FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Compte-rendu] De fil en aiguille

Par jcovingt - ABONNÉ - 31 Janvier 2019 - 13:02:31



Fin javian, un appel à l’aide fut placardé aux abords des grands lieux de passage du Monde des Douze. Il émanait d’un certain comte Hantik et donnait rendez-vous aux âmes les plus charitables sur la Côte Ouest. Le nobliau y patientait sur un quai, à côté d’un chevalier en armure, l’imposant Picure, et d’un vieillard gâteux. Ce dernier, révéla le comte Hantik, n’était autre qu’Hosiède, un célèbre conteur engagé pour coucher par écrit les légendes du comté afin qu’elles survivent aux siècles futurs et se transmettent aux prochaines générations.





Hélas, depuis quelques temps, Hosiède était rongé par un mal affreux, insupportable et incompatible avec sa fonction de conteur : sa mémoire lui faisait défaut et le voilà qui avait perdu le fil de son histoire.


De cette dernière, il ne se souvenait plus que de quelques fragments, au grand désespoir d’Hantik. Il était question d’une île, d’un labyrinthe, d’un serpent de pierre à onze têtes… Tout se mélangeait, tout devenait confus, mais les aventuriers ayant répondu présents prirent le pauvre homme en pitié et acceptèrent de lui venir en aide.


Son récit fragmenté leur fit songer à la lointaine île du Minotoror. A peine avaient-ils prononcé ce nom qu’Hosiède, Hantik et Picure disparurent dans un nuage éthéré. A leur place se dressait un inconnu à l’air avenant.





Inaudible était son nom. Passeur, sa profession. Il offrit aux aventuriers du jour de les conduire où bon leur semblerait et c’est ainsi qu’ils firent voile, à bord de son étrange navire, vers l’île du Minotoror. La traversée fut des plus reposantes, à la façon d’un songe dans une douce nuit… Au fil de l’eau.





Débarqué sur le sable chaud, le groupe rencontra Nehria, une jeune femme qui quémanda leur aide : son demi-frère, le Taure Sionnaire, avait capturé un naufragé dont elle s’était entichée : le beau Thésard.





Le bellâtre fut identifié et retrouvé saucissonné dans le dédale souterrain de l’île et, alors que ses sauveteurs tranchaient les fils qui le retenaient captif, un mugissement dantesque résonna dans les couloirs séculaires. Sionnaire, un Taure gigantesque, venait de débouler, furibard, et remarqua que son repas était en train de se carapater.





Certains proposèrent de négocier, mais leurs voix furent couvertes par les cris de guerre de leurs camarades :


« BROCHETTE DE TAURE !

- TORD-BOYAUX !

- T’AURAIS MIEUX FAIT DE LE LAISSER TRANQUILLE ! »


Le cuir de la bête était épais, les flèches et les sortilèges ricochaient dessus, mais rien n’aurait pu prémunir Sionnaire de la corne d’une minikrone revancharde. C’est poinçonné plutôt que passé par le fil de l’épée, que le Taure se rendit.





Honteux et confus, jurant qu’on ne l’y reprendrait plus, Sionnaire renonça à son repas, et s’en retourna dans les profondeurs du labyrinthe, laissant Thésard, Nheria et leurs compagnons rejoindre la surface.


A la lumière du soleil, le naufragé se souvint de ses compagnons d’infortune. Il s’enquit de leur sort, mais Nheria lui révéla qu’elle n’avait retrouvé aucune de leurs traces sur les rivages de l’île. Peut-être avaient-ils échoué ailleurs ? Pour aider les aventuriers dans leurs recherches, elle remit un Fil d’Aiguillage à l’un d’entre eux, Razmoh. D’or, ce fil en trop permettait de ne jamais se perdre. Du moins, c’est ce que Nheria affirmait…





Sur ces entrefaits, le Passeur se rappela au bon souvenir des voyageurs, proposant de les déposer où leurs idées les conduiraient et tous accostèrent sur un petit monticule de sable, de palmiers et de cailloux.


L’endroit était léché par les vagues et bercé d’une douce mélodie venant de la jungle, véritable fil harmonique. Une épave fut retrouvée sur la plage. Elle avait tout l’air d’être récente.


S’enfonçant entre les arbres, les aventuriers se séparèrent.


Certains jouèrent des castagnettes avec de drôles de crabes tandis que d’autres coururent après les crustacés. Toujours est-il que les aventuriers finirent par rencontrer un homme, Luc le Lisse, qui leur annonça qu’il était le seul survivant de son équipage. Envoûté par le chant cristallin qui berçait l’île entière, il les mena à sa maîtresse, la sirène Kha Li Pso.





A l’origine de la mélopée, cette dernière enlaça Luc et se réjouit de la venue d’un si grand nombre de nouveaux serviteurs. Quelques-uns s’indignèrent, d’autres crièrent à la manipulation et, finalement, tout se termina en queue de poisson.


Kha Li Pso invoqua de fidèles crabes lorsque les aventuriers s’élancèrent dans sa direction, bien décidés à libérer Luc le Lisse de son emprise. Hélas, c’était sans compter sur le chant de la sirène qui parvint à retourner les uns contre les autres. L’île fut témoin d’une bataille rangée au cours de laquelle nombre de couteaux furent plantés dans les dos et où une quantité non négligeable de surimi fut confectionnée.





La victoire ne parut jamais acquise, fut conquise de haute lutte et c’est défaite sur le fil du rasoir que Kha Li Pso s’en alla panser ses plaies, rompant le charme qui asservissait Luc et la moitié des sauveteurs.


