En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN DE ES IT PT

Tandis que dans notre monde, les serveurs Temporis viennent de se mettre en branle, dans le Krosmoz, à l’Âge des Dofus, un jeune aventurier est en pleine crise de foi. « Mais… quel est le rapport ? » nous direz-vous. En un mot : Xélor ! Né dans une famille de Fécas, Varkonos, à la veille de ses seize ans, vient de prendre une décision radicale : changer de crèmerie pour devenir disciple du dieu du temps !

La porte massive de la bibliothèque s’ouvrit dans un grincement. Dehors, les commerçants vantaient les mérites de leur camelote sur le marché. Une contestation s’envenima pour carrément tourner au vinaigre quelques secondes après : une histoire de pichons pas frais, semblait-il… Une fois entré, Varkonos referma la lourde sur cet éternel sujet de controverse. Le jeune Féca avait d’autres préoccupations…

Le silence régnait en maître dans les allées de la bibliothèque. Pas un chacha et, cela va sans dire, pas un Iop à signaler. Les étagères étaient si hautes qu’il fallait escalader de grandes échelles pour en atteindre les sommets. Heureusement, et malgré les années, Varkonos se souvenait exactement où trouver ce qu’il était venu chercher. Il avança droit vers l’allée 8 sans même considérer les indications, s’enfonça au bout de celle-ci, se pencha sur l’étagère la plus basse et s’empara du septième livre en partant de la fin. L’ouvrage était si imposant qu’il fut contraint d’utiliser ses deux mains pour le porter jusqu’au bureau le plus proche. Le « boum » qu’il provoqua lorsqu’il le lâcha sur la table de bois résonna dans tout l’édifice. Un « chut ! » sec et autoritaire jaillit de nulle part.

« Désolé… », marmonna le jeune Féca avant de prendre place sur le banc. Il souffla sur la couverture poussiéreuse et le titre fut révélé : « MYTHOLOGIES – Promis, je ne suis pas un mytho » par le Mage Ax. La table des matières le renvoya à la page 1219 pour y découvrir un chapitre intitulé sobrement : « Il est fort, ce dieu Xélor ». Il pinça sa langue entre ses lèvres et se plongea dans une lecture intensive :

 

« Dieu du temps et de l’espace, Xélor est l’un des douze Dieux majeurs du Krosmoz. En compagnie de Crâ, Ecaflip, Eniripsa, Enutrof, Féca, Iop, Osamodas, Sadida et Sram, puis de Sacrieur et Pandawa, il règne sur le Monde des Douze et habite l’Ingloriom. »

« … Après la création du Krosmoz par le Grand Dragon et la Grande Déesse, pour se maintenir à l’écart du chaos destructeur dans lequel vivent les Démons, Xélor et les autres Dieux majeurs décident de faire du Plan Matériel un plan neutre, de s’approprier l’Ingloriom et de laisser la Shukrute aux Démons de Rushu.

Les Dieux majeurs règnent ensuite successivement sur plusieurs planètes, parmi lesquels on compte Esscofixee et Secoxisfe. »

Plusieurs planètes… ? Varkonos ne savait même pas qu’il en existait d’autres ! Avait-il oublié avec le temps ? Il passa néanmoins rapidement sur la création du Krosmoz et s’attarda plus volontiers sur celle de l’Horloge de Xélor :

« … Quelque deux cents ans après le début de l'Âge des Dofus, le dieu Xélor décide de quantifier le temps afin de rythmer les pulsations des Dofus, qui battent en chœur pour instaurer l'Harmonie sur le monde.

Détachant un cocon de matière stellaire, il crée une grande horloge dans laquelle s’engouffrent des papillons Tempousfouguite qui, par leurs battements d’ailes, font s’ébranler le mécanisme. Xélor scelle alors le corps de l’Horloge en la couvrant de onze gemmes violettes : il vient ainsi de créer l’Horloge de Xélor, outil de mesure du temps, et d’instaurer l’an 0. Désormais, les événements seront classés selon qu’ils se sont produits avant ou après l’instauration de cette Horloge. »

Varkonos connaissait cette rengaine sur le bout des doigts, mais la suite commença à l’intriguer :

« … Un jour, Xélor se rend compte que les Démons des Heures outrepassent leurs droits et profitent d’accrocs dans la trame du temps pour dérober aventuriers et parcelles de terrains du Monde des Douze. Furieux, il débarque dans l’Hormonde, prêt à flanquer une sévère correction aux Démons, et découvre le petit monde douillet que les Démons se sont créé grâce à leurs multiples méfaits. Contre toute attente, Xélor est époustouflé par le spectacle qui s’offre à ses yeux. À tel point qu’il décide de ne pas punir les Démons, à condition qu’ils s’empressent : petit 1. de réparer la trame du temps ; et petit 2. d'ouvrir l’accès à leurs arènes à quiconque le souhaite, afin d’offrir aux aventuriers du Monde des Douze la possibilité de perpétuer l’esprit de la chevalerie et de la baston dans des arènes spécialement prévues à cet effet. »

« … Vers 350, la démone Minuit avertit Xélor de la situation incroyable de Bonta : à cause d’une anomalie temporelle créée par accident par un aventurier Féca prénommé Arty, le passé se superpose au présent et la ville est condamnée à revivre la bataille de l’Aurore Pourpre contre Brâkmar.

Le Dieu intervient et crée alors un vortex pour renvoyer les combattants du passé dans leur époque. »

Le cœur du jeune Féca se mit à battre plus fort. Plus il lisait, plus il s’instruisait, et plus il se sentait à sa place ; il sentait qu’il prenait la bonne décision, la bonne voie, comme s’il touchait du doigt son moi intérieur pour la première fois… C’était à la fois étrange et très agréable !

Ce fut à ce moment précis qu’il entendit un raffut de tous les Shushus de Rushu dans la bibliothèque. Il pencha discrètement la tête pour jeter un œil vers l’entrée… Pris de panique, il se recroquevilla sous le bureau : c’était sa mère ! Elle avait dû apprendre de la bouche de Béral, son petit frère, qu’il avait l’intention de changer de classe. Sans compter qu’il avait promis de nettoyer la grange aujourd’hui… Il balada ses mains à l’aveugle sur le bureau pour s’emparer du livre. Un dernier effort pour le tirer vers lui et… hop ! Ni vu ni connu ! Varkonos serra le précieux manuscrit contre sa poitrine et s’enfuit par une porte dérobée…

 

La suite, dans un avenir très proche...