En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Pandore] Arke-Lolog et le mystère du Manuscrit Runique. (chapitre 1/5 + CR)

Par Toko-Rakle - ABONNÉ - 14 Juin 2019 - 00:44:00
Chapitre 1 : Le jeu de Pyste

Arke-Lolog, le fameux archéologue spécialisé dans les affaires ensablées de Saharach a besoin de votre aide.

Cette année, il finance en partie les Grands Jeux Nedolympiques du clan mercenaire de Nedora-Riem pour trouver parmi les talentueux participants des recrues de choix pour mener à bien une expédition mystérieuse dans un temple qui recèlerait un fabuleux trésor. Peu lui importent les richesses car son plus grand trésor à lui, c'est le savoir et l'histoire derrière ce temple.

Son épopée commence avec des recherches sur la localisation du temple et le moyen d'y accéder. La base de ses recherches ? Un Manuscrit Runique écrit dans un alphabet depuis longtemps oublié, ou du moins la partie de celui-ci qu'il possède : il y a fort à parier que de nombreuses pages sont manquantes.

Il vous donne rendez-vous au Sabloon, la taverne de Saharach, le 16 juinssidor à 21h pour les prémices de ses recherches. Serez-vous au rendez-vous et saurez-vous venir à bout du mystère du Manuscrit Runique et du temple ?

Voici ci-dessous le fragment du Manuscrit Runique dont dispose actuellement Arke-Lolog, exposé dans une vitrine dans la demeure des mercenaires Nedora.
5 0
Réactions 1
Score : 1051

« Le mondainor 17 juinssidor,


Dans un souci d'archivage, je me dois de consigner par écrit tous les évènements en lien avec le Manuscrit. Mon instinct me hurle que des découvertes fabuleuses m'attendent. Nous attendent. Car nombreux sont les aventuriers qui ont répondu à mon appel hier soir et m'ont retrouvé au Sabloon. Des bavards, des taiseux, des agités, des réfléchis. La majorité d'entre eux attirée, probablement, par la promesse d'un trésor caché. Ce qui m'importe surtout, à moi, c'est le savoir. Les connaissances sur l'époque dont provient ce manuscrit, sur son auteur, ou peut-être ses auteurs ? Rien de d'y penser j'ai la moustache qui frissonne ! Mais au fond, qu'importe ce qui anime tous ces aventuriers, leur aide est la bienvenue, vu ce que semble dire le premier fragment de Manuscrit que j'ai récupéré...
En effet, je pense avoir saisi après mes heures de travail sur les runes les éléments suivants :

  •  Il y a un sanctuaire, quelque part, très probablement sur Saharach car il serait proche de l’endroit où le Manuscrit a été trouvé.
  • Celui-ci regorge de trésors.
  • Y accéder est extrêmement dangereux, et à priori, ce n’est possible qu’une seule fois ? (je me demande ce que ça peut bien vouloir dire)
  • L’auteur du Manuscrit est probablement une femme qui avait un certain âge au moment où elle l’a rédigé (elle est probablement morte depuis ?)


Comme je l'ai exposé aux aventuriers hier soir, ce qui manque avant tout pour le moment, ce sont des détails. Il est évident que le manuscrit est incomplet. Personne ne serait assez fou pour aller mettre le nez dans quelque chose d'aussi dangereux sans être un tant soit peu préparé.

Afin de trouver les pages restantes, la piste la plus évidente était de passer par le même chemin que la première fois. Et ce chemin, ou plutôt cette personne, c'était Leo-Loush. Espérer qu'il aurait un autre fragment avec lui, bien sûr, ça aurait été idiot, mais nul doute qu'il pouvait au moins nous fournir des informations. A condition qu'il y trouve son compte, comme tout bon contrebandier. Aussi proposai-je une solution aux aventuriers (car bien sûr, j'avais tout prévu !) : j'avais depuis longtemps déjà en ma possession une carte menant sans aucun doute à un trésor, mais déchirée en plusieurs morceaux. Si je n'avais pas eu mieux à faire, je l'aurais peut-être reconstituée moi-même entièrement, mais mes journées ne contiennent déjà pas assez d'heures à mon goût. Cette carte, entière, ferait certainement une bonne monnaie d'échange, et c'est avec cette certitude que j'étalais les morceaux sur une table du Sabloon.


Reconstituer la carte ne fut pas chose facile. Après tout, un des aventuriers a compté pas moins de quatre-vingts morceaux ! Je me demande encore quelle mouche a piqué celui qui a mis la carte dans cet état... Bien que je sois persuadé que certains n'ont trifouillé les morceaux de parchemin que pour faire bonne figure, toujours est-il que le travail a avancé, lentement mais sûrement. Une jeune femme aux cheveux violets a fini par apporter la touche finale à ce véritable puzzle, nous procurant ainsi une excellente monnaie d'échange.


