FR EN DE ES IT PT

Si l’inventivité de Duncan MacCocker a fait ses preuves et que Brendo Welsh a échappé à ses geôliers, qu’en est-il de Djaïllat Koubiac ? Après une formidable démonstration de bravoure, Helgaga a quant à elle subit une terrible blessure, qui pourrait bien lui être fatale…

La lumière du jour et l’air pur lui donnent un regain d’espoir et d’énergie, mais sa vision est trouble. Helgaga fait quelques pas en dehors de la tente, d’où s’échappe une épaisse fumée noire. Désorientée, affaiblie, l’Osamodas s’écroule dans la poussière. Elle s’assure que sa Iopfoune éreintée Faya n’a pas été écrasé sous son poids, mais non ; au contraire, la créature reprend doucement ses esprits.

Duncan MacCocker, en observation un peu plus loin, accourt aussitôt vers sa sœur d’armes.

« Helgaga ! Que s’est-il passé ? (L’Ouginak découvre la plaie sur le flanc droit de sa compagnonne et fait aussitôt pression pour empêcher le sang de s’écouler.) … Oh non…

– Pas de panique, Dunky… Ce n’est qu’une égratignure, tente de duper la guerrière diminuée.

– Tu m’la feras pas, Helga ! Je sais reconnaître une vilaine blessure. Mais j’vais m’occuper de toi et… désolé pour ta Iopfoune, j’ai dû improviser… »

Au même moment, le volatile se rue avec furie sur le canidé pour lui piquer le crâne à plusieurs reprises avant de l’enguirlander dans un langage babillant incompréhensible.

« Aïe ! … Aïe ! … Aïe !... Désolé, petite bestiole ! Je pensais que ça se limiterait à de la fumée… »

Helgaga esquisse un sourire dans la douleur. Son visage se durcit brusquement quand elle aperçoit le Père Delaih sortir de la tente en flammes. Ce dernier observe à droite, à gauche, avant de croiser le regard de son ennemie. Duncan remarque le changement sur le visage de sa coéquipière et se retourne aussitôt, mais le Féca ténébreux lui lance une Bourrasque qui l’écarte de sa protégée et le projette durement contre un arbre sur le côté ; ce qui l’étourdit.

« Bien que tu sois une abomination… mi-Iop, mi-Osamodas… je vais t’accorder le pardon. »

Impitoyable, le Père Delaih exécute un sort Atonie : l’attaque Feu fond sur l’Osamodas, mais Faya surgit pour faire barrage et subir les dommages à la place de sa maîtresse…

« NOOON ! » rugit Helgaga.

La Iopfoune, fumante, chute. L’Osamodas tend le bras aussi loin que possible pour tenter de l’attraper, mais la pauvre créature s’écrase à quelques centikamètres, toute charbonneuse. Une larme roule sur la joue de la parchomancienne. Elle l’efface sur sa mâchoire serrée.

« Vas-tu enfin accepter ta rédemption ? » admoneste le prêcheur en sortant une dague dissimulée dans sa toge, avant de la brandir au-dessus de la tête de Helgaga. Il abat sa sentence quand une flèche magique atteint sa main pour l’interrompre et lui faire lâcher son arme.

« Aaaah !!!... Qui ose commettre tel sacrilège ? »

Le Père Delaih jette un regard vers la droite et reconnaît le Pandawa archer, entouré de quatre Iopfounes, tenant fermement dans leurs serres des épées Iop.

« Djaïllat Koubiac ! Comment est-ce possible ?

– Avec quelques amis et de la volonté, tout est possible, atteste l’aventurier au large sourire et à la langue pendante. Hein, les filles ? »

Dans un inquiétant bourdonnement, Foyo, Fiyi, Féyé et Fouyou acquiescent.

« Tu l’as dit, mon Djadja ! »

Le Père Delaih regarde à sa gauche et reconnaît l’Eniripsa explosive, qui joue à faire sauter dans sa main une grenade rose estampillée d’une flèche à double sens. Deux autres Iopfus armés et dangereux le dévisagent. Quand tout à coup, le prédicateur a la tête qui tourne…

« Qu’as… qu’as-tu fait, gros plein de lait de bambou ?

