FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[CR ~ Julith] Du charbon pour les braves !

Par [Miti-Jay] - MAÎTRE DU JEU - 21 Décembre 2019 - 19:13:01
 
Ce 25 novamaire, à la nuit tombée, la patrouille n°6 signale un attroupement de Bworks à l’ouest du village d’Amakna, aux portes de la mine qui jouxte le temple Sadida. Les mineurs sont pris au piège et le charbon du royaume est rendu inaccessible, la crise s’annonce alors majeure avec l’arrivée des grands froids et le commandant de la petite troupe, Garde-Avous, décide de parer à l’urgence de la situation en engageant immédiatement toutes les forces possibles qu’il pourra trouver, recrutant tous les guerriers volontaires de Bonta à Brâkmar sans attendre la mobilisation du royaume d’Amakna. La mine doit être libérée avant que les vents gelés venus de l'île de Nowel ne déferlent sur le royaume, hors de question de laisser aux Bworks le temps d'asseoir leurs positions !
Le désordre et la terreur font rage ! 
 
Une trentaine de volontaires de tous les horizons font la preuve de leur honneur en répondant courageusement à l'appel des miliciens et c’est un véritable bataillon qui prend forme devant le zaap du bord de la forêt maléfique. Garde-Avous organise alors deux sections de combat et mandate Garde-Seudeu et Garde-Ment pour prendre la tête de la première pendant qu’il mènera la seconde. L’objectif est simple : encercler l’ennemi pour l’acculer au flanc de la montagne et l’écraser sans reddition.
La discipline est mère du succès !
 
À vingt-trois heures zéro-zéro l’assaut est donné aux cris des guerriers, surprenant les Bworks qui subissent une grave percée. La victoire semble admise quand ils parviennent au lac qui ferme la porte de la mine, mais la fourberie et la bêtise des Bworks n’a d’égal que leur force et ces derniers parviennent à désorganiser les aventuriers au cours d’une échauffourée sanglante au bord de l’eau: Hachette-Ofranargean et Achaypodkrocuzo-troisaim, les chefs de bande, rendent coups pour coups et se démènent tant et si bien qu’ils prennent le dessus, semant la mort parmi les valeureux Douziens. 

Garde-Seudeu y perdra la vie et ses compagnons d’armes ne ramènent de lui comme vestige qu’une botte ensanglantée, seul reste encore reconnaissable du garde, témoignage de la brutalité des Bworks. 
«Si toi taper moi, moi manger toi ! »
 
Ordonnant la retraite, Garde-Avous et Garde-Ment guident les survivants dans le désordre le plus complet jusqu'au zaap pour revoir leurs plans. Des mots comme “Tactique” ou “Stratégie” sont alors employés, laissant Garde-Ment perdu en concepts, mais la situation étant désespérée, Garde-Avous décide qu’il est temps de faire dans la subtilité, quitte à malmener un peu la cervelle de son subordonné.

Le conciliabule qui s'ensuit peine à faire mouche mais Peevy, l’un des guerriers, parvient finalement à se montrer plus convaincant que ses camarades en suggérant à Garde-Avous une idée des plus ingénieuses: si l’ennemi est trop fort, un bon poison peut le mettre à genoux et approcher son cou à portée d’épée !
Innover, c'est savoir abandonner des milliers de bonnes idées.

Ce subterfuge présente néanmoins un inconvénient. Les deux Bworks sont de véritables colosses et quelques gouttes de poison, aussi fulgurant soit-il, seraient sans effet ! Ils prennent conscience qu’il leur faut faire appel à un professionnel, à quelqu’un capable de leur fournir des fioles entières, à un alchimiste… ou plutôt, un “alffimifte”. 

En effet, non loin de là au sud, à la lisière de la forêt maléfique, est érigé un laboratoire où les accueille Ed-Garopausion, un alchimiste affublé d’un sévère cheveu sur la langue, digne de celui qu’on trouve dans les mains des plus pieux Sadidas.

Ce trait est si significatif que la communication au fil de l’échange prend une tournure folklorique, d’autant que le personnage présente une certaine bonhomie rendant le tout truculent au possible mais si abscons que la conversation se perd de plus en plus loin d’une solution pour nos guerriers.

Par chance un membre du bataillon de fortune, Jewellery, réveille l’instinct de conservation de notre bavard blésant en rappelant au débotté que ces Bworks tiennent les mines de charbon du royaume.  
La politesse coûte peu et achète tout.

Les idées bien en place, l’alchimiste ne tarde pas à leur proposer une solution; il s’agit d’éviter la “cataftroffe” ! La préparation d’un poison étant trop complexe, quelques fioles de bonne taille débordantes d’un somnifère puissant sont confiées aux combattants les plus soigneux.

Les voilà donc armés de leur soporifique tout prêt à être jeté en pleine poire de leurs verts ennemis. Ce liquide les plongera promptement dans un sommeil profond que les lames se chargeront de rendre définitif.

La troupe se découvre une ardeur nouvelle avec l'acquisition de cette arme alchimique et c'est comme un seul homme qu'elle reforme ses rangs aux ordres impérieux de Garde-Avous.
Il leur désigne au nord leur cible, la mine à libérer, les Bworks à défaire, la glorieuse bataille à venir, et c’est au rythme des cris de vengeance que les deux escouades de combat prennent le sentier de la guerre, sabres tirés sous le clair de lune. Après cette marche furieuse les guerriers se jettent en une charge bigarrée contre les chefs bworks, se confrontant sans peur à ces véritables bêtes de guerre qui défendent sans faiblir le fruit de leur conquête.
L'action est l'antidote du désespoir.

Certains de leur victoire, assurés de leur force, les monstres verdâtres se laissent surprendre dans leur confiance par l’effet de manche des Douziens quand ils mettent en oeuvre leur stratagème pour vaincre, prouvant une fois de plus que la meilleure arme pour affronter un Bwork reste encore de retourner sa bêtise contre lui. Achevés sans hâte, les monstres gisent en trophées aux pieds des vainqueurs exultant à grands cris. Garde-Avous loue leur courage et chacun ressent la fierté du devoir accompli. On n'oubliait pas Garde-Seudeu liquéfié par la barbarie des Bworks mais qui partageait dans le trépas la gloire de ses compagnons.

Le royaume d’Amakna maintenant sauvé du gel, Garde-Avous leur fait l’honneur de leur confier à tous pour la soirée un petit guerrier de poche, représentation miniature de leur exploit, concluant ainsi ce moment d’apothéose en de joyeux vivats.
Le vrai courage ne se laisse jamais abattre.


La dissolution du bataillon est proclamée par Garde-Avous qui mène Garde-Ment à la baguette, prenant la direction de la milice, la botte de Garde-Seudeu dans son barda et c’est dans une ambiance chaleureuse que les guerriers se séparent au milieu de la nuit. Il y aura d’autres batailles et d’autres victoires, mais cette nuit-là la paix est revenue et le royaume est sauf. 
 

 Nous souhaitons féliciter la communauté du serveur Julith pour avoir fait preuve de courage et de persévérance tout au long de l’animation !

Sur une idée originale de Maux-Jypcien et Miti-Jay, avec la participation de Adele-Arth, Amhe-Ande et Askip-Areh

Compte-rendu rédigé par Adele-Arth et Amhe-Ande.
Réagir à ce sujet