FR EN DE ES IT PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Les récits d'invention #6

Par [Ankama]DOFUS - COMMUNITY MANAGER - 18 Avril 2019 - 15:00:00
AnkaTracker Blog News

Armez-vous de votre imagination, aiguisez votre langage et suivez la voie de la créativité. Les Récits d'Invention font leur retour pour la sixième édition !

Shariva

C’est un triste jour : ce sont les funérailles de M. Charançon, le collectionneur aux objets loufoques. Un hommage en sa mémoire est rendu et vous y êtes convié après quoi, son héritage sera distribué. Peut-être pourrez-vous y voir ajouter votre nom, qui sait ?

LE CONCEPT

Pour la sixième édition des Récits d'Invention, toute la communauté est invitée à proposer sa participation. Que devez-vous faire ? Raconter une histoire où vous avez participé avec M. Charançon à la récupération d’un objet insolite qu’il a depuis ajouté à sa collection. Vous avez jusqu'au 02/05/19 pour proposer votre aventure sur le sujet suivant :

Je participe

L'HÉRITAGE

Les trois coups de cœur du jury remporteront chacun un Anneau Dyssée conférant le titre de « Pilier de Comptoir » en jeu ainsi qu’un lot de capsules de sortilèges. Pour rester dans le thème et garder en mémoire ce bon vieux M. Charançon le premier des coups de cœur du jury remportera un montillier d'apparat Karne tout droit sorti de sa collection incongrue.

PRÉCISIONS SUR LE THÈME

Votre personnage doit respecter le cadre qui est posé dans le premier message du sujet RP. Cela a principalement trois incidences :

  • Le lieu : durant toute la durée de l'hommage l’étude notariale de Maître Thierry Tage sera scellée, coupée du monde pour éviter tout échange avec l'extérieur avant que le verdict final sur l'héritage ne soit rendu mais aussi pour éviter tout vol des objets de collection de M. Charançon. Vous retrouverez ci-dessous une représentation de la pièce. Vous êtes libre de faire usage des éléments du décor et d'inventer des pièces de collection présentes dans le coffre.
  • Le temps et les invités : l’étude ouvre ses portes à tout public peu après midi, la décision finale sur l'héritage sera rendue à la tombée du jour. Vous êtes sur la liste des invités parce que M. Charançon a noté votre nom dans la liste des contributeurs de sa collection. Vous êtes donc éligible à son héritage si sa famille le décide. Le notaire et la famille du défunt seront attentifs aux récits mais avares en réactions.
  • Les objets de la collection insolite : vous êtes libre d'inventer n'importe quel objet : il se trouvera à coup sûr dans les coffres contenant la collection et vous pourrez le montrer à l'assemblée. Notez que les RI sont tout public, les objets se doivent donc de ne pas avoir de connotations sanctionnables par la modération DOFUS.
  • M. Charançon : c’est un collectionneur reconnu pour ses nombreux objets loufoques. Pour le reste, vous êtes libre d’inventer des aspects de sa personnalité, de son physique ou de son histoire. Veillez donc à prendre en compte les descriptions des autres participants à son sujet.

LES RÈGLES GÉNÉRALES

  • Votre participation ne doit pas dépasser 2 500 mots.
  • Il est encouragé de faire référence aux autres participants et leurs histoires, en revanche ne faites pas parler les personnages d’autres joueurs si ceux-ci ne vous ont pas donné leur accord préalable.
  • Le respect des Conditions Générales d'Utilisation, du fait du caractère officiel de cette animation, doit être appliqué.
  • Si besoin vous pouvez utiliser des images, ainsi que des fichiers audio.
  • Une participation ne pourra pas être le fruit de la collaboration de plusieurs personnes et, dans tous les cas, il ne pourra y avoir qu’une seule participation par personne.
  • Si vous souhaitez écrire sans toutefois que votre participation soit prise en compte par le jury, merci de l’indiquer directement sur votre participation.
  • Un gagnant ne peut pas transmettre ses lots à un autre joueur. Un autre compte que le compte utilisé pour participer peut recevoir les récompenses, à condition qu'ils soient certifiés au même nom.

LE COUP DE POUCE

Voici quelques conseils qui vous permettront de vous lancer dans l’aventure !

  • Votre personnage : il peut être votre personnage principal ou non, un personnage entièrement inventé ou que vous jouez au quotidien. Il aura entendu parler de cette hommage par le bouche à oreille ou encore par les annonces faites publiquement sur le décès de M. Charançon. Curieux ou intéressé, escroc ou véritable ami, c'est à vous de décider. Vous ne pouvez pas incarner un personnage du Background officiel.
  • La forme de votre récit : nous n’en disons pas plus pour ne pas vous aiguiller sur des pistes trop précises, mais sachez que le récit à la première personne, par exemple, n’est qu’un moyen parmi d’autres de transmettre une histoire.
  • L’interprétation du thème : une compréhension littérale du thème paraît tout à fait logique, mais il est aussi possible de jouer sur les mots de l’intitulé du sujet, voire de créer un quiproquo. Tant que les origines de votre récit sont le fruit d’une réflexion autour du thème proposé, il ne vous sera fait aucun reproche à ce niveau.

LE JURY

Pour cette édition, le Jury est composé de :

  • Les Maîtres du Jeu [Volontaires Ankama]
  • Scriabine [La Main du Valet Noir]
  • Theochaos [Clan Nedora-Riem]
  • Varjo [La Main du Valet Noir]

Comme pour tous les Récits d’Invention, la première participation sera écrite par le Jury afin de permettre aux participants d'avoir un exemple, une amorce. Le Jury note les participations selon différents critères, notamment le respect du background officiel, la maîtrise de la langue française, la prise en compte des autres participations, et surtout leur originalité !

Si vous souhaitez consulter l’édition précédente des récits d’invention, rendez-vous ici.

Bon courage et bonne chance à tous,

Le Conseil des Sadeurs.

Réactions 97
Score : 3339

Sympa. Après je pense que la récompense unique n'est pas à la hauteur

3 0
Score : 16

je suis d'accord avec toi, l'idée a du goût mais seulement 3 récompenses pour une telle compétition, la communauté dans son ensemble est quand même bien peuplé et on est pas tous des écrivains, de plus ces 3 récompenses ne sont pas à la hauteur pour la grandeur et le challenge de cette compétition, il faudrait selon moi des récompenses bien plus méritantes pour les 3 premiers et peu être des petits lots pour les 100 premiers du classements ou un truc comme ça sachant que la communauté compte plusieurs milliers de joueurs ce classement ferai participé bien plus de joueurs et le challenge reste le même puisque 100 places sur plusieurs dizaines de milliers ce n'est pas grand chose voila voila ^^

1 0
Score : 19

Voilà une excellente idée pour me remettre à l'écriture ! Cependant, même si on ne peut pas incarner un personnage officiel du background, pouvons-nous en utiliser dans notre histoire, par exemple qu'il soit présent dans le récit, dans la pièce ?

1 0
Score : 7615

Apparemment il y a au moins Kerubim si on s'en réfère à la représentation de la pièce biggrin

0 0
Score : 362

Dans les consignes, il est dit que notre personnage a été invité mais que l'étude notariale est ouverte à tous. Dans les conseils, vous suggérez que le personnage peut avoir eu connaissance de l'évènement par diverses manières, aitres que l'invitation.
Est-il possible que notre personnage n'ai pas recu d'invitation mais vienne par lui même raconter l'histoire d'un objet qui lui est associé ?

0 0
Score : 647

Il y a un flou dans l'énoncé, désolé. C'est corrigé !
Votre personnage, ou celui qu'il prétend être, est forcément indiqué dans la liste des contributeurs à la collection. Il n'est sinon pas accepté dans l'étude notariale.
Il a donc reçu ou obtenu d'une manière ou d'une autre une invitation. - Théochaos

0 0
Score : 1463

A nos plumes !

Mais avant, j'ai une 'tite question : les invités à l'étude notariale sont-ils préalablement au courant de ce qui les attend lors de cette étude (c'est à dire : " Raconter une histoire où vous avez participé avec M. Charançon à la récupération d’un objet insolite qu’il a depuis ajouté à sa collection " ?)
Peut-être pas tous, mais certains par exemple ? La potentialité est-elle réelle, ou hors de propos ?

Et si ce n'est pas être "préalablement au courant", peut-être plus simplement "avoir un suspicion sur ce qui les attends leur faisant préparer à l'avance un récit"  - via le carton d'invitation, par exemple, qui pourrait mentionner que leur présence est dû à X objet de la collection de Charançon ?


Plus subsidiairement maintenant, Monsieur Charançon ne dispose pas de prénom clairement identifiable : est-il possible de lui en imposer un ?

0 0
Score : 647

L'invitation parlant de l'héritage, il est explicitement détaillé dans celle-ci les espérances de la famille quant aux invités : rendre hommage au défunt en racontant une histoire sur l'obtention de l'un des objets de la collection.

