FR EN DE ES IT PT

Sur l’île de Moon comme ailleurs, les vacances sont l’occasion de faire bronzette sur la plage et de récupérer les heures de sommeil perdues. Mais aussi de goûter aux spécialités locales ! Et en matière de bonne « chair », s’il y en a bien un qui s’y connait, c’est lui : Kanniboul Ebil !

Son embonpoint ne laisse aucun doute sur son penchant pour la bonne bouffe. D’ailleurs, vous, aventuriers de passage, faites sans doute partie de ses mets favoris ! Si comme tous ses semblables Kanniboul Ebil a un bon coup de fourchette, il se distingue néanmoins par une maîtrise inouïe de la langue des Douziens. Cette appétence et ce franc-parler l’ont rendu célèbre à travers le Monde des Douze pour ses critiques gastronomiques, parfois amères… Car oui, avant de donner la chair de pioulette aux aventuriers, du fin fond de son donjon, Kanniboul Ebil fut un cuisinier hors pair qui a fait ses « classes » aux côtés des grands noms de l’art culinaire.

C’est Roël Tirbuchon, grand chef étoilé connu pour sa version revisitée du boudin de dragofesse sur son lit de frostiz sauce cocalane qui a tout appris au gastronome kanniboul. Aujourd’hui, il revient sur son expérience avec ce commis pour le moins vorace…

« Kanniboul Ebil ? Ah on peut dire qu’il n’y allait pas avec le dos de la cuillère ! Ce p’tit-là était capable de vous sortir un plat digne d’un restaurant étoilé en un tour de main. Quel délice de travailler avec des gens aussi mordus ! Dommage qu’il ait mal tourné… J’aurais dû me douter que sa vraie nature reprendrait le dessus. Fin gourmet ou pas, quand on nait kanniboul, on le reste. Un point c’est tout ! Tout se passait bien jusqu’au jour où j’ai découvert mon nom au milieu de la liste d’ingrédients dont il avait besoin pour son « plat signature »… J’ai tout de suite compris que j’allais finir à la casserole si je n’agissais pas immédiatement ! Je lui ai donc fait croire qu’il était retenu pour le grand concours de Super Méga Top Chef et l’ai envoyé sur l’île de Moon où il était censé passer les épreuves. Par chance, depuis qu’il y a mis les pieds, il n’est plus jamais revenu ! Croyez-moi, j’ai eu chaud aux fesses ! J’ai bien cru que j’allais finir en gratin. En fricassé à la rigueur, mais en gratin ! Rendez-vous compte ! À croire qu’il a trouvé mieux à se mettre sous la dent… Il faut dire que là-bas, ce ne sont pas les touristes qui manquent. J’espère au moins qu’il leur accorde une dernière garniture digne de ce nom… »

Aujourd’hui, en tant que guide et chef spirituel des siens, Kanniboul Ebil n’a plus le temps de cuisiner et laisse cette tâche au Kanniboul Gour. Mais prudence, car il n’a pas perdu l’appétit pour autant… Si vous avez le courage de lui faire ravaler son masque, rendez-vous dans son donjon, sur l’île de Moon !