En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT

Sa courbe élancée et le tranchant de sa lame lui rappelaient une femelle qu’il avait bien connue. Une de celles, nombreuses, qui lui avaient permis d’assurer sa sinistre descendance. Une, parmi tant d’autres, qui n’avaient su résister à son charme reptilien. Mais aussi et surtout, la seule à lui avoir laissé un souvenir impérissable...

« La cité blanche ne résistera pas à ta beauté ravageuse, elle non plus... Sois en sûre ma jolie. »

Tout en caressant le fil de sa lame du bout de l’index, Crocoburio ne lâchait pas le roi de Bonta du regard. Il le défiait. Ne pas baisser les yeux. Ne pas sourciller. Le jeune crocodaille avait hérité de l’impétuosité et de l’ambition de son géniteur. Il n’était pas du genre à se laisser impressionner. Encore moins après les récentes conquêtes qu’il venait d’ajouter à son palmarès.

« Que viens-tu faire sur mes terres, jeune bâtard insolent ? »

Le roi veillait sur sa cité comme un dragon sur son Dofus. Il avait longuement entendu parler de cette menace, celle d’un jeune crocodaille belliqueux qui arpentait le continent, accompagné de son armée sanguinaire. Le jour tant redouté était donc arrivé...

Sa Crocobur tenue fermement entre ses mains, le fils de Crocabulia et du dragon noir Grougalorasalar se sentait invincible. L’épée que lui avait offerte son propre père renfermait de puissants pouvoirs magiques. Il ne s’en séparait jamais, qu’importe s’il l’utilisait ou non. Elle était un peu comme sa dent de raul mops.

« Comment ? La rumeur n’est donc pas encore parvenue jusqu’à tes oreilles de vieux croulant sourdingue ? Je suis ici pour m’emparer de ta cité !

- Ha ha ha ha ha ! J’aimerais bien voir ça ! Et comment comptes-tu t’y prendre ? L’armée de Bonta n’a que faire de tes menaces... »

Le roi tentait de donner le change. Sans trop y croire, il faut bien l’admettre... Si Amakna était d’ores et déjà tombée sous les coups du jeune crocodaille et de son armée, il y avait peu de chances pour que la cité blanche se trouve en bonne posture à cet instant précis.

« Retourne dans les jupes de ta débridée et volage de mère, jeune arrogant ! »

Le roi venait de mettre le doigt sur le seul et unique point faible de Crocoburio : sa mère. Bon nombre de rumeurs couraient à son sujet, faisant d’elle une dragonne aux mœurs légères. Des racontars qui salissaient sa réputation au point d’avoir attisé la colère d’Osamodas en personne.

« Tu vas tâter de ma Crocobur, pauvre fou ! »

Crocoburio leva son épée haut dans le ciel, puis la pointa en direction de son ennemi. Le signal était donné. Les crocodailles s’élancèrent par milliers, toutes griffes dehors, en poussant des rugissements rauques et puissants. Depuis l’Aurore Pourpre, l’armée bontarienne n’avait jamais tremblé de la sorte...

Des lambeaux de chair jaillissaient de toute part, accompagnés de cris perçants empreints d’une douleur sans équivoque. Le regard médusé et démuni, le roi assistait, impuissant, à l’extermination de sa précieuse armée...

Dans un ultime élan de solidarité, il accourut vers les rares rescapés pour leur venir en aide, suivi de près par Crocoburio, son épée toujours fièrement dressée. Du coin de l’œil, emporté par le flot de combattants bontariens, le crocodaille vit une colossale masse blanche surgir de nulle part...

Croulaklakoss.

Le dragon blanc se dressait de toute sa colère face au dragon noir Grougalorasalar, resté en retrait pour assister à la victoire certaine de sa chère progéniture...

« Le petit crocodaille est venu accompagné de son PAPA à ce que je vois... Ça tombe bien, je ne suis pas du genre à me mesurer à plus petit que moi... »

Les deux créatures s’engagèrent dans un combat acharné. Leurs grognements tonitruants firent trembler le sol. Sous leur pas, la terre se fendit en d’épais et profonds sillons. Quand soudain, un cri déchirant, émergeant de la marée douzienne, fit tressaillir Grougalorasalar...

« Crocoburio ! NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!! »

 

***

Qu’ils soient noirs ou blancs (ou de quelconque autre couleur d’ailleurs), de tout temps les dragons ont alimenté les plus belles légendes, les plus fantastiques histoires et les plus grands fantasmes du Monde des Douze. Les douziens en raffolent ! Comme ils les redoutent...

Que diriez-vous d’adopter vous aussi le charisme et la fureur de l’un d’eux ? La panoplie d’apparat Dragombre vous donne l’occasion de dévoiler la part de ténèbres qui sommeille en vous ! Vous pourrez vous la procurer en souscrivant aux nouveaux packs d’abonnement, disponibles à l’occasion de l’arrivée en jeu de la quête du Dofus Ebène !

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • 7 jours : un jour d’abo offert, soit 8 jours d’abo.
  • 1 mois : un des items, au choix, issu de la panoplie Dragombre (apparat).
  • 3 mois : une panoplie Dragombre (apparat).
  • 6 mois : une panoplie Dragombre (apparat) + un harnachement de Volkorne Dragombre.
  • 1 an : un jour d’abo offert + une panoplie Dragombre + un harnachement de Volkorne Dragombre + une emote Dragon.

De quoi vous guider jusqu’au sombre et précieux œuf de dragon !