" Pour le reste, vous êtes libre d’inventer des aspects de sa personnalité, de son physique ou de son histoire. ": son prénom ne déroge pas à cette règle, vous êtes donc libre de le définir à condition, bien sûr, que vous soyez le premier à le faire wink
- Théochaos

1 0
Score : 191

"Le notaire et la famille du défunt seront attentifs aux récits mais avares en réactions."
Le notaire est garant de l'organisation de l'événement. Peut-il parler et réagir vis à vis de celle-ci ? Il ne réagit donc pas au récit du souvenir à proprement parler.

0 0
Score : 647

Le rôle du notaire est d'avoir une présence officielle pour l'attribution de l'héritage. Il veille sur celui-ci mais également sur la collection de M.Charançon. Inutile d'essayer de le duper, ce vieux koalaks est vif quand il s'agit de propriété et empêchera tout vol.
Il ne fera pas davantage que son travail. Il ne jugera ni ne commentera vos récits. - Théochaos

0 0
Score : 414

Bonne Chance !

0 0
Score : 6572

A quel point faut-il tenir compte de la participation de vimoscore étant donné que celle-ci enfreint, pour ainsi dire, quasiment toutes les consignes de cette sixième édition des Récits d'Invention ? huh
 

0 0
Score : 647

Chaque point allant à l'encontre du règlement des RI6 n'est pas à prendre en compte.
Nous sommes bien dans le cabinet notarial. Aucun personnage du BG officiel n'est venu à un enterrement ni n'est présent dans le cabinet (ni Otomaï, ni Djaul, pas même le Bworker, faudra repousser à plus tard votre demande d'autographe). Nulle apparition divine non plus et je vous rassure, personne n'a été transformé.

Dès lors qu'une participation sort du cadre des règles des RI #6, vous pouvez considérer les points hors règles comme fantasmés, imaginés par le participant.

S'il y a un point particulier sur lequel vous voulez plus de précision quant à la posture à prendre sur cette participation, n'hésitez pas à demander.

- Théochaos

0 0
Score : 6357

Pas facile comme sujet...
J'espère que vous serez nombreux à avoir de bonnes idées pour m'en inspirer une ou deux !

Où doit-on poster nos commentaires, par contre (pour féliciter les autres participants, bien sûr) ?

0 0
Score : 6572

Ici-même ! ^^

0 0
Score : 63

C'est bien triste, si le titre avait été différent ("Pilier de comptoir", c'est fichtrement laid, quelque chose comme "Conteur d'Aventures" serait bien plus intéressant), je m'y serai probablement beaucoup plus intéressé...

0 0
Score : 6572

Ce titre possède une histoire et un sens qui remontent à il y a plusieurs années... wink

0 0
Score : 6357

Re tout le monde !

J'ai mis des petits pouces de partout : si vous n'en avez qu'un seul, c'est sans doute le mien ! smile

Il y a plein de bonnes idées :

  1. le gant de boufbowl (excellent ! biggrin) ;
  2. le ruban de la belle brune (quel plus beau trésor que d'être autorisé à porter les "couleurs" de la femme que l'on aime ? wub  ;
  3. la vieille femme qui compte sur son petit-fils pour attendrir le jury (c'est mignon et j'adore les illustrations : j'aimerais bien savoir faire ça... rolleyes) ;
  4. le bwork qui parle normalement quand il a bu quelque chose (c'est un grand classique - souvent c'est quand il est saoul - mais ça me fait toujours rire... laugh) ;
  5. le roublard qui s'invite à la cérémonie (je n'avais imaginé qu'un roublard puisse être troubadour mais, après tout, pourquoi pas ?) ;
  6. le Sous-Fétiche (là aussi un "grand classique" - c'est bien vu ! - et nous sommes tous plus ou moins d'accord pour faire dire à M. Charançon que l'aventure est plus importante que le trésor à conquérir : ça me facilite le travail... wink).

Par contre, je trouve que François ce n'est pas terrible comme prénom (un charançon, on aurait pu l'appeler "Scarnabé" ?) et, comme c'est un collectionneur, dans mon esprit c'était plutôt un énutrof... Le prénom, ce n'est pas bien grave, mais que M. Chalançon soit un écaflip ne m'arrange pas du tout (il va falloir que je ré-écrive une partie mon histoire en trouvant une nouvelle idée à la place !). sad

Bref, le système de ce concours n'est franchement pas évident :
  • si on écrit trop tôt, on peut difficilement intégrer le récit des autres (parce qu'il n'y a pas grand chose à "se mettre sous la dent") ;
  • mais, plus on attend et plus ça devient compliqué de respecter les "pré-supposés" qui se rajoutent au fur et à mesure... :wacko:

Enfin,  j'ai encore un peu de temps devant moi pour achever mon histoire (ou en écrire une autre, si je trouve une meilleure idée). Mais, la prochaine fois, on pourrait peut être essayer de se mettre d'accord sur un certain nombre de choses avant d'écrire, non ? A moins que ce soit interdit par le règlement du concours ? tongue
1 0
Score : 6572

Qu'entends-tu par « un certain nombre de choses » ?

0 0
Score : 95

Bonsoir !

Je profite d'une petite accalmie dans mon emploi du temps pour remercier encore une fois les organisateurs, on ne vous le dira jamais assez mais quel bonheur de pouvoir interagir ainsi avec d'autres passionnés des lettres. Merci pour ça.

Je dois dire par ailleurs que la remarque de Maloranran m'a rendu curieux, combien de temps consacrez-vous à la rédaction d'un sujet pour ces animations ? Cela m'a fait songer à une prochaine édition avec un temps limité (soumis à la bonne foi des participants évidemment) à la manière d'un examen mais bon, pas sûr que ce soit réellement intéressant. Sans doute pas.

Félicitations à tous ceux qui ont d'ores et déjà participé, je n'ai malheureusement pas le temps de tous vous consacrer un retour mais j'ai pris grand plaisir à tout lire. J'aimerais juste revenir sur un(e) participant(e) en particulier, voyageurdesreves : je suis navré de ne pas avoir répondu à ton message de l'édition 4# mais bien sûr qu'il n'y avait AUCUN problème avec ton utilisation de mon personnage, ta participation était géniale et j'avais été surpris du plaisir que me procurait une grande reprise de mon récit. Et voilà que mon personnage repasse par tes mains avec toujours autant de subtilité tandis que tu saisis une des perches que j'avais tendues (plutôt exigeante celle-ci d'ailleurs, j'avais peur d'une incohérence étant donné que mes successeurs avait clairement déjà fini leurs récits -ou presque- et n'avais du coup pas rebondi dessus mais voilà que tu sauves ma dernière phrase avec aisance) : Merci. Peut être pourrait-on envisager un ordre de participation comme l'a dit Row-Sebal, mais bon pas sûr que ce soit envisageable.

Bref, bonne chance à tout le monde, surtout à ceux qui écrivent encore !

1 0
Score : 253

Que de mots qui me touchent wub Merci ! (ainsi que de ton autorisation pour les RI4, même à retardement, haha !)

J'ai beaucoup aimé ton texte encore une fois pour ces RI6, c'était une belle aventure d'adolescence que tu as racontée, et la conclusion était très sympa biggrin Et du reste, j'y ai retrouvé une chose que j'avais beaucoup aimée sur l'édition #4 : tu as pris un grand soin à poser des éléments de scénario qui participent à un cadre plus grand qu'à ta propre épopée, et c'est à chaque fois du pain béni pour les participations suivantes *-*

Je veux dire, instaurer un témoignage de l'enfance/adolescence de Charançon et son amour des paris, ça fait vraiment d'excellentes bases pour bâtir les récits qui suivent ! (c'était très cohérent et très satisfaisant de trouver à ta suite un autre récit qui établissait que ledit Charançon était un Ecaflip par exemple)
Et pour ton Iop mentionné en toute fin de texte, ma foi, je trouvais ça osé et bien joué, comme appel du pied direct à la personne suivante :p Comme je ne l'y ai pas vu ni là ni plus tard, le réutiliser a finalement été la première envie que j'aie eue, avant même de savoir quoi raconter : "bon, ben, mon protagoniste sera un Iop, on va bien voir où ça nous mène !". Et puisque j'avais envie de parler d'une histoire d'enfance, c'était encore plus enthousiasmant de voir qu'un cadre avait déjà été soigneusement posé biggrin Encore merci pour tout ça !

