En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT

S’amuser à titiller la susceptibilité d’un puissant et cruel maître d’armes Brâkmarien, c’est un peu comme jouer avec la Stasis. En venant chatouiller Oto Mustam, Amayiro a ni plus ni moins déclaré une nouvelle guerre : épistolaire celle-là. La réponse du pote de Djaul ne s’est pas fait attendre...


 

Cher Amayiro,

(ou plutôt devrais-je dire « Amer-iro », car il semblerait que ce soit le goût que t’ait laissé ta dernière défaite contre notre grande et victorieuse cité...)

J’ai comme l’impression que tu as la mémoire aussi courte que l’historique des conquêtes de ta Bonta. « La Blanche », comme il est coutume de l’appeler par chez-vous. C’est pas mal comme p’tit surnom ça, dis donc. C’est mignon. C’est... gentillet. Choupinou, je dirais même. Ça vous correspond bien en somme. Mais attention tout de même avec le blanc. C’est salissant. Le sang, tu sais... ça tâche. Une vraie plaie (si j’puis dire) à nettoyer...

Bref, passons. Je disais donc : tu m’as l’air d’avoir la mémoire qui flanche. Car, en admettant que tu saches lire, je t’invite à jeter un œil à l’Almanax. Tu remarqueras alors que nous aussi avons une fête qui nous est entièrement consacrée. As-tu déjà entendu parler du Brâk’Marathon, du fin fond de ta cité perdue et insignifiante ?

Cela dit, je ne peux pas t’en vouloir de l’avoir oubliée. Tout est si petit à Bonta (à commencer par votre armée). Et puis vous êtes si loin... Totalement perdus au milieu de nulle part... Alors forcément, on a tendance à oublier votre existence ! Ce qui explique, d’ailleurs, que certaines choses vous échappent et que vous soyez régulièrement à la ramasse. Certains y verront une forme d’authenticité. D’autres de la ringardise....

Bref... C’en est presque touchant. Décidément, tout est vraiment choupi chez vous. Enfin... sauf ton visage, bien entendu. D’ailleurs, c’est sans doute la seule et unique chose qui te donne l’avantage. En suscitant l’effroi chez mes hommes... Tu sais qu’avec un physique aussi vilain, tu aurais parfaitement ta place dans l’armée de Bworks que j’ai prévu de former pour notre prochaine grande bataille ? Peut-être la gagneras-tu celle-ci ? Non, je plaisante ! Ha ha ha ! Tu vois, ici non plus, on ne manque pas d’humour...
 

Aaah, je m’égare, je m’égare ! De quoi parlions-nous déjà ?

Ah oui ! Le Brâk’Marathon... Un festival de coups de poings et de bourre-pifs. Une tête à claques comme toi, je m’étonne que tu n’en aies pas entendu parler...

N’as-tu jamais vu les Brâkmariens se réunir dans la joie et la mauvaise humeur pour évacuer le... disons... trop plein d’émotions qui bouillonnent en eux ? Ah, suis-je bête... Sans doute étais-tu trop occupé à te cacher, comme une petite sousouris apeurée. Il est vrai que voir des hommes, des vrais, se ficher des raclées et des torgnoles à tout va, ça peut être impressionnant quand on n’est pas habitué aux démonstrations de virilité. Tu comprendras quand tu seras grand...

Cette journée (le 12 descendre, retiens bien cette date, car ça pourrait bien être celle de ta mort) est ponctuée d’activités plus sympatoches les unes que les autres. Tournois de coups de boule, torture musicale (on passe en boucle les tubes les plus gnangnan de Francisque Kabroule et compagnie) ou encore concours de prouts à la face de Bontariens. Oh bah tiens, j’y pense ! Tu as quelque chose de prévu le 12 descendre prochain ?

Au fait, je tiens à te remercier pour ton cadeau. J’adore être légèrement vêtu lorsque je torture de pauvres petits Bontariens sans défense (en leur chatouillant les pieds avec une plume de piou par exemple ou en leur chantant l’hymne Brâkmarien).

Ah ! Où ai-je la tête ? J’allais oublier le plus important. J’ai moi-même un petit quelque chose pour toi... Oh, trois fois rien ! « Ça ne vaut pas un pet de Bontarien ! » comme on dit par chez nous. Une magnifique paire de pantoufles conçue à partir d’authentiques cadavres de rats klures. Ils sont tout frais de ce matin ! J’espère que cette petite attention te touchera et que tu penseras à moi quand tu y glisseras tes délicats petits pieds manucurés...


Sincère inimitié,
OTO MUSTAM
Maître d’armes de la milice de Brâkmar

 




Bonta en restera-t-elle là ? Rendez-vous dans quelques jours pour découvrir la réponse d’Amayiro !
N’hésitez pas à commenter pour ou contre Bonta, et en attendant le Brâk’Marathon : bon jeu sur Temporis III !