En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Pandore ~ CR] Arke-Lolog et le mystère du Manuscrit Runique (Chapitre 2/5)

Par Etherre-Nelle - SADEUR - 27 Juin 2019 - 20:38:07
Chapitre 2 : Nefergromineth : Beau, riche,... mais surtout beau.

Arke-Lolog, le fameux archéologue spécialisé dans les affaires ensablées de Saharach a besoin de votre aide.

Cette année, il finance en partie les Grands Jeux Nedolympiques du clan mercenaire de Nedora-Riem pour trouver parmi les talentueux participants des recrues de choix pour mener à bien une expédition mystérieuse dans un temple qui recèlerait un fabuleux trésor. Peu lui importent les richesses car son plus grand trésor à lui, c'est le savoir et l'histoire derrière ce temple.



A la suite de la première soirée de recherches sur l'île de Saharach, Arke-Lolog a obtenu, grâce à l'aide d'aventuriers téméraires et pleins de ressources, un nouveau fragment du Manuscrit. Cependant, sa quête ne s'arrête pas là et désireux de compléter l'ouvrage, il remue ciel et terre depuis plusieurs jours dans l'espoir d'obtenir de nouvelles informations sur le Manuscrit.


« Le jidelor 27 juinssidor 649,

Cette histoire de Manuscrit me rendra fou. J'ai décodé la page que nous avons trouvé avec les aventuriers l'autre soir depuis plusieurs jours déjà, mais je tourne en rond, dans un brouillard d'idées. Mes certitudes :
- on nous parle d'un dénommé Nefergromineth
- c'est à priori un membre du peuple Huppermage (le texte évoque la Balance Krosmique, le lien me semble évident)
- il était semble-t-il d'une grande beauté

Je ne comprends pas. Je me demande s'il n'y a pas une erreur. Ce sont bien les mêmes runes, et le parchemin qui porte les deux textes est similaire. Mais le lien ? Le rapport entre ce garçon et le trésor ? Il me faut les pages manquantes, cette histoire me trotte dans la tête jusqu'à m'en faire perdre le sommeil.
J'ai demandé des services à droite et à gauche. Certains me devaient bien ça. Je pense avoir trouvé une piste. Il est temps de prévenir tout le monde, pour que les recherches reprennent.

Je finirai bien par comprendre. Par savoir.
»
****************

Rendez-vous donc ce dinsdor 30 juinssidor à 21h au Goldeun Ouaive en [-19,21] pour la suite de cette aventure !
Pour rappel, le compte-rendu du premier chapitre et le morceau de manuscrit obtenu à l'occasion de la soirée en question sont disponibles sur ce sujet.
3 0
Réactions 1
Score : 78

« Le miordor 2 jouillier 649,


Mon impatience au sujet du Manuscrit est telle que j’ai parfois peur que mon cœur me lâche. Je sais que cette quête est digne des plus grandes découvertes, je n’en doute pas une seconde, je le sens au plus profond de mon âme ! Nom d’un fossile, la soirée de dinsdor dernier a mis mes nerfs à rude épreuve. Une chance qu’un grand nombre d’aventuriers aient été avec moi, je n’aurais pas réussi seul.



J’avais donné rendez-vous à tout le monde au Goldeun Ouaive. C’est un établissement un peu étrange, à mon avis, mais au moins, nous allions nous éviter un long trajet. Car ma nouvelle piste se trouvait bien ici, à Gisgoul. C’est Leo, très content du trésor qu’il a pu récupérer grâce à la carte que nous lui avions offerte, qui m’a suggéré de parler avec ses associés, ceux avec qui il avait découvert les fragments. Il m’a précisé à demi-mot qu’il les soupçonnait d’avoir vendu un des fragments. Selon Leo, ils étaient tous partis dans la région de Gisgoul, en quête de bons plans.