0 0
Score : 6357

Et un petit pouce pour Le Minikrone ! smile
J'avoue que ce n'est pas l'idée en elle-même qui m'a plu, mais la jolie façon dont cette histoire est racontée : merci voyageurdesreveswub

Et d'ailleurs, je suis limite sous le choc : est-il réellement possible pour un habitant du monde des douze dix-sept (ou dix-huit) de choisir sa religion ? ohmy
J'étais persuadé que l'on naissait Iop, Féca ou Ecaflip et qu'il fallait faire avec toute sa vie... :unsure:

Parce que, s'il était possible de choisir sa "classe", au même titre qu'il est possible de choisir sa religion, alors cela voudrait dire que :

  1. Tous les roublards on choisi d'être des roublards et, donc, qu'ils sont tous malhonnêtes ! ph34r
  2. A moins qu'ils n'aient pas vraiment eu le choix et que cela leur ait été imposé par leurs parents ?
  3. Auquel cas, il pourrait y avoir des roublards qui n'ont pas envie de vivre de roublardises, mais qui préfèreraient être autre chose... Troubadour, par exemple ? rolleyes
  4. Voire des roublards qui ont fait le mauvais choix, parce qu'on leur a demandé de choisir avant l'âge de 12 ans et que (tout de même) c'est un peu jeune pour décider ce que l'on sera toute sa vie...
  5. Et, d'un autre côté... (soyons honnête) Qui aurait envie d'être un roublard ? huh
  6. Donc, est-ce qu'il ne serait pas plus raisonnable de considérer que, s'il était possible de choisir, alors, il n'y aurait pas de roublard du tout ? tongue

Bref, voilà une question métaphysique (voire existentielle) dont je me serais bien passée avant d'aller me coucher... :wacko:
0 0
Score : 253

Coucou ! (et merci pour ton gentil commentaire wub )

Je peux me planter dans mes sources (ça fait un moment que je n'ai pas relu tout ça) mais je crois que l'idée d'un choix de culte est évoquée ou dans le vieil Artbook Dofus 2 (un incontournable du Background si tu as l'occasion de te le procurer ! Même s'il est peut-être un peu périmé par endroits), ou dans le livre en jeu Les Prophètes, les Cultes et la Foi. Après une brève vérification sur Internet : gagné ! Et hop, un lien direct vers le texte : https://rpdofus.wordpress.com/les-prophetes-les-cultes-la-foi/
(Le paragraphe Les Cultes et la Foi, surtout, a à peu près tout ce qu'il te faut je pense biggrin)

Bon, le livre a vieilli depuis son intégration en jeu, mais je crois que le manga Ogrest tome 1 contient notamment une cérémonie de confirmation de culte Sacrieur, donc ça doit être encore à peu près d'actualité comme idée :p Après, j'ai dit douze ans dans mon récit pour un rite de passage, mais je pense que ça fluctue, je ne sais pas si une quelconque source mentionne un âge qui soit autre chose que "avant la fin de la puberté".

Pour la question de la réorientation théologique... Heu, c'est une bonne question. Le lien ci-dessus semble parler d'impossibilité de changer sauf accord divin, mais je crois bien que ça reste possible de renier son Dieu : il me semble que Brumen Tinctorias a plus ou moins renié Eniripsa (son apparence reste imprégnée de son précédent culte mais il a quand même pris cher...), et Otomaï était Féca mais est quand même pluuuus ou moins athée.

Et pour finir, je pense que ton exemple est davantage parlant avec le culte de Sram (où tes questions sont tout à fait pertinentes... Mais j'imagine que, hey, des gens ont envie d'être des Srams !).
Le cas du culte Roublard est... Heu... Plus délicat parce que pendant un bon moment les Roublard ont été une organisation criminelle qui vouait un petit culte à Raval mais qui n'en tirait pas de pouvoirs particuliers (du coup on était "membre des Roublards" de la même façon qu'on pourrait être admis/forcé d'intégrer une mafia quelconque...). A un moment, Sram a évincé Raval de son statut d'objet de vénération, et a transformé tout ça en un culte divin déviant dédié à Sram... Pour que ce dernier se fasse davantage de fidèles x) Mais je ne sais pas si c'est soumis aux mêmes questions de "foi divine" soulevées par les vrais cultes des Douze ohmy

Fin du pavé historique biggrin (et si d'autres gens ont des informations plus fraîches sur tout ça, hésitez pas, c'est un super sujet de questionnements !)

1 0
Score : 6572

Yeaaaah, encore une tripotée de participations ! Quel régal et quel plaisir de voir de nouvelles têtes et d'autres, déjà connues, (re)venir raconter une histoire. Cette publicité sur le site officiel et en jeu fait décidément un bien fou aux Récits d'Invention... wub

Si vous en avez le temps et l'envie, pourriez-vous (vous, les participants) expliquer ce qui vous a motivés à prendre part à cette édition des RI, s'il vous plaît ? Est-ce le thème, la période, les récompenses, l'envie ou tout à la fois ?

Bon, le temps que vous répondiez, j'en profite pour balancer une première salve de commentaires (les autres suivront, pas d'inquiétude).
Faites-en ce que vous voulez, prenez-les comme vous le sentez, sachez qu'ils n'ont aucunement pour but de vous détruire le moral ou de vous encenser gratuitement, mais bien pour seul objectif de vous offrir un retour aussi construit et bienveillant que possible.
Ils n'engagent que moi et j'espère de tout coeur que vous en recevrez d'autres, mais aussi que vous en formulerez égalementafin de permettre à chacun d'obtenir quelque chose de constructif au sujet de sa participation... ^^

 Ah, une tête connue ouvre le bal !
Tu nous proposes un récit opposant deux frères ennemis, à la Indie et Kerubim, se disputant les faveurs d’une femme (Lou, y es-tu ?).
Si l’idée peut sembler vue et revue, elle a le mérite d’enrichir le passif, l’histoire, du défunt. Tu nous apprends qu’il était homme de défi, joueur, tu fais tienne la révélation précédente concernant l’attrait que Charançon possédait pour le Boufbowl… Tu humanises le personnage en lui faisant gagner en profondeur. Mieux que ça, tu tends des perches de folie en formulant tes propositions : le départ de Chabrok (hahaha, pardon, ça me fait penser au Corbeau Noir), les aventures vécues à l’étranger, le retour de l’être aimé, le grand Iop qui se lève, l’Ecaflip qui vient en aide à ton narrateur…
Ce n’est jamais facile de passer parmi les premiers (tu commences à le savoir), et je ne saurais dire si tu as volontairement endossé ce rôle de trampoline qui est le tien ce coup-ci, mais tu le fais chouettement, sans fioritures.
Quelques écarts, peut-être, ont tendance à faire émerger de la lecture de ton récit (le coup des cellules, les coquilles éparpillées).
Peut-être aurais-tu pu exploiter le petit fils différemment ? Le rendre narrateur ou bien plus « outil » du narrateur omniscient… En l’état, ses interventions s’insèrent dans le récit plus qu’elles ne le servent, suis-je compréhensible ?
Y a donc du bon-bon-bon, d’un point de vue communautaire, dans cette participation et du perfectible en ce qui concerne l’individuel. Les autres participants peuvent te remercier !
Ah, dernière question : comment réagirait ton vieillard s’il venait à rafler l’un des anneaux et la Karne alors qu’il a clairement explicité qu’il n’en voulait pas ? ^^


 
  vimoscore
 
Oooh, une première participation !
Et quelle participation, d’ailleurs… Je suis sacrément partagée et tout autant embêtée à son sujet.
D’un côté, je trouve ça hyper cool de ta part d’avoir osé sauter le pas en participant à ces Récits d’Invention, c’est très-très réjouissant. D’un autre côté, je suis dubitative devant l’absence totale du respect des consignes données : tu fais intervenir et manipules des personnages officiels, alors que cela était strictement déconseillé (pour ne pas dire interdit), tu détournes le but de la réunion dans l’étude notariale, tu brises le huis-clos en quittant les lieux alors qu’il était clairement expliqué que personne ne pouvait sortir avant la fin…
A cela s’ajoutent quelques soucis de mise en page (y a du saut de ligne qui passe à la trappe, des pavés qui mériteraient d’être aérés pour gagner en lisibilité, des coquilles qui mériteraient de la relecture…), des formulations qui extirpent de ton récit (« beauf », par exemple) et, également, des mots passés en gras pour on ne sait quelle raison sans qu’on n’en ait la moindre explication.
S’agissait-il de prouver que le texte se déroulait dans le Krosmoz en faisant apparaître de manière appuyée les termes relatifs à cet univers ?
Alors, oui, cette première participation est bourrée de maladresses, mais j’ai envie de croire qu’il faut mettre cela sur le compte de l’enthousiasme : l’idée d’un Charançon voleur de reliques est très intéressante, elle intrigue et permet de voir les choses sous un nouvel angle !
D’ailleurs, je me demande combien de participants, suite à la lecture de ton récit, traiteront le sujet de la face cachée de l’acquisition des pièces de la collection du mort.
T’as des idées, et des chouettes, il ne te reste plus qu’à respecter le cadre qui t’est imposé pour que le tout puisse envoyer du steak (de dragodinde) ! J’ai hâte de voir ce que ça pourrait donner…wink
 

