FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[CR ~ Julith] Pourquoi ça pousse pas ?

Par [Meoboraj-Jaroboem] - MAÎTRE DU JEU - 16 Septembre 2020 - 21:41:17
Le soir venu, l'alcool coule à flots et les esprits s'échauffent dans les tavernes de Pandala. C'est justement dans l'une d'entre elles que Majin, bûcheron de profession - du moment qu'on ne lui demande pas de diplôme - raconte à ses camarades de beuverie les dernières aventures qu'il a vécues autour d'une bouteille de Pandakwak.

« ... Mais si, je vous assure, un Bambouto de la taille d'une montagne ! Il hurlait comme le Meulou, écrasait tout le monde sur son passage, une vraie monstruosité sanguinaire ! Des épines de la taille de mes mains ! Il... »

Constatant la mine dubitative de ses compagnons, Majin baisse sa hache et redescend de la table sur laquelle il était monté dans son élan de lyrisme. Il reprend, un peu plus sérieux, après s'être humecté le gosier.

« Tout a commencé ...
... Il y a quelques jours de cela. On m'a donné pour mission de rafistoler un des piliers du pont de Pandala. Pas étonnant, avec les derniers événements le pont a dû être martelé par des centaines de pieds d'aventuriers ... Du coup, il me fallait du bambou, du genre solide. J'ai trouvé un bon candidat de Bambouto dans Plantala, une créature solide et attachante ! Surtout solide, en fait. Seulement après quelques jours à l'arroser en espérant le voir grandir, j'ai vite constaté qu'il avait un problème.
Alors j'ai fait ce que tout le monde aurait fait à ma place : j'ai hurlé à la mort dans les rues du village que j'avais un problème, et ça a marché ! Les aventuriers ont mis un peu de temps à arriver, mais je peux les comprendre : même la taverne du Pandazaap ne sert pas de boissons adaptées aux touristes...
On est allés tous ensemble retrouver mon Bambouto qu'ils ont baptisé "Non" pour l'occasion. En tout cas c'est ce que j'ai compris quand je leur ai demandé s'ils voulaient lui donner un nom ... Comme je leur ai expliqué : il avait un petit problème dans sa plantation, il poussait pas ! Et seul, je pouvais pas y faire grand-chose. J'avais pourtant essayé de tirer dessus de toutes mes forces.
Heureusement, j'avais vu un Sadida parler tout seul dans un coin de la forêt plus tard. J'ai vite fait d'envoyer mes collègues bénévoles le chercher pour qu'il trouve une solution. Visiblement, il a réussi à communiquer avec le Bambouto chétif, et nous a expliqué que son problème de croissance pourrait peut-être se résoudre en utilisant une liqueur suffisamment fermentée. C'était la seule piste qu'on avait alors on lui a fait confiance ! Et c'est là que Panpan entre en scène.
– Attends, tu as quand même pas demandé à Panpan la Fumette de vous aider ? Ce vieux poivrot confondrait de l'eau de vie avec de l'eau de ville, l'interrompt un de ses comparses.
– Déjà, c'est moi qui raconte l'histoire ! Ensuite, Panpan est peut-être pas le plus honnête, mais je me souviens de soirées dont je me souviens plus de rien après avoir bu dans ses réserves ... Bref. On est partis chercher ce vieux Pandawasta, je le savais en train de receler discrètement du côté de Feudala. Le pauvre s'était embourbé dans la cendre de son propre calumet... Il a fallu déclencher un cyclone humain pour le débloquer ! Comprenez par là qu'on a soufflé et pelleté la cendre comme des ahuris pour lui dégager un passage. Une fois libéré, le bougre nous a remerciés en nous donnant  avec tout la discrétion que ça implique une bouteille de Pandabsynthe. De la Pandabsynthe les gars, rien que ça ! Vous imaginez ?
– Pas si fort, abruti ! Tu veux nous faire coffrer ? »

Le bûcheron surexcité jette un oeil furtif autour de lui après le rappel à l'ordre véhément de ses camarades et calme ses ardeurs. Il poursuit son récit en baissant d'un ton.
« Donc ... De la Pandabsynthe. J'ai failli y goûter, mais vous comprendrez plus tard que j'ai bien fait de pas le faire. On est retournés voir Non le Bambouto, le Sadida herboriste était encore là. Il a fallu irriguer les racines du Bambouto selon un procédé qu'il nous a expliqué ... J'avoue que j'ai pas tout compris, mon boulot c'est de couper les arbres, pas de les faire pousser ! Toujours est-il qu'on a formé une spirale autour du Bambouto, l'alcool a coulé a nos pieds, je vous parle pas du gâchis ... Et le bambouto s'est mis à pousser.
Et pousser. Et pousser encore ... Il y avait un moskito dans la soupe, et on l'a vite compris quand la bestiole s'est mise à trembler et à cogner sur tout le monde ! Heureusement, Majin était là. Mes bras de héros ont saisi ma hache de héros et j'ai foncé sur la vile créature pour la réduire en pièces ! Le combat a été rude, j'en ai déchiré ma chemise, mais mes muscles saillants, ma maîtrise du Pandawushu, les esprits de Pandala qui coulaient dans mes veines, ce cocktail de sauvagerie et de force brute m'ont transformé en une véritable machine à abattre. C'était la seule solution : j'ai fendu ce Bambouto en deux sur toute la longueur de son tronc et l'ai transformé en rondelles avant que ...
– Mais je croyais que tu t'étais foulé le triceps avant-hier ?
– Et que tu avais déchiré ta chemise en te frottant à une ronce ?
– Et que ta hache était complètement émoussée ? »

Blasé par les remarques bien trop véridiques de ses camarades, Majin se laisse tomber sur son tabouret et noie son regard dans la chope qui lui fait face. Il reprend en ruminant à moitié, la mine renfrognée.

« Bon, c'est possible que les aventuriers qui m'accompagnaient m'aient donné un petit coup de main pour en venir à bout ... À contrecœur pour certains, ils imaginaient vraiment sympathiser avec un bout de bois. D'ailleurs, ça a pas beaucoup plu au Sadida quand je l'ai mis en pièces, mais c'était mon objectif de toute façon ! En plus, j'ai pas pu tout récupérer car des morceaux de Bambouto encore secoués se sont mis à poursuivre les aventuriers. Le barbu m'a expliqué plus tard que la liqueur était une mauvaise contrefaçon composée, entre autres, de poils d'aisselle de Kozaru ... Du Panpan tout craché, quoi. Mais vous imaginez quand même, les gars ? De la Pandabsynthe !
– Shhhht ! s'exclament en choeur ses interlocuteurs.
– Oui, bon ... Au moins maintenant vous me croyez pour le Bambouto géant. Et le pont est réparé. Et j'ai de quoi payer une tournée générale ! »



Merci à la communauté de Julith pour leur dévouement à la cause du Bambouto !

Avec la participation de Maux-JypcienMeoboraj-JaroboemMig-JornMisty-Jicatrice et Moire-Jais.
Réagir à ce sujet