FR EN DE ES IT PT

L’aventure bat son plein dans DOFUS depuis que Pandala y apparaît flambant neuve. Comme si l’île mythique du Monde des Douze avait repris ses esprits après un long sommeil… Pour autant, ne tombez pas dans ses derniers traquenards comme le premier des Iops : lisez d’abord la visite guidée en six escales de l’Agence Touriste. Il est temps de vous endurcir un peu… en Terrdala !

Cernées par les florissantes Akwadala et Plantala, les terres tanuki peuvent paraître bien rugueuses. Ici, en Terrdala, les pierres s’érigent en tous sens, dressées naturellement comme des bambous ou artistiquement comme des cairns. Certains aventuriers, embarrassés par tant de symboles phalliques, en deviennent rouges comme le jaspe (à moins que cela ne tienne aux puissants rayons du soleil).

Chacun est libre d’interpréter le savoir-faire des Tanuki… La vérité, sans doute, est qu’ils s’évertuent à tendre leur art toujours plus haut.

LES TANUKI

Dans chaque vallée, au détour d’un chemin et sur la plus petite pierre, Terrdala est marqué, tatoué, estampillé de l’empreinte de ces créatures qui arborent fièrement leurs belles paires (et ce, qu’ils soient mâles ou femelles) ! Il suffit de constater les multiples sillons qui jalonnent ses terres : ils sont les traces des imposantes bourses masculines. Avec le temps, ces signes ont évolué pour devenir d’utiles géoglyphes. Les femelles ne sont pas en reste avec leurs poitrines et se montrent aussi polyvalentes que les mâles quant à l’utilisation de leurs attributs : pinceaux, tambours, parachute, bouclier, deltaplane et même filet de pêche, les Tanuki ne manquent pas d’imagination pour optimiser ce que la nature leur a donné !

LA FORGE

Édifiée par les Pandawas, peu appréciée par l’esprit du Roc (qui trouve qu’elle dessert son œuvre), la forge est tenue par la besogneuse Anatakwa, maîtresse des éléments, capable de façonner les lames les plus recherchées et les plus affûtées. Pourtant, ce qu’on lui demande le plus, ce sont ses chopes de bière en métal, réputées pour leur capacité à prévenir les gueules de bois.

LES CREVASSES DU SOUFFLE D’AIRGILE

Cet endroit inspirant… expire aussi ! Imaginez une terre rocailleuse éventrée, par laquelle des vapeurs s’échappent en une respiration provenant des profondeurs… Il y a de quoi être médusé ! Certains prétendent que ce souffle permet de voir les esprits perturbés des Tanuki qui n’ont pas pu terminer leurs quêtes artistiques au cours de leurs vies. D’autres proclament que les vapeurs sont simplement hallucinogènes si l’on reste trop longtemps à les regarder.

L’ENTREPOTERIE

Les Tanuki ont pour réputation d’avoir du pot (à tel point qu’il peut même leur arriver d’en invoquer au combat) et s’il est un endroit où vous pourrez tourner autour sans retenue, c’est bien à l’Entrepoterie. Pot de beurre, pot-pourri, pot-de-vin ou pot-au-feu, chaque pot a son couvercle ! Sinon, il y a des vases. Des bols. Des cruches aussi. Certains sont d’une valeur inestimable. Tanuha Ping, responsable des lieux, vous en parlera mieux que nous. Avec un peu de chance, vous y croiserez peut-être un de ces artistes pédants triés sur le volet… arf… comment les appelle-t-on déjà ? Vous savez ? Du genre qui vaut mieux que vous ?... Ah oui ! Les Kaskouï.

DONJON : L’ATELIER DU TANUKOUÏ SAN

Pendant longtemps, Tanukouï San fut connu pour être le boss du donjon des Kitsounes. Mécène de nombreux artistes tanuki, c’est tout naturellement qu’il a déménagé pour devenir le gardien du donjon de Terrdala. Son nouveau projet ? Fabriquer une armée de soldats en terre cuite ! De un : parce qu’il n’avait pas d’armée. De deux : parce que la boue, la terre, la roche, tout ça… c’est un peu la spécialité des Tanuki. Ce qui fait d’une pierre deux coups.

UN BATEAU POUR L’ÎLE DE GROBE

Quelle est donc cette île mystérieusement mystérieuse ? Un roc ? Un cap ? Une péninsule ? Quoi qu’il en soit, Le Nocher de Grobe attend ceux qui auront les couil… enfin les coudes… les coudées franches ! Ha, ha ! Hm… Nous disions… Le Pandawa mono-expressif, doté d’une vision monoculaire, mènera ceux qui auront le courage d’embarquer à bord de son bateau jusqu’à l’île maudite…

Qui mieux qu’un poète pourrait terminer cette présentation ? Place à Francisque Kabroul, qui résume mieux que personne l’essence même de Terrdala :

« ♫ Là-bas, y a que des cailloooux

Nuuuus sont les galets

On s’écorche les coudes et les genoooux

Suuur tous ces gravieeers… »

Notre petit tour d’horizon de Terrdala est terminé ! On vous donne rendez-vous pour un nouveau focus consacré, cette fois-ci, à Planta… Pardon ? Vous voulez en savoir plus sur l’île de Grobe ? Ah… Bon… Rendez-vous très prochainement pour en savoir plus sur l’île maudite alors, et la semaine prochaine, pour découvrir Plantala !