  maloranran
 
Aaaah, Soute… Soute, Soute, Soute… Qu’allons-nous bien pouvoir faire de toi ?
Faut-il que tu les aimes, ces personnages naïfs et enfantins, pour que tu les cases d’édition en édition des Récits d’Invention ? ^^
Quand aurons-nous le plaisir de te lire, alors que tu sors de cette zone de confort qui semble être la tienne ? Au bout d’un moment, l’alchimie du décalage entre la gravité et l’innocence et la magie des gribouillages finissent par lasser… Renouvelle-toi, s’il te plaît ! TT_TT
Bon, ça, c’est pour l’ensemble, vu que tu es un habitué des RI, mais qu’en est-il de ta nouvelle participation ? La moindre des choses serait de dire qu’elle démarre fichtrement bien, notamment la première intervention d’Aude. Ce « Regarde, eh, non, regarde. Oh, eh, regarde comment je fais. », ohlalaaaa ! J’en ai  suspendu ma lecture pour me dire : « Punaise, s’il parvient à tenir ainsi sur la durée, l’ensemble va être ouf »…
Tu vois, Soute, c’est ce genre de détail qui fait la force d’une scène (de tes scènes, en tout cas), qui se passe de description, sans pour autant faire perdre en compréhension. On la voit, cette scène, on l’imagine, on se l’approprie en la faisant – pléonasme en approche – véritablement nôtre (« Tiens, ça me rappelle… ») et on ne peut que se dire que ça nous « parle ». Un p’tit sursaut de bonheur, quoi !
Alors as-tu tenu sur la durée ? As-tu accompli pareil exploit ? J’suis dégoûtée, mais non : le soufflé est retombé (c’est peut-être dû au fait que tu as attaqué en plaçant la barre hyper haut) par la suite.
Non pas que l’idée d’une arnaqueuse manipulatrice tentant de s’approprier une part du butin sur le dos d’un gamin soit à jeter, bien au contraire, c’est très bien pensé ! C’est plutôt que l’impression que me donne l’ensemble est celle d’une fulgurance en début de parcours et d’une course effrénée (aux dépens d’une relecture poussée) afin d’éviter de se faire griller la priorité.
Pourtant, tu as très bien su intégrer les participations ayant précédé la tienne, tu as même su laisser ta marque dans l’histoire du défunt avec ton « François » !
Pouvait-on imaginer pire prénom, franchement ? Est-il possible de faire moins Douzien ? XD
Tu abuuuuuses !
Au final, le cahier des charges est dûment rempli, toutes les cases sont cochées, c’est tout à fait appréciable. Tu nous as fait du Soute là où l’on ne demandait rien d’autre. Oui, mais voilà… Aurais-tu pu redéfinir « faire du Soute » si tu avais pris ton temps ?
J’en suis convaincue, me gouré-je ?
Au fait, Aude a-t-elle contrefait une invitation pour s’introduire dans les murs ?

 
 
 Bienvenue par ici, ça fait plaisir de voir les nouvelles têtes se multiplier !
D’ailleurs, est-ce parce que c’est une première expérience que tu tombes dans les mêmes pièges que d’autres avant toi ? On ne peut et doit pas faire intervenir les personnages officiels. En aucun cas. Non. Pas touche. C’est interdit et précisé dans les consignes.
Ceci étant dit, qu’en est-il de ton récit ? Hé bien, si l’idée de raconter l’histoire de la Karne a suscité un vif intérêt chez moi, la narration de Dophilepe Saseli a rapidement refroidi mes ardeurs… Qu’est-ce que c’était laborieuuuux, il se perdait dans ses histoires, tu jouais d’ailleurs dessus en l’énonçant tout haut, et cela a eu pour effet de faire de ton récit quelque chose de décousu, sans véritable unité.
Tu multipliais les images, les comparaisons, on sentait qu’il y a de l’idée, mais tu gagnerais à les introduire davantage en finesse (en usant de métaphores, par exemple). Là, j’ai eu la sensation que tu tentais de me faire avaler un maximum d’expressions ayant trait au Krosmoz et à son bestiaire avec un entonnoir en mode : « TIENS ! REPRENDS UNE LOUCHE DE MOSKITO ! REGARDE, JE SUIS BIEN DANS LA THÉMATIQUE DE DOFUS ! » TT_TT
Je grossis volontairement le trait, mais je crois vraiment que ton récit serait plus fluide si tu y allais plus en douceur, sans te forcer (après, j'me trompe peut-être, hein). Tout ça pour dire que ces effets (volontaires ou non) ont desservi les lectures que j’ai pu réaliser de ton histoire et que le seul moment auquel j’ai pu raccrocher les wagons, ç’a été sur la fin, lorsque tu as mentionné la fiole de poison.
A ce moment, vois-tu, tu as su créer un intérêt. Je voulais savoir, je désirais comprendre, je commençais à imaginer les raisons d’être d’un tel objet… Et c’est en laissant supposer tes lecteurs que tu parviens à les accrocher à ce que tu racontes : « Finalement, Dophilepe Saseli a-t-il empoisonné Charançon pour récupérer la Karne ? »
On n’en sait rien, mais tu introduis le mystère, tu nous pousses à réfléchir, et, ça, c’est bon ! C’est très bien !
Les autres participations rebondiront-elles là-dessus ? Je n’en sais rien et ça m’est égal, à vrai dire, ce qui compte c’est que tu as su, un temps, m’intéresser à ton histoire !
 
  
Du coup, un membre de l’assistance relèvera-t-il que Frigost n’était pas ouverte aux « touristes » il y a une vingtaine d’années ? huh
Le bobard de ton Xélor est bâti sur des fondations quand même bien fragiles pour un expert de l’entourloupe… D’ailleurs, merci. Merci pour ce premier paragraphe et cette vision particulière de la Loi et de la Propriété qui est celle de ton personnage (et cet humouuuuur). J’ai été enchantée de lire pareille interprétation, ça faisait du bien ! Dommage que cet état d’esprit n’ait pas été aussi marqué par la suite (même s’il y avait quelques piqûres de rappel éparses).
Y a peut-être quelques bévues à rectifier au niveau de la concordance des temps et des passages en gras, mais je chipote.
Hé, pour en revenir au mensonge, Charançon y apparaît tout de même comme un sacré inconscient ! Le type part à l’aventure quasiment à l’aveuglette sans avoir cherché à comprendre, au préalable, l’énigme qu’il a en sa possession.
Au fait, comment ton Xélor a-t-il mis la main sur une invitation ? Bref, je serais curieuse de lire le récit d’une autre des mésaventures de ton personnage et de sa chachyène Félyne ! wink
 
 

  Eyatiz

 Oh, pitié, pas le coup éculé de la silhouette mystérieuse à l’aura nimbée de myst… Hé, ben si. Bon ben… Poncifs, nous voici !
Alors, certes, il y a une majesté indéniable qui se détache de ton personnage et de la description de ses actions, c’est bien, c’est gracieux, c’est traînant, mais pourquoi partir dans la démesure en utilisant tous les superlatifs ?
« Swoooooooch » ! Shebam ! Plop ! Wiiiiizz ! Pif ! Badabadabada ! Et s’il n’y avait que ça, cela pourrait donner un effet comique au tout, mais non… Non : il faut absolument que le thème principal de l’histoire soit jeté aux orties pour que tu imposes, via ton personnage, quelque chose de bien plus « important ».
On embraye sur l’utilisation (pourtant notoirement proscrite) des personnages officiels, le Monde des Douze qui ne s’appellerait plus ainsi (sauf que si, jusqu’à preuve du contraire)… Sérieusement ? Pourquoi ? Pourquoi chercher à s’affranchir totalement du cadre de ces Récits d’Invention ? Pour faire dévier les récits suivants ? Essayais-tu de modifier le cours des choses en incitant les participants ultérieurs à chercher un moyen de contrer cette grande menace qui viendrait du Sud ?
J’ai l’impression que tu t’es trompé de topic (c’pas cool à écrire et encore moins à lire, j’en suis consciente).
Il était question de raconter l’histoire d’un objet déjà présent dans la collection de Charançon. Il était question de respecter l’histoire officielle du Krosmoz et de ses personnages. Il était question de respecter la contrainte du huis-clos.
Alors, oui, l’ensemble reste intéressant et j’espère de tout coeur que tu as pris du plaisir à le concevoir, même s’il relève davantage de la fanfiction. C’est grandiloquent, pompeux et tout ce que tu veux, y a des qualités d’écriture certaines, rassure-toi, mais je ne comprends absolument pas ce que tu as tenté de faire…
Accepterais-tu d’éclairer ma lanterne, s’il te plaît ? J’ai peur d’être totalement passé à côté de tes intentions et j’ai besoin de les comprendre…
 
