En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT

Cela faisait maintenant une semaine. Une semaine que l’agent Mystheur avait disparu, « enlevé » sous les yeux de l’agent Skelett. Les anomalies temporelles continuaient de faire les choux gras de la presse, qui avait remarqué l’absence du binôme de la Sram et l’interrogeait sans succès à ce propos. Mais que fait le bureau des F. B. A. ?

Siège du bureau des Faits Bizarres et Anormaux
14 h 42

Les battants d’un bâtiment quelconque grisâtre s’ouvrirent et une aventurière rousse vêtue de couleurs sombres en sortit. Affairée, elle vérifiait pour la énième fois le contenu de son porte-documents, en marchant à vive allure. Quand soudainement, elle fut interpelée par un jeune Ouginak :

« Y a que moi qui trouve ça nul ? »

L’agent Skelett releva la tête de son sac et découvrit un jeune chiot à poil ras gris clair tacheté de noir. Avec sa langue pendante, ses oreilles tombantes sur ses grands yeux bleus écarquillés, il était si mignon qu’il parvint à faire s’arrêter la Sram pressée, qui s’accroupit :

« Bonjour, de quoi parles-tu, petit ? demanda Nada avec un grand sourire.

  • J’ai lu ce que t’as écrit dans la Gazette d’Amakna. Eh bah bravo !
  • Quoi ? Je… Je n’ai rien écrit dans ce journal, je travaille au bureau des F. B. A. et j’enquête sur…
  • Y avait un extrait de ton rapport et ça ne disait rien sur la disparition de l’agent Mystheur. Tout ce que j’ai lu dans cet article était inutile ! J’ai rien appris sur les anomalies temporelles.
  • Ah, je vois… Eh bien, tu n’as qu’à envoyer une lettre au journal, ils seront… ravis, répondit l’agent, amusée.
  • C’est déjà fait ! Mais toi, quand est-ce que tu vas résoudre l’enquête sur les anomalies temporelles ?
  • Écoute, je suis désolée, mais je n’ai pas les réponses que tu attends…
  • Super, la communication !, grogna le petit canidé trop choupi.
  • Peut-être… que tu devrais les chercher toi aussi ? Je ne serais pas contre un peu d’aide… », affirma-t-elle avec un sourire, qui se teinta d’amertume quand l’absence de son collègue lui revint.

Elle se releva pour poursuivre son chemin. Le jeune Ouginak la regardait s’éloigner. Elle se retourna une dernière fois vers lui et, pleine d’affection, lui demanda :

« Je peux compter sur toi ? »

Après un bref silence, il répondit :

« Au lieu d’enquêter sur les anomalies temporelles, vous feriez mieux de réparer les Zaaps ! »

Esquissant un sourire forcé, la Sram marqua un temps de pause puis retourna à son enquête.

 

*****

 

Route des Roulottes
Zaap des Landes de Sidimote
15 h 48

Un panneau marqué d’un 666 oscillait au gré du vent. Une bourrasque souleva la poussière des terres brunâtres de Sidimote, la fit virevolter un instant, puis s’écraser sur les lunettes du directeur adjoint Skinair, qui grogna. Il ôta ses binocles pour les épousseter à l’aide d’un mouchoir à carreaux qu’il sortit de son imperméable. À sa droite, une Roublarde tout en cuir, lunettes noires, un revolver de chaque côté de la ceinture, passait pour sa garde du corps : c’était l’agent Gale Etso Smisse. Le vent cessa brusquement.

« Les voilà », avertit la Roublarde.

Skinair ajusta ses lunettes et constata que l’agent Skelett n’était pas seule. En effet, tandis que la fougueuse monture de Nada ralentissait aux abords du portail de téléportation, une Eniripsa agrippait la Sram par la taille. Il rejoignit les aventurières, accompagné de l’agent Smisse.

« Rien à signaler pour l’instant, indiqua Skinair en guise de rapport.

  • Si les indications de Prad Jackel sont justes, ça ne devrait plus tarder… », affirma l’agent Skelett en descendant de sa monture.

Sur le portail, on pouvait constater des inscriptions caractéristiques du visiteur à la coiffe de hibou. Elles indiquaient le code : « h 61 – 94.50.61 ».

« Qu’est-ce que cela signifie ? demanda l’Eniripsa avec un réel intérêt, tandis que Nada l’aidait à descendre à son tour, veillant à ce que sa courte jupe ne se soulève pas et que son serre-tête avec des oreilles de chacha ne tombe pas.