C’est un sort d’ivresse à distance, vieux fou. Il faut être un Pandawa digne de ce nom pour en maîtriser les atouts sans que ce soit dangereux pour la santé… »

Le Père Delaih vacille, puis s’écroule avant de chercher à quatre pattes sa dague au sol. Il la retrouve, s’en empare et tente une nouvelle fois d’attaquer Helgaga, mais Brendo Welsh lance sa bombe entre les deux opposants ! Une douce explosion crée un nuage rosée cotonneux qui se dissipe peu à peu. Quand le brouillard s’estompe, Helgaga est debout et toise le Père Delaih, au sol, grimaçant, les mains sur son flanc droit.

« Aaaah ! Quelle est cette odieuse malédiction, bande de mécréants ?!

C’est une bombe de soin, explique Brendo en s’avançant auprès de Helgaga. Enfin… ça dépend pour qui ! poursuit-elle en passant une main dans le dos de sa coéquipière. Je l’ai baptisée la “Monnaie de ta pièce”. Elle échange les blessures d’un allié avec celles d’un adversaire. Ou plutôt celles qu’il n’a pas !

– Votre châtiment sera à la hauteur de votre… Hm hmmm !!! »

Duncan couvre la bouche du Père Delaih de bandes adhésives avant de se frotter les pattes d’un air satisfait.

Enfin réunis, les quatre amis se congratulent et se serrent dans leurs bras avant que Brendo ne s’empare délicatement de Faya.

« Tu vas pouvoir faire quelque chose ? demande Helgaga, inquiète.

– La p’tite pioulette… Elle devrait s’en sortir, je vais prendre le plus grand soin d’elle.

– Helgaga, je… commence difficilement l’Ouginak embarrassé.

– Ne t’en fais pas, Duncan, lui assure l’Osamodas avec une tape sur l’épaule. Tu as fait ce qu’il fallait, mais s’il te plaît… ne recommence pas ! (À tous) Maintenant… hâtons-nous ! Nous devons vite sauver les agents et les miliciens pris au piège dans la tente en feu ! »

Helgaga fonce tête la première dans les flammes, suivie de près par ses vaillants Iopfus.

« On dirait qu’elle a retrouvé toute sa fougue ! » s’exclame Djaïllat rassuré.

Un rire étouffé interrompt le soulagement de la troupe. Le Père Delaih se roule par terre, hilare malgré sa bouche obstruée.

« J’crois qu’il a définitivement pété un boulon… émet Duncan avant de décoller les bandes adhésives de ses lèvres pour s’assurer de cette hypothèse.

– Hahahahaha ! Houhouhou ! Vous pensez être tirés d’affaire ! Haha ! Ouille… ça pique…

– Tu craques, prêcheur ! Brendo te soignera après Faya… En attendant, un peu de mal te fera le plus grand bien… ajoute Djaïllat.

– Ils arrivent ! … cof ! cof ! Ils viennent pour vous ! Haha !

– Venez m’aider !!! appelle Helgaga dans la tente.

– Vas-y, Djaïllat, je surveille ce tocard », assure Duncan.

Le Pandawa lève le pouce et part en renfort de Helgaga, au secours des victimes de l’incendie. Le silence revient. Une brise légère caresse le pelage de l’aventurier canin. Duncan sent que quelque chose ne va pas. Il redresse son museau et se fie à sa truffe. Le vent souffle à nouveau. L’Ouginak réagit.

« Nom des dieux ! Il a raison…

– Vous êtes finis ! Haha ! Finis ! »

Droit sur ses pattes, Duncan lui sourit.

« Alors tu ne nous connais donc vraiment pas ? Ensemble, nous sommes capables de tout. Ensemble, nous sommes une guilde. Ensemble, nous sommes… la Ligue des Aventureux Parchomanciens. »

*****

Épisode 1

Épisode 2

Épisode 3

Épisode 4

L’Avènement des Parchomanciens, c’est en ce moment dans DOFUS !