 
Hahaha, un Bwooooork !
Ça change, c’est frais, vite-vite, lisons ! Oh, des Bworks sur Pandala ? Après tout, pourquoi pas. Leur bière est peut-être meilleure de ce côté-ci du Monde… Rien que d’imaginer un Bwork dire avec aplomb « il était très altruiste » suffit à mon bonheur… XD
Bon, par contre, le sang gob ne fait pas de miracles au niveau de la concordance des temps, j’imagine qu’il ne faut pas trop lui en demander !
Le coup de la Jeanne d’Arc revisitée est drôlatique, délicieusement timbré et aurait mérité d’être approfondi ! On la perd trop facilement de vue... La fin de l’histoire est très (trop) vite expédiée, c’est dommage ! En tout cas, merci et bravo pour cette très chouette et très originale idée ! *_*
   J’ai ri au « Moon-toi bien la nuque », mon cas est-il (si) désespéré ? sad
C’est tellement cynique, irrémédiablement et terriblement cyniiiiique ! Oh, et le personnage en est même conscient, c’que le monde est bien fait !
Gaffe aux anglicismes, hein ? Ça détonne un tantinet. Mais le reste, punaise… Le reeeeste ! On passe du cynisme pur au fantastique absolu (je m’emballe), tout est dosé, la gradation du mystérieux, la dégradation du souvenir « joyeux », l’inquiétude sourde, l’interrogation muette, la découverte, le chamboulement, c’est sacrément bien tourné et pensé, rôhlala ! Bravo !
Un bémol, cependant, pour le dernier paragraphe qui, à mon sens, verse trop dans le sentimental et empêche cette sensation effroyable de se prolonger… encore un peu. Respect !
0 0
Score : 1463

Yeaaaaah encore une tripotée de commentaires à lire ! C'est tout aussi plaisant à lire que les participations en elles-mêmes. En plus mes obligations IRL me libérant tout pile le 3 mai je devrai réellement pouvoir apporter les miens, de commentaires, à cette édition et ainsi reboucher le trou que j'ai moi-même creusé lors de l'édition précédente...


Allez, je profite rapidement d'un moment d'accalmie pour te répondre !


Bon, sur ce coup là j'ai tendu le pieu et j'ai (ré)affirmé ma vérytable nature. Ça n'a pas loupé, en plein dans le thorax. La dualité (aussi peu dissimulée soit-elle) dans un texte c'est ce qui me plait, et j'ai donc effectivement opté pour la grosse facilité. L'aspect "naif" de l'enfant, ou du (très) jeune adulte également - Quand j'avais cinq ans je m'ai tué m'a bien trop marqué pour me défaire facilement de cet univers.

Pourquoi ces rabâchages, ces ramachâges, ces ramachemaches ? Parce que je voulais participer sans trop de contraintes (initialement dans l'unique but de m'offrir une journée d'écriture, et non de révisions pour de doux partiels IRL). Et étant donné que je ne me suis attribué qu'une unique journée pour emballer le tout et le délivrer ici, en espérant qu'il n'y a pas trop de scotch à la réception, facilitée adorée fut toute désignée.
Du coup le grand ménage de la soute devra attendre une prochaine édition ! Reste qu'il y a certains registres où il ne faudra pas m'attendre - un texte (trop) sérieux (et qui se sait sérieux), à titre d'exemple.


En revanche s'il y a bien quelque chose que je me forcerai à caser à chacune de mes participations futures (s'il y en a .-.), c'est la mention d'un "Antonin". Faut pas me demander pourquoi, j'en ai strictement aucune idée. Mais comme j'arrête pas de le faire, beh pourquoi pas continuer...




Pour la suite, un peu en vrac, mais organisé en fonction de ton commentaire :


- Je vais prendre sous peu des leçons de cuisine en espérant que ça me soit bénéfique !

- François : <3. Je voulais de la déception, de la banalité : je l'ai, je suis content !


- "Aurais-tu pu redéfinir « faire du Soute » si tu avais pris ton temps ?".

Je ne peux que l'espérer en tout cas, mais ça ne sera pas à moi d'en juger - sauf si tu attends un jugement biaisé... ce que je sais très bien faire, hein !

Pour ajouter une dose de sérieux, mon récit ne devait initialement pas se dérouler tel qu'il l'est, mais ayant décidé de participer dans l'optique de gagner (et non plus, just for ze fun, parce que crotte : un Karne ! Un k-a-r-n-e, crotte !) j'ai dû arrondir les angles pour ne pas me flanquer de moi-même dans un hors-sujet.

Pour ce que ça vaut, ma participation aurait du évoluer de la manière suivante :

Antonin commence sa description/narration mais Aude s'exaspère de plus en plus car rien ne lui va, rien ne correspond à ce qu'ils avaient répété - elle le prend donc régulièrement en aparté pour essayer de rectifier le tir, et va jusqu'à lui couper la parole en public pour "sauver" la piètre participation de son petit-fils qui n'a plus l'occasion de parler. Toutefois la famille n'aurait pas été dupe et, couplé au fait qu'Aude affirme que M.Charaçon se prénommait François (ce qui, initialement, était une improvisation d'Aude) elle aurait été exclue directement de la course à l'héritage.



- "Aude a-t-elle contrefait une invitation pour s’introduire dans les murs ?"

Si je m'étais laissé plus de temps j'aurai posé plus clairement la question ici pour fixer ma réponse (j'en ai une à te donner, mais elle aurait pu varier en fonction de ce qu'on m'aurait répondu à ladite question).
J'ai pris le parti de me dire que sur le carton d'invitation figure explicitement l'objet de la collection de Charançon qui est lié au destinataire dudit carton. Mais comme je n'ai pas posé la question, beh j'en sais rien... et comme cela n'était pas catégoriquement précisé, l'inverse était tout autant possible.
Toujours est-il que, en partant de tout ça, Aude n'a pas contrefait d'invitation : elle l'a tout simplement emprunté à une de ses connaissances qui est soudainement tombée malade (mais ça.. les 2500 mots ne m'ont pas permis l'explicitation) et a donc usurpée l'identité de cette dernière.




Eniwaille, merci pour tes commentaires !
 

0 0
Score : 190

C'parti pour une deuxième salve !


 Argh, par pitié, relis-toi (et c'est valable pour tout le monde, hein)…
Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le au moins pour celles et ceux qui te lisent et qui sont éjectés de ton récit par les innombrables coquilles et autres fautes de français qui y abondent. Il en va de même pour la mise en page qui mériterait d’être plus aérée et en adéquation avec les parties narrées et dialoguées.
C’est regrettable, d’ailleurs, car tu réalises d’habiles allusions aux histoires qui ont précédé la tienne. T’as envie de raconter ton anecdote sur Charançon et ton personnage, ça se sent, c’est important, mais il (m’)est difficile de m’y plonger en raison d’un manque de relecture apparent… Utilises-tu un correcteur orthographique ? Il en existe plusieurs (gratuits, qui plus est) qui pourraient épurer une bonne partie de ce qui « plombe » ton récit. Récit qui, d’ailleurs, fait transparaître la richesse du thème de cette sixième édition des Récits d’Invention : c’coup-ci, on met le cap sur la frayeur et la plus célèbre des maisons hantées !
Peut-être aurait-il été intéressant de mettre en place une atmosphère encore plus angoissante que ce que tu as pu proposer en insistant sur les bruits, les sensations tactiles, bref, ces petits riens qui font d’une nuit sans lune le cauchemar de celui ou celle qui se lève de son lit pour aller boire un verre d’eau. J’espère, en tout cas, que participer à tes premiers RI t’aura plu et que l’on te recroisera (et te relira) bien vite !
 
  Hahaha, « travailler d’arrache-pied » chez Bowisse le cordonnier ! Excellent !
Très bonne idée que de lier les évènements en jeu à ton histoire, tu te sers à merveille de la Couwonne du Wa Dunow. Dans la même veine, il est intéressant de découvrir que tu utilises la maison dissimulée derrière l’atelier de Bowisse. Le tout témoigne d’une maîtrise certaine de l’univers dofusien !
L’histoire est sympatoche, c’est une chouette quête initiatique, avec un soupçon de doutes, un retournement final (bien amené) et un traitement de la déception ainsi que de la contrainte du huis-clos très intéressants : que faire lorsqu’on se rend compte (ou que l’on croit) ne pas avoir eu d’impact sur la vie de quelqu'un ? Comment tromper l’ennui, l’aigreur et tuer le temps en attendant la (dé)libération finale ?
Tu es parti(e) d’un postulat original, et tu as su mener ta barque à bon port, à deux mots près de la limite imposée, félicitations ! wink

 
 L’illu’ est chic.
Quoi ? ‘faut que je continue ? Rôh…
Ben, même en plaidant la licence poétique, j’ai du mal à me faire au massacre du passé simple aux premières personnes du singulier et du pluriel. Tout cela a le don de me hérisser le poil et de me faire grincer des dents… Quand même, oh, un effort serait le bienvenu ! Surtout que tu me donnes l’impression d’avoir pris ton pied à proposer cette petite balade (à la limite de la ballade) chocolatée, alors t’imagines si, en plus de ta proposition en rimes, tu avais pris le soin de fignoler le tout ? Rôhlala, ça t’aurait sans doute coûté quelques relectures, quelques instants supplémentaires, mais le résultat aurait été encore plus satisfaisant !
Ça me donne envie de découvrir ce dont tu es capable sans pression ni urgence, tiens…
L’illu’ est de toi, au fait ? smile

