FR EN DE ES IT PT

Grâce à Duncan MacCocker, le sauvetage de Djaïllat Koubiac et Brendo Welsh marchait du feu des dieux ! Jusqu’à ce que la tente dans laquelle ils étaient interrogés… prit feu. Aux premières loges, Helgaga et ses « Iopfus » dégainaient alors leurs épées pour sauver leurs frères d’armes…

Juchée dans un noyer, une Osamodas vêtue comme une Iop adresse un pouce en l’air en direction d’un bosquet lointain duquel une longue-vue dépasse. Au sommet du buisson, un bras au pelage châtain surgit pour répondre à l’aventurière en planque d’un signe de la main qui relie son pouce à son index.

« Duncan est en place, ça sera à nous de jouer dès qu’il aura créé une diversion… »

Autour de l’aventurière tournent six étranges tofus. Leurs crânes de pious sont coiffés de crêtes rousses, dans le plus pur style Iop.

« Attendez… Où est Faya ? » demande alors leur maîtresse.

Helgaga recompte ses petits : 1… 2… 3… 4… 5… 6. Il en manque bien un ! Une, pour être exact. L’un des volatiles sort du rang pour virevolter sous le nez de l’Osamodas en pépiant et indiquant le buisson au loin.

« Rha ! Elle a suivi Duncan, elle ne tient pas en place, celle-là ! Je compte sur vous toutes et tous pour mieux vous tenir… Passons au plan ! Phase 1 : on entre, on repère les otages et on les met en sécurité. Les filles : Foyo, Fiyi, Féyé, Fouyou, vous ne serez pas trop de quatre pour vous occuper de Djaïllat ! Piotr, Jasper, les gars : vous vous occupez de Brendo… »

C’est le regard déterminé que les Iopfus acquiessent.

« Phase 2 : s’il n’y a pas d’embûche, on quitte les lieux ! S’il y a de la résistance en face, on dégaine notre botte secrète ! »

Helgaga et sa clique volante observent Djaïllat se faire convoyer par deux miliciens dans la tente la plus proche d’eux. Puis, c’est au tour de Brendo d’en sortir sous bonne escorte pour rejoindre la yourte du milieu. Deux individus vêtus de blanc apparaissent alors devant la troisième tente au fond.

« Cloma Defoyard du Comité de la Magie et le Père Delaih de l’Inquisition ! En voilà une fine équipe… »

Les deux hommes ne tardent pas à emboîter le pas à Brendo. Très vite, le ton monte et les deux miliciens de garde pénètrent à leur tour dans la tente.

« Rrrrh… Mais que fait Duncan ?! »

Helgaga descend alors de son arbre et avance rapidement mais furtivement, suivie de près par son commando de Iopfus. L’Osamodas stoppe net sa course quand elle aperçoit à quelques kamètres d’elle le canidé bricoleur sortir précipitamment de la yourte du fond. Il tient fermement Faya entre ses pattes. Il s’adresse à elle et… la fait rouler dans la tente où se trouvent Brendo et les autres comme s’il s’agissait d’une bombe ! Helgaga n’a pas le temps de comprendre qu’un brouillard blanc et épais émane des tentures. Il est temps de passer à l’action !

« Mes chevaliers ailés, c’est à nous de jouer ! Vous savez ce que vous avez à faire ! »

Ils s’avancent jusqu’à l’entrée de la yourte. Foyo, Fiyi, Féyé, et Fouyou s’écartent du reste du groupe pour entrer dans la tente où Djaïllat est retenu prisonnier. Helgaga regarde en arrière pour faire un clin d’œil à Duncan, non loin, avant de se couvrir le visage d’un foulard rouge.

Puis, elle dégaine son épée Iop et se jette dans la brume.

*****

Une fumée blanche, partout. Le vrombissement des ailes de Piotr et Jasper, tout près, dans son dos. Soudain, un volatile passe à toute berzingue devant elle, propulsé par le jet de fumée qui lui sort du croupion : « Faya ! » crie spontanément sa maîtresse.

« Qui est là ? » prononce une voix féminine que Helgaga ne connaît pas.

« Ha, ha, ha ! C’est Helgaga ! Et elle va vous botter les fesses, bande de nases ! »

Ça, c’est Brendo. Aussitôt, Piotr et Jasper se dirigent vers sa voix.

« Oh, c’est vous les loulous ! Vous m’avez fait peur… Wow… Ah, d’accord, donc vous me soulevez dans les airs ! Finalement, ce régime a pay…éééééé ! »

La voix de Brendo s’éloigne et sort de la tente.

Soudain, un crépitement. Puis un autre. Et Faya, qui repasse devant Helgaga, propulsée cette fois par des flammes violettes ! « Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!!!! »

Dans un éclair, l’Osamodas aperçoit l’œil noir du Père Delaih, protégé par deux miliciens armés de lance.

« Tuez-la. »

Les lames des miliciens tranchent la brume pour venir percuter lourdement l’épée de Helgaga. À elle seule, elle repousse ses deux assaillants avant de botter le foie de l’un et de marteler le second de sa large faucheuse.

La tente s’illumine enfin… dévorée par les flammes violacées qui jaillissent du croupion de Faya. Cette dernière s’arrête enfin et chute, vidée, exténuée et inconsciente. Helgaga fait une roulade de côté pour la rattraper, un genou à terre, juste avant qu’elle ne touche le sol. Un milicien tend sa lance dans un élan de rage, visant le cœur de l’Osamodas. Elle l’écarte d’un revers de l’épée, mais le second milicien en profite pour piquer son flanc droit exposé.

« Aaaargh ! »

Tenant toujours Faya d’une main, Helgaga lâche sa lame pour extraire celle qui la pénètre au-dessus de la hanche. Puis, elle se précipite vers la sortie. La chaleur devient étouffante. Un individu apprêté d’une perruque blanche, légèrement de travers à la suite de l’échauffourée, lui barre alors la route. Helgaga est haletante. Son regard est le même que celui d’une bête blessée, prête à tout pour passer. Cloma Defoyard lui adresse un acquiescement de la tête. Puis, il s’écarte de son chemin.

« Imbécile ! Arrêtez-la !!! hurle le Père Delaih.

– La barbarie est peut-être l’apanage de l’Inquisition, mais elle n’est nullement celle du Comité de la Magie.

– Idiot… »

Le sombre prédicateur s’empare de la pique ensanglantée et se lance à la poursuite de l’Osamodas, mais les deux agents de la DGSD l’interpellent :

« Plus un geste ! ordonne la Féca, en menaçant le Père Delaih de son bâton.

– Ou on vous flagelle la joue de votre choix ! » ajoute l’Osamodas en faisant claquer son fouet.

Le Père Delaih lâche son arme, lève les bras et se retourne doucement. Puis il lance subitement un sort d’aveuglement avant de s’enfuir, tandis que les agents, les miliciens et Cloma Defoyard ont momentanément perdu la vue, au milieu de la tente en flammes…

À suivre…

L’Avènement des Parchomanciens, c’est maintenant dans DOFUS !