  • Agent Skinair, agent Smisse, je vous présente Odile Bile, une amie, introduit l’agent Skelett. Je me suis dit qu’une Eniripsa pourrait nous être utile s’il arrive… ce que nous pensons qu’il va arriver !
  • Pour répondre à votre question, mademoiselle Bile, reprit Skinair, le mode opératoire du suspect Prad Jackel consiste à vandaliser des biens publics de type Zaap en laissant des inscriptions difficiles à nettoyer qui se traduisent par des messages à l’envers, ici : "16.05.49 – 16 h".
  • Le 16 maisial 649 à 16 h, développa Nada.
  • Mais, c’est…, hésita Odile.
  • … MAINTENANT ! », s’exclama l’agent Gale Etso Smisse en dégainant ses deux revolvers, tandis que le Zaap, dans un grésillement, se nimba de vapeur et d’une lueur violette.

 

Les quatre aventuriers s’écartèrent du portail à reculons. L’agent Smisse tenait le cercle en joue. Une brise se leva. Le ciel s’assombrit. L’intérieur du Zaap s’illumina et tournoya. Cette spirale lumineuse violacée semblait tressaillir par instants. Le vent de plus en plus puissant semblait tourbillonner sous son impulsion. Inconsciemment, les aventuriers se rapprochèrent les uns des autres pour ne former qu’un bloc.

Le temps semblait s’être arrêté. Quand soudain… quelque chose de sombre rampa en dehors du portail. Une immonde limace noire traîna sur le sol dans un bruit répugnant. Elle devait mesurer un kamètre de long et un demi de large ; et portait des pointes lumineuses cyan sur le dos. Elle sortit entièrement du cercle de lumière, s’arrêta. Puis ouvrit brusquement l’unique œil démoniaque dont elle était pourvue !

Au même moment, des dizaines de ses congénères s’extirpèrent du portail.

« Allez-y, Smisse ! », ordonna Skinair.

La Roublarde ne se fit pas prier et arrosa le portail de tirs fournis, ne manquant pas une fois ses cibles, qui pourtant, se mirent à se déplacer plus rapidement, avançant dangereusement vers le groupe ; l’une d’elles prit de l’élan et s’élança sur la jeune Eniripsa qui poussa un cri de terreur. Cela n’échappa pas à l’agent Smisse qui explosa l’ignoble gastéropode en plein vol dans une giclée bleutée qui éclaboussa le visage de la pauvre Odile. L’agent Skelett s’était protégée derrière elle. Après avoir constaté avec soulagement qu’elle avait échappé au pire, elle tenta de rassurer l’Eniripsa :

« Ça va, Odile ?

  • Je… burp !... Je crois que j’en ai avalé…
  • Regardez ! D’autres arrivent ! », cria l’agent Smisse, prête à en découdre de nouveau.

Une silhouette se dessina dans le cercle de lumière. Nada écarquilla les yeux. C’était lui !

« Baissez vos armes, agent Smisse ! ordonna la Sram avant de se précipiter vers le portail.

  • Skelett ! Restez ici ! C’est dangereux !!! », hurla Skinair.

L’agent Skelett arriva juste à temps pour rattraper la faible silhouette qui venait de s’extraire du Zaap. Le reste du groupe accourut. Nada les regarda, les yeux brillants :

« Il est revenu ! »

Dans ses bras, l’agent Mystheur affichait un sourire discret, qui se crispa aussitôt. Il semblait souffrir de maux d’estomac. Il grimaça. Sa gorge gonfla… avant qu’il ne crache une limace sombre ! Tout le monde, y compris le placide directeur adjoint Skinair, poussa un hurlement ! La créature s’écrasa sur le sol dans un long filet de bave et un horrible bruit visqueux. Elle se tortilla dans tous les sens pour se remettre à l'endroit et ouvrit son abominable œil lumineux. L’Eniripsa lança un véritable cri de guerre :

« Dégaaaaage, saloperiiiiiiie !!! »

Puis elle expédia la bestiole dans les airs d’un prodigieux coup de pied, tandis que l’agent Smisse l’explosait d’un tir en plein vol. L’agent Skelett essaya de parler à son collègue, à terre :

« Foux, tu vas bien ? Odile va s’occuper de toi, d’accord ?

  • Des Larves de Rushu… dit-il avec difficulté, mais d’un air réjoui.
  • Quoi… ?
  • Des Larves de Rushu, Skelett. Vous les avez tous vues ! Ha, ha… Elles existent… »

 

Le Xélor, fiévreux, les bandelettes trempées de sueurs froides, perdit connaissance, tandis que l’Eniripsa se penchait sur lui.

À suivre…

Et vous, avez-vous déjà affronté une Larve de Rushu… ?

Bien après avoir créé le temps, le dieu Xélor mit au point une horloge pour mesurer son écoulement en 11 heures et 11 mois. Rushu, mécontent d'être exclu de la partie, ajouta une douzième heure et un douzième mois en infestant l'horloge de larves.

Ainsi, tandis que des papillons, les Tempousfouguite, entraînent les aiguilles des heures, les Larves de Rushu ont pour but de ralentir le temps…

 

Découvrez la mise à jour Eliocalypse : Résonance maintenant dans DOFUS !