 
 Le coup du chaton se faisant couper l’herbe (à chacha) sous le pied est sympa comme tout. Dommage que les clins d’oeil aux autres participations soient aussi appuyés et prennent autant le pas – en arrivant avec leurs gros souliers – sur ta proposition : au bout d’un moment, le Boufbowl, ça lasse…
Ce qui est bienvenu, en revanche, c’est ton objet, son nom et son pouvoir ! L’ «Amour du Verbe », rien que ça ! C’est évocateur, ça laisse pantois et c’est totalement dans la veine de ce concours de récits et d’anecdotes.
Bon, je ne compte pas des alexandrins dans chaque vers, mais je manque peut-être (sans doute ?) de pratique en la matière… On mettra ça sur le compte de la nature timorée de Kucci (et de la difficulté d’un tel exercice), hein ? Il peut avoir l’amour du verbe tout en n’ayant que peu de vocabulaire… Quoique. Il parvient tout de même à caser un « coercitifs », le bougre !
La référence à deux personnages externes en fera sourire certains tant elle est inattendue et plaisante ! Il semblerait que ce Kucci ait une histoire plus riche que ce que sa prestation laisse supposer de prime abord...
 C’est une très bonne chose d’avoir commencé ton récit par une contextualisation. Le fait de savoir ce qu’a vécu ton personnage – et comment il l’a vécu – avant d’arriver dans l’étude notariale est d’un intérêt indéniable tant il lui fait gagner en personnalité et en profondeur. Il a une histoire avant même de commencer à raconter celle qui le liait à Charançon.
La pseudo-morale sur « le voyage qui importe plus que la destination », en revanche, attentait un peu à l’originalité de ton récit, tant pis !
Merci pour l’arrangement à la sauce DOFUS d’expressions populaires (« copains comme Don Dorgan ») qui étaient du plus bel effet et s’inséraient naturellement dans le fil narratif. Oh et, autre passage sacrément agréable et malin, bravo pour les pérégrinations tout juste évoquées, mais pourtant follement évocatrices. C’était très bien mené, bien joué !
L’affrontement final, en revanche, a un brin pâti de la force des sous-entendus qui l’avaient précédé : certes, la référence à Picsou était toujours là, mais globalement moins adaptée à l’univers dofusien.
Du coup, l’ensemble s’achève sur une note douce-amère : retour de la morale de comptoir et fin subite bien que la pirouette ultime sur l’authenticité du Sou Fétiche soit tout à fait agréable tant elle était inattendue ! As-tu d’autres idées d’histoires à raconter, pour notre plus grand plaisir ? ohmy
  
 Aaaah, tu as réussi à ne pas dépasser la sacro-sainte limite des 2500 mots ! Comment le vis-tu ? Ça va ? ^^
Petit sourire lors de la lecture de la présentation de ton grand Iop. Sacré Henri qui voudrait bien réussir sa vie, tiens… Lorsqu’il a précisé qu’il ne souhaitait pas se plier au même exercice que les autres, j’ai soupiré en roulant des yeux, mais la fin m’a agréablement rassurée !
La digression sur la cérémonie de l’initiation, la foi, avait tout pour me faire peur. Pas tant au niveau de son traitement, non, ça, c’était très bien géré (bravo, d’ailleurs), mais davantage parce que ça n’avait plus rien à voir avec le thème de ces récits d’Invention.
Certes, le fait d’en apprendre plus sur le comportement de Charançon, sa manie de « collectionner » les êtres et les objets (très-très bon, ça) était des plus pertinents, mais avoir à se farcir les questionnements métaphysiques d’un gus un peu gâteux sur les bords, pffff ! Seulement...
Seulement, la sauce a pris.
La nostalgie, la ténacité et l’émotion du vieux ont fait mouche. Seul contre tous, lâché par les siens, – même par ce gredin de Charançon – il aura tenu bon, contre vents et marées.
La première apparition de la référence filée au Trésor de la Licorne m’a fait sourire (encore une fois) et j’te raconte pas la façon dont le sourire en question s’est élargi lorsque le p’tit message a été retrouvé dans le mât !
Le doute lorsque les parents du défunt invitent Henri à fouiller dans le bric à brac, le pincement au coeur quand tu as précisé que la maquette avait été « laborieusement réparée », le grognement déçu – et paradoxalement réjoui – pendant la lecture du message arrivé trop tard… Quelques montagnes russes émotionnelles dont je suis sortie indemne, certes, mais un peu s’couée.
Et puis il y a cette estocade finale : « Ses yeux sont emplis de larmes. »
SANS BLAGUE ?
Il pleure ?
OH !
Ben dis donc ! Que c’est étonnant !
Il ne manquait que le meme internet « Lie down. Try not to cry. Cry a lot. » pour parfaire le tout. J’étais pas v’nue ici pour souffrir à la base, moi, ok ?
Allez, sans rancune, et (surtout) merci pour cette parenthèse pétrie d’émotion ! laugh
 
 
 
follvache

 « Lorsqu’elle s’autorisait à ressentir des émotions », waaaah ! Le paroxysme de la badassitude et de la tristesse… O_o
Ah, pardon, ça colle hyper bien avec la suite et l’histoire du personnage, mea maxima culpa !
Bon, par contre, un « chacha » à la place du « chat » aurait été d’un meilleur effet. Idem pour le mois d’avril au lieu du mois d’aperirel. Quelques détails qui nous éloignent de l’univers dofusien (voilà que tu transformes notre Otomaï alchimiste en un otomail inconnu), en dépit des efforts réalisés pour nous y plonger.
Y aurait peut-être eu moyen de rendre tes journées de 24 heures et tes heures de 60 minutes un peu plus… Comment dire ? Un peu moins plates ? Moins évidentes ?
Bref, on saute d’anecdote en anecdote sans s’intéresser au principal, et c’est un peu dommage : disons qu’on met un temps certain avant d’entrer dans le vif du sujet.
La thématique de l’aide-mémoire géant est, en revanche, bigrement intéressante et apporte une autre vision du personnage de Charançon, c’est une très bonne idée !
Le fait que tu évoques une psychine démontre également une bonne connaissance des quêtes d’alignement, chapeau !
Peux-tu, cependant, m’expliquer pourquoi Letharha désirait si ardemment qu’Igaro prenne un objet ? Ce même Igaro possède une chevelure semblable à celle la disciple de Féca évoquée en début de récit, mais quel est l’intérêt de cette précision ? En quoi sert-elle ton histoire ?
En définitive, il subsiste beaucoup d’interrogations demeurées sans réponses et un thème somme toute peu traité qui me laissent une impression de récit inachevé…
C’est dommage, parce que je suis persuadée que tu aurais eu des choses à raconter en plus. D’autant qu’il te restait encore près de 600 mots pour t’exprimer ! ohmy
0 0
Score : 93

Je répondais à ton précédent message pendant que tu écrivais cette deuxième salve je suis donc heureux que mon histoire t'ai plu. Il est vrai que la morale sur l'aventure est un peu téléphonée et aurait mérité d'être amenée avec plus de subtilité ou simplement suggéré (je m'en suis rendu compte le lendemain ). Même si je trouve que les apologues conviennent parfaitement à ce type de format.
Pour ce qui est du combat final, je me suis posé la question de le développer avec tous les détails qu'il aurait mérité, mais je dois malheureusement avouer que le format de 2500 mots m'a effrayé et que me connaissant, j'aurais alors dépassé le nombre imposé. C'est pourquoi j'ai utilisé cette petite pirouette du rappel des règles et du caractère "tout public" des RI pour me sortir d'affaire.
Je réitérerai l'expérience avec plaisir et ce, même sans récompense à la clef (même si je dois avouer que le Karne est réellement séduisant). Recevoir des retours constructifs sur son travail est toujours plaisant et intéressant, si Ankama organise une autre édition ou des événements s'en approchant, il y a de grandes chances que mon pseudo apparaisse de nouveau .
 

2 0
Score : 6357

Ca y est : c'est posté ! smile

C'est ma deuxième participation. La dernière fois je suis tombé dessus par hasard, grâce à la "publicité" faite par Ankama et, comme ça m'a bien plu, j'avais envie de recommencer (surtout que la dernière fois je ne maîtrisais pas complètement le principe du concours...).

Ce coup ci j'espère m'en être mieux sorti, mais je n'en suis pas sûr (les membres de la famille de François sont tout de même très exigeants !) wink

En tous cas, je vous avoue y avoir passé BEAAUUUUCOUP trop de temps ! laugh

Plus sérieusement, je pense que maloranran a raison : ce genre de "production" devrait pouvoir se faire en une journée. Mais, là, je n'avais pas prévu d'y consacrer une journée entière et, quand j'ai repris mon texte, Monsieur Charançon s'appelait François... huh

"Qu'à cela ne tienne !" Me suis-je dit. "Ce n'est pas grave : poursuivons." Sauf que mon idée ne me plaisait pas trop : rien de vraiment original... Alors, j'ai hésité avant de mettre la rédaction de la suite au lendemain.

