (Plus court apparemment)

Mesdames, Messieurs du Comité,
C'est en tant que confrère Huppermage et Adepte des Parchemins, maître même selon certains de l'ordre de l'Esprit Salvateur de Bonta, que je viens vous faire part d'une découverte MAJEURE.

Quelques jours auparavant, j'étais à la taverne d'Amakna en train de me taper une de ces cuit- d'étudier mes parchemins et d'approfondir mes connaissances en magie; il faut dire que l'ambiance particulière qui y règne et l'odeur printanière qui se mélange au reflux gastriques des habitués qui ont trop consommé fournissent la meilleur ambiance pour travailler. Plonger dans mon travail avec acharnement, je n'avais pas vu qu'un enfant regardait par-dessus mon épaule, il tapota mon épaule et me fit son plus beau sourire, j'adore les enfants.
Et là, alors que j'observais sa petite bouille trop mignonne, il sortit de sa poche un parchemin que je n'avais alors jamais vu jusque là, c'était improbable ! Tandis que mes yeux observaient le parchemin, mes mains s'approchèrent de lui; mais lorsqu'elles étaient à deux centimètres de s'en saisir, le gamin le reprit et demanda une centaine de sourcils de moskito contre le parchemin, et ce n'est pas faute d'avoir essayé de négocier à coups de pierre-feuille-ciseaux, mais cet enfant est un utilisateur de magie noire (il n'a pas perdu une seule fois, en plus de trente tours) ou bien, suis-je si mauvais...
Me voilà alors, en Amakna, à arracher tout les sourcils des pauvres moskitos qui ne comprenaient pas ce qui leur arrivèrent.
Une fois mon butin en poche, je retourna à la taverne, cette fois l'enfant était armé d'une épée en bois et d'un bouclier en carton, il m'attendais, je le savais. Je posa alors sur la table en face de ce petit guerrier, le gros sac contenant son dû, à l'ouverture de celui-ci, ses yeux s'écarquillèrent et rien ne semblait plus compter, il me jeta le parchemin. J'en profita alors pour demander comment il se l'avait procuré; il me répondit alors qu'il l'avait trouvé dans le grenier de sa grand-mère, selon lui elle était saomosa, madosao, sadomosa ? quelque chose comme ça et que le parchemin était à l'image de sa grand-mère.

Sur le chemin du retour vers l'Île de Rok, le parchemin encore dans ma main, évacua plusieurs petits éclairs et au fur à mesure ceux-ci montèrent le long de mon bras doux et musclé jusqu'à un moment où je ne pouvais plus bouger ma main ou encore mon bras,  les éclairs s'emparèrent de mon corps et soudain les pious qui se trouvaient à proximité se firent foudroyés sur place sans pouvoir piouter leurs douleurs.

Les conditions de réutilisation de ce sort me sont encore inconnues, mais c'est pour des raisons plus inquiétantes que je soumets ce rapport au Comité; depuis ce jour, à chaque éternuement, les livres qui se tiennent à proximité de moi se voient être foudroyés. A chaque éternuement ! J'espère que le Comité pourra donc ouvrir une enquête sur ce parchemin et voir comment arrêter ce trouble qui m'accable au quotidien... Comprenez qu'être obligé d'éteindre les flammes provoquées par les éclairs à chaque éternuement, lorsque l'on travaille d'ordinaire dans de vieilles bibliothèques poussiéreuses, ce n'est pas la joie.

En espérant une enquête rapide et efficace,
Flosian, votre cher dévo-
Une belle rature peut être observée et la fin du message est brûlé, certainement un éternuement qui a mal tourné.

1 0