Certains des compagnons d’aventure étaient en avance, aussi avons-nous pu discuter un peu. J’ai tenté de mémoriser au moins un nom, celui de cet homme à la tête de poulpe, Sak je crois ? Il y avait aussi cette jeune disciple de Féca qui avait eu le bon goût de ramener un souvenir de Saharach sur sa tête. Ils ont en tout cas été raisonnables, et n’ont pas bu une goutte d’alcool (je reste persuadé que ça les aurait rendus malades). Quand je pense aux évènements qui ont suivi… Enutrof soit loué ! Le Goldeun Ouaive était plutôt bien rempli à l’heure du rendez-vous, et après un échange bref sur le fragment de manuscrit que nous avions récupéré, nous nous sommes mis au travail.

Je pensais trouver le premier des compagnons de Leo, Jemkan-Safouet, au pied de la tour de Gisgoul comme me l’avait indiqué la tenancière du Goldeun Ouaive, mais une fois sur place, personne en vue. Ce n’est qu’en entendant les hurlements s’élever de la tour que nous avons compris. La plupart des aventuriers n’ont pas hésité, et ont foncé directement voir ce qui se passait. Nous avons découvert Jemkan aux mains d’un rushuiste terrifiant, équipé d’un fouet, qui s’est mis immédiatement dans l’idée de se servir de notre sang pour je ne sais quel rituel étrange (note à moi-même : cela vaudrait peut-être le coup de se renseigner). Les tentatives de mes compagnons pour le détromper en invoquant un sang de mauvais goût, trop sucré ou trop salé, n’ont pas eu l’effet escompté, et je n’ai échappé au fouet qu’en me cachant (à ma grande honte, je l’avoue) derrière le dénommé Varjo.


Heureusement pour nous, Jemkan semblait avoir une idée pour vaincre cet être répugnant, et nous avons eu vite fait de nous séparer en deux groupes en suivant ses instructions. Quelques courageux se sont jetés dans la bataille afin d’affronter directement le rushuite, tandis que les autres partaient chercher les autels dont il tirait sa puissance. Les autels en question, éparpillés dans la tour et créés pour apparaitre seulement un par un ont forcé les aventuriers à faire face à de sombres choses. La peur, la douleur, le mensonge et le larcin… Je dois dire que je suis impressionné par le brio avec lequel ils sont venus à bout de tout ça…
 

Les dires de Jemkan se sont révélés exacts, et par chance, les vaillants combattants ont tenu bon, alors même qu’ils recevaient coup sur coup de la part de leur adversaire. Lorsqu’enfin le reste du groupe revint dans la salle, annonçant la destruction des quatre autels, ils purent défaire le rushuiste, qui s’enfuit après une ultime menace. J’aurais quand-même aimé avoir le temps d’étudier ces étranges autels. Ces rushuistes sont bien étonnants…

 
Toujours est-il que Jemkan-Safoet a eu beaucoup de chance que mes compagnons d’aventure soient là. Malheureusement, il ne nous a pas été d’une grande aide : il avait bien un fragment du Manuscrit en sa possession, mais à notre grand damn, il l’avait déjà vendu à quelqu’un ! Quand nous l’avons pressé de nous dire à qui, il n’a rien été capable de nous dire de plus précis que « c’était quelqu’un qui cachait son visage avec une capuche ». Si je devais estimer quel pourcentage de la population porte une capuche… Devant mon air maussade, et les grognements de mes compagnons (à moins que ça ne soit les menaces de la disciple de Feca…), Jemkan s’est empressé de nous dire que ses complices avaient eux aussi un morceau du Manuscrit, et que nous pourrions les trouver vers la grotte du Bworker. 



C’est plein d’un espoir nouveau, et une partie d’entre nous efficacement soignés par le jeune Neméo, que nous sommes repartis. Une chose à la fois. D’abord, j’allais m’occuper de ce fragment-ci, et je m’inquiéterais de l’encapuchonné plus tard. Nous avons mis la main sur le duo d’acolytes de Leo à l’endroit prédit, une disciple de Sram (ma foi tout à fait ravissante) et un Eliotrope plutôt costaud, au milieu d’une dispute sur des histoires de tromperies et autres choses sans importance au regard du fragment. Alors que nous essayions de les interroger, Dultère s’est éclipsé d’une façon plus ou moins discrète en nous laissant sur place avec sa compagne, Ahle. Mes camarades n’ont pas tardé à proposer à cette dernière de prendre Dultère en filature, chose que de son propre aveu elle n’avait jamais réussi à faire, en échange d’informations sur le fragment du Manuscrit. Mais Ahle n’était pas décidée à attendre quoi que ce soit, et de toute évidence n’était pas intéressée par le marché.
 