Blessé, le Lisse demanda à ce qu’on le ramène à sa chère épouse. Aussi fut-il porté jusqu’au vaisseau du Passeur et toute la fine équipe rejoignit la Côte Ouest pour y faire la connaissance de la besogneuse Pénéplope. Reconnaissante, cette dernière offrit le Fil du Temps à Nilacina, l’une des bienfaitrices de son couple.





Hélas, la traversée avait beau avoir été aussi paisible qu’un rêve, Luc était au plus mal. Tant et si bien que son aimée supplia ceux qui lui avaient rendu son mari de lui sauver la vie en négociant avec des « Fileuses » le dernier lien qui le rattachait à ce monde...


Le Passeur avait justement déjà entendu parler de telles personnes et c’est bien volontiers qu’il mena les aventuriers jusqu’à l’entrée d’une grotte. C’était sur son chemin, se justifia-t-il.






L'entrée de la grotte était gardée par un gobelin qui se présenta comme le Héraut des Fileuses. Il accepta de guider les aventuriers jusqu'aux Fileuses dans la Caverne Fatidique en précisant qu’ils n’y pénètreraient pas sous leur forme corporelle, puisque l’endroit ne pouvait exister que dans un recoin assoupi de leur esprit. Metie Atissay, de son petit nom, usa donc d’un sortilège pour dissocier les âmes des valeureux de leurs corps de chair.





Parvenues devant les Fileuses, trois soeurs d’âges divers, les âmes désincarnées négocièrent pour que ne soit pas coupé le Fil de Vie de Luc. Mais les trois femmes ne l’entendirent pas de cette oreille et il fallut s’abaisser aux plus viles extrémités pour que le Lisse n’échappe au dernier repos. Chacune des soeurs annonça une condition en l’échange du précieux objet.


La Mûre demanda un massage vigoureux, luxe que le Héraut ne pouvait lui apporter, et les aventuriers mirent du coeur à l’ouvrage pour lui faire ressentir des sensations qu’elle ne pensait jamais pouvoir éprouver.


L’Ancienne, quant à elle, pensa se jouer de la vivacité d’esprit des visiteurs, mais elle en fut pour ses frais car l’énigme qu’elle leur destinait fut résolue en un rien de temps. Bien fait !


Enfin, la Jeune réclama un nouvel accessoire vestimentaire. Sans se défiler, les aventuriers accomplirent leur tâche en faisant preuve d’une expertise dans l’art du dépouillement-éclair.





C’est nantie du Fil de Vie de Luc le Lisse, noué aux poignets de Wanpiso et Sacri-er, que la troupe retrouva le Passeur qui la conduisit au chevet de l’époux de Pénéplope. Le fil n’ayant pas été tranché, ses jours n’étant plus en danger, Luc était tiré d’affaire. Il refusa donc le lien vital, préférant que les aventuriers le remettent à quelqu’un qui en aurait davantage besoin. C’est transis d’amour et de reconnaissance que Pénéplope et le Lisse regardèrent leurs nouveaux amis faire appel, une ultime fois, aux services du Passeur.





Ce dernier conduisit les voyageurs à leur point de départ. Ils ne revenaient pas les mains vides et cette nouvelle combla de joie le comte Hantik ! Alors que les aventuriers entouraient le vieil Hosiède, celui-ci narrait la fin d’une épopée qui ne leur était pas inconnue :


«... Et c'est ainsi que Luc le Lisse rentra sur son île natale. Il put vaincre les prétendants et retrouver sa belle Pénéplope. Celle-ci avait pu terminer sa grande tapisserie...»


Grâce aux trois fils, le conteur avait pu retrouver celui de son histoire. Les errances des aventuriers, décousues en apparence, lui avaient permis de rafistoler sa mémoire et le récit de tout un peuple. Ils avaient tous fait un long voyage. Dans le passé, dans le présent… Dans les songes… Dans l’inconscient, dans les mythes…


« Souvenez-vous : les mythes soignent tous les maux des hommes ! Il faut en préserver la survie, il faut continuer de les raconter… »





Ces paroles résonnèrent dans la tête de chacun. Tous étaient devenus acteurs et auteurs, à part entière, d’une nouvelle légende. La bobine de l’Histoire avait fini de dévider le fil du récit de cette journée. C’est ainsi qu’Hosiède, le comte Hantik et le chevalier Picure retournèrent d’où ils venaient, filant sans laisser la moindre trace.





Où étaient-ils partis ? Avaient-ils jamais été là ?

Remontez vos souvenirs, cherchez dans votre mémoire.

Avez-vous perdu… le fil ?



•   •   •



[HRP]



La Main du Valet Noir remercie chaleureusement les nombreux aventuriers qui ont pris part à cette grande aventure et ont permis à Hosiède de tisser son histoire en devenant les acteurs de son récit et en aidant les différents personnages de celui-ci !


Un grand merci à [Mu-Janji] pour son aide précieuse et sa grande disponibilité lors de la planification et de l’élaboration de l’événement, ainsi qu’à [Miti-Jay] pour son interprétation des rôles des deux PNJ combattants !


Merci également à [Vaelyana] et à [Scaarh] pour la modération !


Si vous avez aimé cet événement, n’hésitez pas à nous suivre pour être avertis de nos futures animations.


Liste des rôles

Emyn-Muil : Hosiède, Nheria, Lance-Ienne

Varjo : Thésard, Luc-Le-Lisse, La-Jeune

Arlene-Kwinzel : Comte-Hantik, Crabe-Ominable, Lam-Ure

Kalirr : Chevalier-Picure, Pénéplope

Olgah-Zih : Crabe-Assourdi, Metie Atissay

[Mu-Janji] : Felegyas

[Miti-Jay] : Taure-Sionnaire, Kha-Li-Pso






Captures d’écran : Kalirr, Varjo

Compte-rendu : Arlène-Kwinzel, Varjo
1 0
Réagir à ce sujet