En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT

Ce week-end, nos deux agents du bureau des F. B. A. n’allaient pas travailler. Leur supérieur devait convaincre de plus hautes autorités que son équipe œuvrait jour et nuit pour résoudre le « Mystère des Zaaps » et que non, ce n’étaient pas eux qui avaient suggéré ce titre à la presse ! Peu enclin à l’oisiveté, Foux ne put s’empêcher de rendre visite à Nada

Résidence de Nada Skelett

Montagne des Koalaks

10 h 54

Au pied de la montagne se dessinait une prairie verdoyante qui offrait d’augustes pâturages aux élevages de dragodindes. Quelques arbres siégeaient çà et là, hors du temps, leurs larges feuilles oscillantes exposées pour capter toute la lumière du soleil. Un attelage tiré par deux bêtes avançait sans bruit dans cette immensité. Il s’arrêta devant une charmante bicoque en pierre. Sur le même terrain, on pouvait observer une grange. Un aventurier couvert de bandelettes descendit de la voiture, salua le charretier et se dirigea directement vers le fenil.

À l’intérieur, une dragodinde à la robe sombre se laissait brosser par sa maîtresse en picorant des graines.

« Je t’ai déjà vue marcher dans la gadoue, mais jamais avec de si jolies bottes ! »

L’agent Skelett était méconnaissable : elle avait attaché ses cheveux en chignon, portait une salopette gris foncé, des gants de travaux et des bottes de marin. Autour d’elle, des enclos permettaient à des dragodindes de se reposer sur la paille.

« Bonjour Mystheur ! »

Le Xélor nota les inscriptions sur le croupion de la monture :

« Apparemment, tu n’as toujours pas réussi à effacer le p’tit souvenir que nous a laissé Prad Jackel

  • Non… confirma Nada en plongeant sa brosse dans un seau d’eau et de mousse. Mais… (elle la ressortit et l’écrasa sur le postérieur de la bête, qui sursauta) j’y arriverai ! »

La Sram recouvrit les inscriptions de cercles mousseux, provoquant, après la surprise, un certain bien-être chez la dragodinde.

« Eh bien ! Je ne m’attendais pas à un tel spectacle !

  • Lequel ?
  • Toi ! Habillée de cette façon, toute mouillée, en train… d’étaler de la mousse… sur le croupion de ta… monture… » énuméra Foux, qui baissa la voix au fur et à mesure qu’il prenait conscience de ce qu’il disait, totalement impuissant quant à sa lente descente dans des sables mouvants de sous-entendus…

Nada le toisa d’un air perplexe et amusé. Les bandelettes de Foux cachaient peut-être ses rougeurs, mais rien ne pouvait dissimuler sa gêne :

« Je… Tu veux un coup de main ?

  • Non, merci, Mystheur, fit-elle avant de digresser. Que disaient-elles déjà ? »

L’agent Mystheur, pas sûr de comprendre, haussa les épaules. Alors elle attrapa son seau et le vida sur la croupe de la dragodinde, qui glouglouta avec véhémence, puis déchiffra :

« ENIXON-OTORP… SUOV-ZEIFEM… Ah oui ! “Méfiez-vous”

  • “Proto-noxine”
  • Tu as une idée de ce que ça peut bien être ?
  • Nope ! »

 

Ils passèrent le reste de la journée à parler de tout, sauf de l’enquête. C’était la première fois qu’ils passaient autant de temps libre ensemble. Nada raconta à Foux comment elle avait passé une grande partie de son enfance au village des Brigandins avec ses parents ; comment elle y avait appris tout ce qu’une Sram était censée savoir avant de grandir et de faire ses propres choix. Très vite, elle avait su. Sa ruse, elle allait l’utiliser pour faire « le Bien ». Ce n’était pas répandu chez les Srams et les Roublards ! Mais les parents de Nada la comprirent et ce fut en grande partie pour leur fille qu’ils déménagèrent et vécurent dans un milieu plus rural et plus proche de la nature.