Ni une ni deux, nous nous sommes rendus là où j'étais certain de trouver Leo. Fidèle à lui-même, ce dernier était en train de négocier je ne sais quelle affaire juteuse, avec un succès à priori relatif. Il nous accueillit avec un intérêt d'autant plus marqué quand il apprit que nous ne venions pas les mains vides. Entre méfiance et volonté de conclure un accord, nous avons fini par apprendre que Leo et ses compagnons d'aventure avaient risqué gros pour obtenir le morceau du Manuscrit, frôlant la mort lorsqu'ils s'étaient fait attaquer par un ver des sables géants. La description de la créature suffit à faire remonter un frisson dans mon dos, mais rien ne semblait effrayer les aventuriers qui m'accompagnaient. C'est donc après avoir obtenu le nom d'un contact de Leo que nous avons pris la route pour la Pikantina, afin d'y rencontrer le fameux Pyste, peut-être notre futur guide dans les sables hostiles de l'île.



Sur place, il ne nous fallut que quelques secondes pour repérer Pyste. Pour nous faire comprendre, par contre... Il faut dire que, comme nous en avait averti Leo-Loush, le cactana ne parlait pas un mot d'Amaknéen, et la communication fut laborieuse au possible. J'ai d'ailleurs bien cru un moment que les choses allaient tourner au vinaigre, avec les aventuriers qui se risquaient à essayer de parler la langue locale sans la maîtriser.



Une bière cacterre offerte par un disciple d'Eniripsa aida le cacterre à reprendre son calme, et il accepta de se pencher sur le carnet d'une demoiselle Eliotrope, carnet sur lequel elle avait tracé avec une application certaine des symboles identiques à ceux du manuscrit (note à moi-même : lui demander si quelques missions seraient susceptibles de l'intéresser, il ne faut pas perdre de vue les talents que l'on croise). Cela lui rappela sans doute des souvenirs puisqu'il commença à s'agiter, nous désignant plus ou moins vaguement le Nord-Ouest, avant de se mettre en route avec le groupe, devenant, l'espace d'un instant, notre guide. Instant bien trop court à mon goût, puisqu'arrivé à l'entrée des gorges des vents hurlants il nous fit comprendre qu'il n'irait pas plus loin. Il n'était pas dur de comprendre pourquoi. Ce soir-là, le lieu portait parfaitement son nom et les rugissements assourdissants de la tempête nous parvenaient d'entre les parois de pierre.


Pourtant, là-encore, mes compagnons de route ne firent pas demi-tour, bien qu'ils aient évoqué cette possibilité. Le risque de voir Leo s'emparer du trésor avant nous y était probablement pour beaucoup. Aussi, nous nous sommes engagés courageusement dans la tempête. Comme ce fut violent ! Malgré tous nos efforts pour rechercher l'abri des parois, nombre d'entre nous furent traînés dans le sable, entraînés jusqu'à disparaître de notre vue. Quel n'était pas notre soulagement quand nous réussissions à gagner l'abri d'un tunnel ! 



Plus au nord, dans les gorges, le vent fini par se calmer, nous offrant une trêve bienvenue, et nous permettant de commencer à chercher ce pour quoi nous étions venus. Suivant mon flair sans faille, je leur désignais un endroit où creuser, et sortis ma pelle afin de les aider. Alors qu'au terme d'efforts non négligeables j'extirpais du sable un morceau de livre, un énorme ver des sables surgit de nulle part, au moment même où les vents violents qui nous avaient malmenés plus tôt reprenaient. Je pense cependant que nous devons à cette tempête d'avoir eu la vie sauve... Il me reste bien trop de choses à découvrir pour finir dans l'estomac d'une telle bête, aussi impressionnante soit-elle ! C'est un peu hébétés que nous avons retrouvé notre chemin jusqu'au Sabloon, recouverts d'un sable qui en irritait plus d'un. Sains et saufs. Et avec le morceau du Manuscrit, que je n'aurais abandonné sur place pour rien au monde ! Avant de partir, j'annonçais, non sans excitation, que j'allais remettre le document en état et que je le communiquerai aux aventuriers le plus rapidement possible. Je sais leur aide précieuse dans cette quête.


Une promesse étant une promesse, j'ai travaillé dur. Ce soir, malgré la fatigue, j’ai quand même tenu ma parole. Le fragment que nous avons récupéré hier est à peu près restauré, lisible, débarrassé du sable. Et si tout ça est encore incomplet, nul doute que la traduction de ce nouveau fragment nous livrera de nouvelles informations. »
*************
 
Bravo et merci à tous les participants qui étaient présents hier soir pour cette animation.

Un immense merci à [Mal-Jabar] pour son aide précieuse en amont et pour sa participation lors de la soirée. 


A très vite pour la suite !

Le Clan de Nedora-Riem.
5 0
Réagir à ce sujet