Mais, entre temps, François (qui était jusqu'alors un Enutrof) est devenu un Ecaflip ! :unsure:
J'ai donc dû corriger une partie de mon texte et, après m'être relu (forcément), j'ai eu une nouvelle idée et.., ensuite je me suis relu et, ensuite... :wacko:

Bref, une journée de rédaction c'est bien ! tongue

Enfin (pour tout vous avouer), j'y ai encore passé un temps fou uniquement pour poster mon histoire sur le site, parce qu'après avoir fait un copier/coller, une grande partie des espaces ont disparus : je me suis retrouvé avec plein de mots collés les uns aux autres. Donc, il m'a fallu tout relire (à plusieurs reprises), en espérant avoir tout corrigé..? sad

Mais, malgré tout, je me suis bien amusé et il normal que je cafouille encore un peu : ce n'est que ma deuxième participation... La prochaine fois je ferai encore mieux ! biggrin

0 0
Score : 6572

Ça n'en finit pluuuus ! Hahaha, continueeeeez ! Continuez d'écriiiiiire (ou de raconter, selon votre envie)... wub


Ooooh, le retour de Fantomine !
Une Fantomine qui a bien changé depuis sa dernière aventure narrée, tant au niveau de son comportement que de son accoutrement… O_o
La thématique de la « collègue de travail » intrigue autant qu’elle change du cortège d’amis éplorés. La bisbille éternelle entre les adeptes d’Ecaflip et les adorateurs de Sram est astucieusement évoquée. Je regrette un peu et – en même temps – pas trop que le serment magique n’ait pas été davantage développé tant il est central dans cette aventure (: sans lui, pas d’accord et, sans accord, pas d’histoire => pas d'histoire, pas d'palais et, pas d'palais... pas d'palais).
Gaffe, au fait, tu parles de Renardos au lieu de RenarBos ! À moins que la faune de la bibliothèque du maître Corbac n’ait une fois de plus évolué, il y a ici une coquille qui fera tiquer les toqués de l’univers dofusien. Les autres ne devraient pas voir leur lecture chamboulée pour autant !
On frôle les limites du permissif en c’qui concerne l’intervention du Maître des lieux et sa prise de parole. Néanmoins, c’est une bonne chose que tu te sois abstenu(e) d’écrire qu’il avait été occis par ton succube fait Sram.
Le traitement du combat qui est le tien me laisse un goût d’inachevé en ce sens où il est relativement « descriptif »… Comment expliquer cela ? Ah, je sais ! Tu décris les actions « bêtes et méchantes » de l’affrontement contre le Maître Corbac sans pour autant t’approprier et revisiter, à ta sauce, les mécaniques de jeu de manière plus subtile. Y a guère que la « Brume » qui soit un peu de ce calibre, et encore : j’ai mis un instant avant de comprendre que c’était sans doute une appellation du sortilège d’invisibilité…
Ouais, voilà, c’est ça : lorsque je lisais tes descriptions de combats et de sortilèges, je ne me disais pas « wah, ouiiii, c’est pas bête d’avoir songé à décrire et parler de tel sort ainsi ou de tel mouvement comme ça, bien vuuuu » ! Est-ce plus parlant ainsi ?
La plume se conserve mieux qu’un Clakoss bien coulant, j’imagine, aussi le choix de François Charançon se justifie-t-il aisément.
Mieux encore, le fait que Fantomine ne puisse plus voir de plume noire sans se remémorer son escapade bibliophile est une précision extrêmement appréciable qui enrichit considérablement le passif de ton personnage (son background, pour verser dans l’anglicisme).
La possible mystification liée à l’éventuel larcin du précieux œuf aurifère ne sert pas spéééécialement le récit, tout au plus peut-on y voir un clin d’oeil appuyé à l’un des participants précédents mâtiné d’une petite lourdeur sur les stéréotypes liés aux adeptes de l’Ombre au Tableau. Ça ne casse pas trois pattes à un Koinkoin, c’est mignon, mais pas indispensable. Allez, si, disons que ça tend une perche aux participants suivants et, ça, c'est toujours bon à prendre ! rolleyes


  
Aïe-aïe-aïe ! Tu as été victime du bug qui fait disparaître tout ce qui se trouve entre deux signes « inférieur » et « supérieur »…
Cela étant, tu sembles aussi avoir souffert d’une relecture ou d’une utilisation peu scrupuleuse des correcteurs orthographiques gratuits qui pullulent sur le net. Je te garantis que si tu parvenais à faire sauter bon nombre d’erreurs et autres coquilles de ton histoire, celle-ci deviendrait bien plus immersive et attractive ! D’autant plus que tu as eu le courage de te lancer, et les Douze savent qu’il en faut – du courage – pour une première participation.
Les références à Kaamelott sont bienvenues et prêtent à sourire.
Dommage, cependant, que tu n’aies pas tenu compte d’une participation précédente déjà relative à l’acquisition de la Karne par Charançon. L’un de vos deux personnages serait donc un menteur ? Ciel ! :blink:
D’ailleurs, il en va de même pour ta transformation de Charançon, un Ecaflip, en un Osamodas. D’où l’importance de tenir compte de ce qui s’écrit avant ton intervention…
« Ouiiiii, mais y a beaucoup (trop) de choses à liiiiiire ! »
Premier arrivé, premier servi, ai-je envie de te dire… La cohérence d’un ensemble et d'une participation est à ce prix ! ^^
Pour finir, et ce n’est pas la première fois que je l’écris, sache que l’utilisation des personnages officiels (le Dark Vlad, au hasard) est exclusivement réservée à Ankama et ses employés, et interdite pour  le reste du monde (dont les participants de ce concours) : c’était précisé dans les consignes de ces sixièmes Récits d’Invention, peut-être l’as-tu oublié ? ohmy
Quoi qu’il en soit, merci à toi pour avoir osé partager une histoire, j’espère que tu récidiveras en tenant compte (tant qu’à faire) des remarques précédentes ! smile
0 0
Score : 6357

Non, Fantomine n'a pas changé : elle est toujours habillée en rose, mais elle est plus chaudement vêtue en plein hiver, surtout quand il neige... (D'ailleurs, la dernière fois, n'est-ce pas toi qui m'as demandé si c'était du rouge, qui aurait éclairci au fil des années ?). sleep
Quand à son comportement, il est vrai qu'il peut varier en fonction des enjeux et j'avoue qu'elle était peut être moins motivée par la bague que lui proposait la vieille chasseresse, Diane... tongue

Le combat, par contre : oui... J'avoue... :wacko:
D'ailleurs, j'étais sûr que tu allais m'en faire le reproche et c'est la raison pour laquelle j'a dit que je ferais mieux a prochaine fois (si j'y arrive) : j'ai bien conscience d'avoir encore une bonne marge de progression ! laugh

Plus sérieusement, je reconnais que je n'étais pas inspiré et, comme j'y avais déjà consacré pas mal de temps, j'ai eu la flemme de tout reprendre (pardon, pour ma fainéantise). sad
La difficulté "technique" consiste (pour moi) tout à la fois à décrire une scène de combat (ce n'est pas évident), mais aussi à m'éloigner du Jeu pour rédiger quelque chose qui se rapprocherait plus de ce que pourrait être la réalité (si ce n'était pas un univers imaginaire, bien sûr...). Cela rejoint tes remarques justifiées sur le Maître Corbac : j'ai dû mal à intégrer que nos expériences de Jeu ne sont pas transposables dans un récit de ce genre... :unsure:

Et, bien sûr, ces difficultés font partie de l'intérêt de ce concours, au même titre que le plaisir de lire, d'écrire et de partager. biggrin

Merci pour ton retour, Paglopglop !

0 0
Score : 6357

Je n'ai pas fait de commentaires sur les récits des uns et des autres depuis que Paglopglop a "pris la relève" (si je puis dire) avec beaucoup plus de talent que je n'en ai pour la critique, les pauvres observations que j'aurais pu vous faire étant beaucoup moins intéressantes en comparaison (et de loin !).