Ça n’a pas empêché tout le monde de partir à la poursuite de Dultère. Je dois dire que j’ai été impressionné par le manque de discrétion de certains de mes compagnons. Je me demande presque par quel miracle nous avons réussi à achever cette filature… pour retrouver l'Eliotrope en compagnie d’une mama bwork que beaucoup d’aventuriers me certifièrent avoir déjà croisée dans la soirée, et avec qui il semblait partager une... douce idylle. Je suis encore perplexe en songeant à ce dénouement… Mais au moins la situation nous a servi de levier, et nous avons conclu un accord avec Dultère : notre silence en échange d’informations sur le fragment.



Et bien sûr, une déception ne venant jamais seule, Dultère nous appris qu’il avait lui aussi vendu son fragment. Comment peut-on ignorer la valeur d’une telle chose ? La vendre comme un vulgaire objet de contrebande ? N’a-t-on jamais vu des contrebandiers aussi peu renseignés ? Mais le pire dans toute cette histoire, c’est la personne à qui il l’avait vendu ! Grabage. Ah, ce nom maudit ! Comme j’aurais aimé ne plus l’entendre. Cet archéologue du dinsdor, cet incapable, ce bon à rien de misérable pseudo-chercheur… C’est une honte que de l’autoriser à prétendre être l’un des nôtres ! Il ne cherche que la gloire et se fiche bien de la connaissance, la vraie !



Je n’ai pas souhaité me rendre avec les aventuriers au Goldeun Ouaive, où Dultère nous avait indiqué que nous pourrions trouver Grabage. De toute façon, s’il m’avait vu, il aurait probablement refusé de coopérer. Aussi, j’ai choisi de faire confiance à mes compagnons, en leur donnant comme unique conseil de jouer sur l’égo démesuré de cet odieux personnage et de ne me mentionner sous aucun prétexte.
 


Avec quelle boule au ventre j’ai attendu leur retour ! Si je m’étais douté qu’en revenant, ils prétendraient avoir échoué dans leur mission dans le but d’emporter avec eux le fragment du manuscrit ! Heureusement qu’une partie d’entre eux a vendu la mèche, m’informant qu’ils avaient bel et bien récupéré le document ! Et heureusement que les mercenaires veillaient. Après tout, je finance leurs Nedolympiques, j’ai conscience d’être un client important. Pourtant, j’aimerais vraiment me passer de ce genre de parenthèses, farces ou non. Tout ce qui compte, ici, c’est de savoir. C’est pour ça que j’ai appelé au calme et ai proposé de distribuer des bonbons à tout le monde. Je pense que tout le monde sera parti au moins un peu satisfait. Je garderai quand même un œil sur certains d’entre eux, à l’avenir. Il ne faut pas plaisanter avec les documents anciens…
 

En tout cas, nous avons avancé un peu plus dans notre quête. Je dépose dès ce soir le nouveau fragment de Manuscrit chez les Nedora afin que tous puissent le déchiffrer. J’avoue l’avoir gardé un peu plus que nécessaire, j’espère ne pas les avoir trop fait attendre. J’ai une pensée pour la jeune Kaleila, qui a déjà si bien travaillé sur le Manuscrit. Cette petite a décidément un grand sens de l’observation. Nous touchons peut-être au but. Je l’espère tellement….
*************************************

Merci à tous les participants pour leur présence ce soir !


Merci à [Maux-Jypcien] et à [Mu-Janji] pour leur aide précieuse dans la réalisation de cette animation. 


A très bientôt pour le chapitre 3 !


Le Clan de Nedora-Riem
1 0
Réagir à ce sujet