FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Score : 509

[CR ~ Mériana] Loin des yeux, près du Cœur

Par [Mizan-Jouh] - MAÎTRE DU JEU - 28 Juillet 2017 - 16:54:56
 
 
Le 29 joullier, à 21 heures... Réponds à mon appel.
 
Serveur : Mériana
Réactions 1
Score : 509
Il n'y a qu'un pas entre la folie et le désespoir.Lequel de ces sentiments, ô gentille Framboline, t'a poussé à jeter ton message à la mer, toi qui ne demandais qu'à retrouver un être cher ? Et quel mystérieux élan de générosité a poussé cette foule si importante à te répondre ?

Tous se trouvaient là, pour toi, tu le réalisais enfin. Une étincelle jaillit dans ton cœur pour raviver la flamme sur le point de s'éteindre. Je l'ai vu dans ton regard, je l'ai perçu dans tes paroles pures et douces. Il ne te fallait qu'un infime signe ; le peuple te soufflait un fabuleux présage.
Revigorée, que dis-je, ressuscitée, je t'ai vu partir en direction de la milice, où ton cœur d'or s'est heurté à la pierre qui fait ceux des gardes. Pas une once de compassion ne se dégageait de ces hommes de fer qui aux invectives blessantes joignaient la menace de leurs lances. Quel homme, quelle femme oserait brandir la hallebarde face à un cœur meurtri ?
« Le monde est grand, votre bûcheron de mari aura bien trouvé une nouvelle aventure ». Est-ce un discours que l'on tient à ces malheureuses âmes en guise d'accueil ?

Blessé, furieux mais n'en laissant rien paraître, je me résolus d'intervenir. Face à l'adversité, j'offrais ma compassion, mais plus encore, je confiais mes secrets. En mon for intérieur persuadé que cette disparition sortait de l'ordinaire, je ne pouvais me résoudre à te voir lutter contre des murailles sans t'accorder une échelle pour en passer outre.

Tu doutais de moi, je le sentais. Mais tu savais aussi trouver là ton dernier espoir. Ainsi me confias-tu la lourde tâche de retrouver ton époux, et je l'acceptai avec gravité et solennité. Pour mener à bien le rituel de mes souvenirs, je demandais aux volontaires de retrouver mes compagnons, éparpillés en Terra Amakna. Eux seuls détenaient les sceaux de pouvoir dont j'avais besoin.


Ainsi, les Douziens partis gravir la montagne des Craqueleurs firent la connaissance du rêveur Jajnium, pour qui la vie n'est qu'un songe, un pur produit d'une imagination débordante et pourtant en proie aux incohérences. Des lieux inconnus, des personnes disparues... Les rêves se révélaient source de nombreux mystères. Comment s'assurer de notre propre réalité comme celle de nos passions, de nos joies et de nos peines ? Pour l'en assurer, Exaltiaa n'hésita pas à sauter de la falaise, sans peur de s'écraser en bas. Son audace fut récompensée par l'apparition d'une nouvelle bague à son doigt, porteuse du sceau tant espérée. Mais avait-elle réellement franchi le pas ?
Les amateurs de théâtre et de taverne purent y converser avec Eniamaque, la férue de comédies et tragédies. Celle-ci regrettait l'absence d'un rideau dans la pièce, le manque d'une frontière entre ce que nous voyons et ce qui se cache mais est pourtant bien là. Ce dont nous avons conscience et ce que nous ne percevons pas. Après des scènes improvisées par les héros de la soirée, Eniamaque consentit à remettre son précieux sceau à Supremes, une actrice de talent.
 

 Axumaj attendait quant à lui les aventuriers à l'entrée du labyrinthe que formait la forêt maléfique. Fasciné par ses énigmes, il adorait évaluer toutes les éventualités, même les plus improbables. Ainsi se formait l'univers, selon ce mystérieux personnage : pour chaque choix, pour chaque décision, deux nouveaux mondes naissaient, en tous points semblables auparavant. Et ainsi, Axumaj entraîna ses nouveaux compagnons à travers les bois hantés, multipliant les détours, augmentant exponentiellement les chemins possibles. Il confronta alors son escorte aux difficiles choix de leur vie, et une fois leurs récits achevés, décida de remettre son sceau à Cheveux-Danlevent.
Enfin, les héros en devenir prient rendez-vous devant la base des justiciers où se situait l'intrépide Antrh-Opique. En bonne adepte du dieu guerrier, celle-ci conta alors les batailles qui avaient secoué le Monde des Douze. Que serait-il advenu si l'issue de ces combats avaient été différents ? Pour joindre le geste à la parole, elle proposa au groupe de se séparer en deux, avant de leur demander de livrer une bataille imaginaire, devant elle. Tandis que les guerriers temporaires s'invectivaient et se toisaient, Antrh-Opique affirmait l'existence de dimensions parallèles et d'autant d'histoires alternatives. Dans l'une d'entre elles, Uk'Not'Allag' règnerait peut-être encore en maître sur Amakna. Dans une autre n'aurait-il tout simplement jamais existé. La bataille fictive terminée, Antrh-Opique délivra son sceau au général vainqueur, Lord-Erupternel, avant de prendre congé de ces conquérants.

Enfin, les quatre sceaux réunis, nous pouvions donner un nouvel espoir à Framboline. Nous nous réunîmes à la forêt d'Amakna, à l'endroit même où une hache abandonnée vibrait encore dans sa souche. Les sceaux furent rassemblés autour de ce vecteur d'énergie et ils se mirent à briller de mille feux, rendant agressive la faune forestière. Fort heureusement, celle-ci ne fit aucun blessé, et le rituel put suivre son cours, jusqu'à l'extinction des sceaux.

Je sentis la foule retenir son souffle et vis une Framboline nerveuse tourner la tête frénétiquement. Puis le miracle attendu eut lieu. Là, un homme sortit de nulle part et Framboline se jeta dans ses bras, sous les applaudissements d'une foule hilare. J'entendais le scepticisme d'une minorité qui ne voyait là qu'un ridicule tour de passe-passe fomenté par trois complices. Je n'y prêtais guère attention et admirais une dernière fois le tableau final avant de partir vers d'autres horizons.
Mes amis et moi avons encore de nombreux miracles à accomplir.
Le Coeur a ses raisons.

Arzambin

[Avec la participation d'Antre-Acite, Malvadar-Jandric, Manie-Jance, Maux-Jypcien, Mizan-Jouh et Mu-Janji.
Merci à la communauté de Mériana pour son entrain et sa participation à ce premier épisode des animations de fusion ! Merci à [Eradror] pour la modération !]