Mais, là, je dois dire que la morale de cette dernière histoire (qui se présentait, au départ, comme une bonne tentative de "rattrapage" des évènements du récit précédent, qui ont conduit à ce que tous les participants soient, ni plus ni moins, enfumés par des fées d'artifices...), cette histoire racontée par un muet, que seul un sourd a pu entendre (c'est logique) et se terminant par, je cite :

"(Morale de l'histoire, que ce soit le tabwak ou le l'eucalyptus, fumer tue)"

Là... et bien... ça me laisse sans voix ! tongue

0 0
Score : 6572

Ne te prive pas et, surtout, ne NOUS prive pas de tes remarques ! Ce n'est pas un concours dans le concours et la multiplication des avis ne pourra être qu'appréciée... happy

0 0
Score : 6572

La fin approche, haut les coeurs ! wink

 
Quelle patte ! Quel pied ! Rôhlala… wub
La présentation de Vasgor, sa description, son passé, le tout mêlant gravité et humour, miam !
Ces atouts contrebalancés par un mutisme relativement problématique… Et, surtout, un traitement du handicap constant : tu ne l’as pas rendu muet pour la forme, mais es régulièrement revenu(e) dessus par petites touches plus ou moins discrètes... Et si seulement il ne s’agissait que d’une entrée en matière retombant comme un soufflé, mais même pas : rebelote avec ton adepte d’Eniripsa !
Y a du vocabulaire, du fond, du fond, du fond. C’est construit, charpenté, c’que tu veux : c’est riche et finement ciselé (tant et si bien que le tout est quasiment exempt de fautes) !
J’ai jubilé intérieurement à la lecture de ton « si les mots manquaient à l'Ouginak, au moins l'Eniripsette avait-elle du flair »… L’art du contre-pied, le sens de la formule, pfou, c’est d’la bonne ! Tu as intégré certains points du background officiel à ton récit, certains connus, d’autres bien moins, et cela témoigne, comme pour d’autres, d’une maîtrise apparente du sujet (coucou Kalisthe).
Que de compliments, hein ? Mérités, mérités, mais…
Raté, hoquet, stupéfaction, voilà que tu projetais, par la narration de Calliope, de contourner – toi z’aussi – la contrainte du huis-clos.
Une fois les tremblements, la stupeur et la déception passés, ton plan se révéla dans toute sa fourberie.
Là encore, le tout était habilement pensé (et susciterait l’intérêt d’une Main de ma connaissance),  se tenait, mais…
Mais, punaise, pourquoi s’échiner à vouloir à tout prix s’affranchir des seules et rares consignes données ?
Bon, revenons-en au contenu. Blablabla, l’après-midi défile, Calliope entre en scène et tu la fais soi-disant apprentie d’un PNJ (on n’en a aucune certitude réelle, donc ça passe crème : y a pas d’manipulation du background officiel).
Par contre, que personne ne tique lorsqu’elle approche la FÉE D’ARTIFICE de la bougie, c’est un peu gros. Tu m’diras, tout s’passe vite, etc.
Vasgor a quand même été sacrément rapide pour arriver, depuis le fond de la salle, jusque sur la scène pour se colleter avec les malabars.
D’ailleurs, quelle est ton idée du fonctionnement de l’invocation de Roquet (pour un muet, s’entend) ?
Bref, c’passage-ci, j’n’étais plus des masses conquise tant tout partait à vau-l’eau, mais… Mais, là encore, retournement de situation !
Et des plus bienvenus !
Super, tes deux personnages ne quitteraient pas la salle et seraient faits prisonniers, leur tentative échouerait, les pierres subtilisées seraient restituées et la cérémonie s’achèverait avec la remise de tes brigands aux autorités !
Du moins le pensais-je, parce que ç’aurait été follement enthousiasmant de te lire sacrifier tes deux personnages.
Mais non.
Non, il a fallu persister et signer en mode « j’fais c’que j’veux, et toc, les règles c'pour les clampins sans cran » pour voir tes gus se décomposer en millions de particules de souffrance.
Ouiiii, c’est très bien écrit...
Ceeeeertes, c’est jouissif à lire...
La forme, c’est tip-top, rien à r'dire ! Le fond, lui…
Le fond, lui, envoie totalement bouler les consignes du huis-clos et de la préservation des « reliques de Charançon ».
Non seulement tes personnages se carapatent, mais en plus ils le font en mettant la main sur des objets.
Ça, c’est ce qui me reste en travers de la gorge et doublement, qui pis est, tellement ça me donne une impression de « gâchis ».
Clairement, j’ai bu du petit-lait tout du long, je me suis régalée, mais le plaisir a été terni par cette bravade… C’dommage, j’m’en remettrai, hein, y a pas mort d’lectorat. C’est juste que… C’est dommage, ouais : j’t’en veux, na. sad
Au fait, comment expliquerais-tu l’éventuel gain d’un Anneau Dyssée, sachant que les trois exemplaires de ce bijou ne se trouvaient pas à proximité du coffre contenant les joyaux dont Calliope est allée s’emparer ? huh

 
Eh bien ! Il y a presque autant d’imposteurs que de véritables connaissances du défunt, dans cette salle ! ^^
C’est une histoire courte que tu proposes ici (il paraît que ce sont les meilleures) et il faut reconnaître qu’elle entre tout à fait dans le cadre.
Y a une rencontre avec Charançon, un objet prétendument lié à cette rencontre (et assez surprenant dans sa présentation, qui plus est) ainsi qu'une narratrice avec un brin de personnalité.
As-tu, à ce sujet, consulté les participations précédentes avant d’écrire la tienne ? Je te pose cette question, car elle ressemble beaucoup à une autre et en souffre un peu au niveau de son originalité. Autre question (soyons fous) : as-tu pris le temps de te relire afin d‘éliminer d’éventuelles coquilles ?
Le texte étant très court, cela vaudrait la peine de te pencher dessus et de le passer au crible.
En définitive, ton récit m’a fait l’effet d’une mise en abyme du style « Bon, j’aimerais bien participer aux Récits d’Invention, mais je ne sais pas trop quoi raconter… Hé, je n’ai qu’à raconter l’histoire d’un personnage qui ne sait pas quoi raconter non plus et qui aura donc une bonne raison de rester aussi vague qu’évasif ! »
Peut-être seras-tu plus inspiré(e) la prochaine fois ? Je ne peux que l'espérer et, en tout cas, suis bien contente que tu aies osé sauter le pas ! wink


   
Ne serait-ce pas plutôt un barreau de chaise qui a été fumé ? Blague à part, c'était quand même rigolo... ^^
En l’état, j’aurai cependant bien du mal à formuler quelque critique que ce soit tant je reste sur ma faim... Toutes mes confuses ! :unsure:
0 0
Score : 96

Merci pour ton retour, je suis content que mon histoire ait plu.
Quelques mots concernant l'"action" proprement dite : je n'imaginais pas que les malabars officiaient directement sur la scène, mais plutôt sur les côtés. Vasgor aurait bondi sur le plus proche, et invoqué un roquet pour gêner le plus éloigné ; s'ils avaient été proche de la scène, ils seraient intervenu directement au lieu de pousser un cri d'avertissement. D'ailleurs, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de faire usage de la parole pour lancer des sorts dans le monde des Douze, à l'exception des Mots d'Eniripsa (de mémoire, il n'y a pas de formules "articulées" dans les bruitages de sorts, plutôt des ricanements ou des grognements). J'imaginais une incantation à la Fullmetal Alchemist : une formule pré-écrite, une activation gestuelle, quelque chose dans ce goût là.

Concernant le non-respect de la contrainte d'unité de lieu, je plaide coupable. Il semblerait que j'ai pris un peu trop de latitude avec le paragraphe des règles sur l'interprétation du thème. Je n'en étais d'ailleurs pas très satisfait moi-même, c'est pour cette raison que j'ai essayé de minimiser l'impact sur les autres participations : les évènements ont lieu vers la fin de la journée, les objets dérobés ont une valeur pécuniaire uniquement...

Sur ton dernier point, à propos de l'attribution de l'Anneau Dyssée, si c'était moi qui racontait je pourrais le faire de deux manières :
- Pris de panique à l'idée que son rôle dans le cambriolage avorté soit ébruité, Maître Tage s'arrange pour subtiliser l'objet, et l'échange contre le silence de Calliope (celui de Vasgor étant offert en prime)
- Le casse dans la chambre forte du même Maître Tage révèle que ce dernier a l'intention, par un montage légal douteux utilisant l'hermétisme du Droit Koalak, de s'abroger une partie substantielle de l'héritage. N'étant pas dénoués de cœur, les comparses se livrent et dénoncent la machination, afin que les souvenirs de Charançon reviennent à qui de droit. La famille reconnaissante leur remet le dernier anneau.

Finalement, je me rends compte que cette remarque est symptomatique d'une erreur plus grave de ma part : mon histoire s'adressait au lecteur, et pas du tout au jury. Je serai plus attentif une prochaine fois.

0 0
Score : 742

Et voilà, j'ai décidé de sauter le pas et participer à mon tour! J'espère que ce que je vous propose vous plaira, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas sorti ma plume!
J'essayerai d'intégrer quelques illustrations si j'arrive à mes fins ig. En attendant, je vous souhaite une bonne lecture et bonne chance à tous!

0 0
Score : 6357

Très belle histoire ! J'ai beaucoup aimé le début (avant que Seylah ne commence à raconter son aventure).

C'est dommage, par contre, que tu te sois (toi aussi) servi des potions de Rappel pour écourter la fin de ladite aventure. C'est pratique, certes (j'ai fait pareil, après tout... wink), mais j'ai peur que cet usage immodéré de la potion de Rappel devienne lassant pour le lecteur (et cela semble vraiment trop facile de se sortir de toutes les situations périlleuses possibles...).

Il faudra que je trouve mieux (pour ça aussi) la prochaine fois ! :unsure:

0 0
Réagir à ce sujet