« Finalement, Nada… au fond de toi… il y a de la graine de Sadida !

  • Là d’où je viens Mystheur, on en tue pour moins que ça… »

 

*****

Foux avait raté la diligence du soir qui aurait pu le ramener chez lui, aussi, il resta dormir chez Nada. Dans son lit, les yeux au plafond, le Xélor pensait à cette journée. Skinair leur avait prescrit de « se mettre au vert un petit moment » : c’était la première fois qu’ils avaient suivi ses recommandations au pied de la lettre ! Cette pensée le fit sourire et il ferma les yeux. Il s’endormit presque aussitôt.

 

Un bourdonnement.

Des ailes qui battaient à grande vitesse. Un insecte ? En tout cas, le résultat était aussi désagréable qu’un moskito qui vous réveille dans votre sommeil en exerçant des ronds devant votre oreille. Dans cette situation, il vous arrive de tenter le coup et de vous frapper l’esgourde : avec de la chance, vous parvenez à écraser la bestiole d’un seul coup avec la précision d’un maître du pandawushu et vous n’avez pas à vous lever !

Mais là, Foux ne parvenait pas à bouger le petit doigt. Il était paralysé. Étrangement, son corps n’était pas lourd comme de la pierre, mais lui paraissait d’une incroyable légèreté. Il avait l’impression de voler. La sensation d’apesanteur était agréable et le bourdonnement s’estompa au moment où une lueur bleutée envahit la pièce. Le Xélor parvint avec effort à entrouvrir un œil. La lumière semblait venir de la fenêtre de sa chambre. Une ombre se dessinait : l’insecte de forme ovale planait sur place. Il se plaçait comme un vecteur entre la lueur bleutée et l’agent Mystheur, qui se rendit compte qu’effectivement, il lévitait, et qu’à présent, il se mouvait. Il sembla alors au Xélor que l’espace était littéralement sens dessus dessous : la pièce avait basculé, la fenêtre lui paraissait sous ses pieds et la porte de la chambre, l’issue, se trouvait maintenant au-dessus de sa tête. Il avait la sensation d’être sous l’eau et de voir la surface s’éloigner petit à petit, au fur et à mesure qu’il rejoignait les abysses. Le corps de Foux passa devant l’insecte mécanique et il le reconnut : c’était la Proto-Noxine. Il ne l’avait pas deviné. Il l’avait comme entendu lorsqu’elle flotta devant ses yeux. Sous ses pieds, la fenêtre avait disparu. C’était un Zaap. Une silhouette masculine aux longs cheveux blonds l’y attendait. Elle s’adressa soudainement à lui :

« Je te rencontre enfin. »
 

La sensation de flottement et de lente descente vers les profondeurs se renforça encore à ce moment, car la voix de la silhouette semblait étouffée. Comme un cri dans l’eau.

« Je t’observe depuis quelque temps grâce à mon prototype. Il a récolté de précieuses informations. Sur toi. Le vieux hibou. Ton amie... Tu vas peut-être m’aider à comprendre, Foux. »

Foux décocha un sourire. Lui et Nada cherchaient des réponses depuis des semaines et quand, enfin, il s’approchait au plus près du mystère, c’était à lui qu’on demandait des explications ! Garder les yeux ouverts lui requérait un effort considérable. Il allait devoir capituler. Il eut tout juste le temps d’apercevoir la porte de la chambre s’ouvrir et une main tendue à la surface, sans doute Nada. Loin. Si loin.

« On va passer un peu de temps ensemble, petit Xélor malicieux, ha ha ha ! »

À suivre…

Si vous souhaitez vous aussi mener l’enquête à propos de ce personnage, retrouvez-le dans :

  • DOFUS MMORPG : la quête d’Eliocalypse : Résonance
  • WAKFU, la série – saison 1
  • WAKFU, la série – Noximilien l’Horloger (épisode spécial/OAV)
  • Et plus encore

 

Découvrez la mise à jour Eliocalypse : Résonance maintenant dans DOFUS !